Salvatore Viale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Salvatore Viale
Naissance
Bastia
Décès
Bastia
Activité principale
poète, écrivain et magistrat
Auteur
Langue d’écriture Italien, Français, Corse

Salvatore Viale (Bastia, - ) est un écrivain, poète et magistrat corse, d'origine bastiaise et de lointaine ascendance gênoise [1]. Il est le premier auteur à utiliser la langue corse dans une œuvre d'importance littéraire, la Dionomachia. Formé aux idées libérales, il joua un rôle important dans la promotion de la culture corse traditionnelle et défendit la langue italienne en Corse, la revendiquant comme étant la langue culturelle historique de l'île.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Portrait de Salvatore Viale par Luigi Varese (vers 1830), musée de Bastia

Issu d'une famille de commerçants bastiais aisés, d'origine génoise, en effet, l'un de ses ancêtres, Benedetto, avait été gouverneur de Corse pour la République de Gênes. Salvatore Viale sera grandement influencé par son oncle Tommaso Prelà, medecin du pape Pie VII[2],[3].

Il reçut sa première éducation à Bastia puis son père Paolo Agostino, membre du conseil municipal de Bastia, l'envoya à Rome pour étudier la médecine où son compatriote, le prêtre Bonaventura Poletti, ami de Pasquale Paoli, l'acceuille. Lors de son séjour à Rome, il se découvre une passion pour la littérature qui ne l'abandonnera jamais et renonce à poursuivre ses études de médecine.

Il revient en Corse en 1805 suite au décès de son père puis il s'inscrit à l'Université de Pise où il obtiendra une licence de droit en 1809. Peu de temps après il prête serment comme avocat au barreau de Bastia.

En 1811 il occupe la chaire d'éloquence au collège de Bastia.

A la chute de Napoléon Ier (1815), un gouvernement provisoire d'indépendance s'établit à Bastia qui pressa en vain les Anglais et le Congrès de Vienne pour que la Corse soit séparée de la France par le rétablissement du Royaume anglo-corse. Viale y est pleinement impliqué et contribue à la rédaction des documents gouvernementaux, rédigés en italien. Il part en exil à Rome suite à la Restauration, qui reconfirme l'union de la Corse au royaume de France de Louis XVIII, se lie d'amitié avec l'éminent Raffaello Lambruschini, se rapproche des milieux libéraux italiens et poursuit la culture des études littéraires.

En 1816, il retourne en Corse, rappelé par le comte Alessandro Colonna d'Istria, procureur général du roi de France près la cour d'appel de Bastia, qui le nomme substitut du procureur près le tribunal correctionnel local.

En 1817, la première édition (cinq autres suivront tout au long du XIXe siècle) de ce qui est considéré comme son œuvre majeure, la Dionomachia (c'est-à-dire "la bataille de l'âne"), que Niccolò Tommaseo définit comme la composition la plus importante du genre héroïque-comique après "la secchia rapita" d'Alessandro Tassoni. Il semble que l'œuvre - qui raconte avec un esprit aigu un affrontement tragi-comique entre les habitants de Lucciana et Borgo - était en développement avant 1813.

Salvatore Viale a été le premier à employer la langue corse dans une œuvre littéraire, la Dionomachia (1817), qui contient le fameux Sirinatu di Scapinu.

De 1819 à 1831, il est juge d'instruction du district de Bastia, se distinguant par ses efforts pour contenir la gravité et le nombre des crimes. Puis il démissionne de son poste pour poursuivre à plein temps son engagement dans le domaine culturel et littéraire, engagement qu'il poursuivait déjà durant l'activité judiciaire. En effet, avant même 1831, Viale s'était distinguée par son grand engagement dans la restauration et la relance à Bastia de la Société centrale d'instruction publique, académie de promotion scientifique et littéraire.

Il aura une intense activité littéraire.

Dans la période suivante, parmi les diverses activités culturelles poursuivies, il s'adonne au recueil de chants populaires de l'abondante tradition orale en langue corse. Entre 1838 et 1839, il collabore activement avec le philologue et patriote italien Niccolò Tommaseo qui, lors de son séjour en Corse, étudie la langue vernaculaire locale, qu'il définit comme l'une des plus pures et des plus adhérentes à la langue de Dante. Il continue à collaborer avec les cercles de l'Accademia della Crusca, entrelaçant entre autres un important échange de lettres avec son éditeur à Florence, Giovan Pietro Vieusseux.

En 1852, il quitte toute fonction judiciaire et se consacre à ses études jusqu'à sa mort, survenue à Bastia en 1861.

Libéral, il a joué un rôle majeur dans la récupération des traditions culturelles et nationales du peuple corse et a défendu l'italien comme langue culturelle de l'île. Il est l'une des personnalités les plus éminentes de l'histoire de la littérature corse de la première moitié du XIXe siècle.

Un escalier à Gênes a été dédiée à Viale près de la Via Venti Settembre, une rue à Lido di Ostia, une fraction de Rome, et une rue de sa ville natale près du Théâtre Municipal de la ville . De plus, le Centro degli Studi est dédié à Bastia, un monument inauguré le 22 janvier 1865 et une statue de San Fiorenzo.


Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Dei Principi delle Belle Lettere, Bastia, 1813 (2e éd. 1843).
  • Dionomachia, Bastia, 1817.
  • Poesie Giocose, Bastia, 1817.
  • Prose Giocose, Bastia et Paris, 1828.
  • Prose serie, Bastia et Paris, 1828.
  • Poesie serie, Bastia et Paris, 1828.
  • Canzoni contadinesche in dialetto corso, Bastia
  • L'ultima vedetta, Bastia, 1837
  • Canti popolari corsi, Bastia, 1843.
  • La sposa d'Abido, saggio di versi italiani e di canti popolari corsi, Bastia et Bruxelles, 1843.
  • Novelle corse, Bastia et Trieste, 1846.
  • Sopra lo stile della versione poetica dell'Iliade di Melchiorre Cesarotti
  • Delle cagioni e degli effetti della moderna letteratura romanzesca, 1835
  • Canti popolari corsi, Bastia, Fabiani, 1855
  • Componimenti in versi e in prosa, Vieusseux, Florence et Bastia, 1857
  • Dell'uso della lingua patria in Corsica, Florence, Vieusseux, 1858 (sur la langue italienne).
  • Dell'uso dei costumi corsi, Florence et Bastia, Vieusseux, 1860.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chants corses
  • Canti popolari corsi : con note, 2e éd. revue et augmentée de nouveaux vers italiens d'auteurs corses modernes, Bologne, A. Forni, 1984.
Correspondance
  • Giovanni Pietro Vieusseux et Salvatore Viale, Le Dialogue des élites : correspondance, 1829-1847, éd. par Marco Cini ; notes trad. de l'italien par Jean Chiorboli, préface de Jacques Thiers, Ajaccio, Albiana, 1999.
Études
  • Santu Casanova et al., Almanaccu di a Muvra, Bastia, 1933.
  • Sabino Acquaviva, La Corsica : storia di un genocidio, Milan, Franco Angeli, 1987.
  • Francesco Silvio Orlandini (éd.), Scritti in verso e in prosa di Salvatore Viale, Florence, Felice Le Monnier, 1861.
  • Eugène F.-X. Gherardi, "Esprit corse et romantisme. Notes et jalons pour une histoire culturelle", Ajaccio, Albiana, coll. Bibliothèque d’Histoire de la Corse, 2004.
  • D. Diamilla Müller, Biografie Autografe ed Inedite, 1853, Turin, p. 352-356
  • Paul-Michel Villa, La maison des Viale, Paris, Presses de la Renaissance, 1985.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  2. Antoine-Laurent Serpentini et Impr. Louis-Jean), Dictionnaire historique de la Corse, Albiana, impr. 2006 (ISBN 2-84698-068-3 et 978-2-84698-068-5, OCLC 470092811, lire en ligne)
  3. Jean-Baptiste Raffalli, Bastia, une histoire revisitée : catalogue général des collections exposées, Musée de la Ville de Bastia, dl 2011 (ISBN 978-2-9536413-2-5 et 2-9536413-2-7, OCLC 795439455, lire en ligne)