Salvatore Viale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salvatore Viale
Naissance
Bastia
Décès
Bastia
Activité principale
poète, écrivain et magistrat
Auteur
Langue d’écriture Italien, Français, Corse

Salvatore Viale (Bastia, - ) est un écrivain, poète et magistrat corse, d'origine italienne[1].

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Salvatore Viale a été le premier à employer la langue corse dans une œuvre littéraire, la Dionomachia (1817). Libéral, il a joué un rôle majeur dans la récupération des traditions culturelles et nationales du peuple corse et a défendu l'italien comme langue culturelle de l'île.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Dei Principi delle Belle Lettere, Bastia, 1813 (2e éd. 1843).
  • Dionomachia, Bastia, 1817.
  • Poesie Giocose, Bastia, 1817.
  • Prose Giocose, Bastia et Paris, 1828.
  • Prose serie, Bastia et Paris, 1828.
  • Poesie serie, Bastia et Paris, 1828.
  • Canzoni contadinesche in dialetto corso, Bastia
  • L'ultima vedetta, Bastia, 1837
  • Canti popolari corsi, Bastia, 1843.
  • La sposa d'Abido, saggio di versi italiani e di canti popolari corsi, Bastia et Bruxelles, 1843.
  • Novelle corse, Bastia et Trieste, 1846.
  • Sopra lo stile della versione poetica dell'Iliade di Melchiorre Cesarotti
  • Delle cagioni e degli effetti della moderna letteratura romanzesca, 1835
  • Canti popolari corsi, Bastia, Fabiani, 1855
  • Componimenti in versi e in prosa, Vieusseux, Florence et Bastia, 1857
  • Dell'uso della lingua patria in Corsica, Florence, Vieusseux, 1858 (sur la langue italienne).
  • Dell'uso dei costumi corsi, Florence et Bastia, Vieusseux, 1860.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chants corses
  • Canti popolari corsi : con note, 2e éd. revue et augmentée de nouveaux vers italiens d'auteurs corses modernes, Bologne, A. Forni, 1984.
Correspondance
  • Giovanni Pietro Vieusseux et Salvatore Viale, Le Dialogue des élites : correspondance, 1829-1847, éd. par Marco Cini ; notes trad. de l'italien par Jean Chiorboli, préface de Jacques Thiers, Ajaccio, Albiana, 1999.
Études
  • Santu Casanova et al., Almanaccu di a Muvra, Bastia, 1933.
  • Sabino Acquaviva, La Corsica : storia di un genocidio, Milan, Franco Angeli, 1987.
  • Francesco Silvio Orlandini (éd.), Scritti in verso e in prosa di Salvatore Viale, Florence, Felice Le Monnier, 1861.
  • Eugène F.-X. Gherardi, "Esprit corse et romantisme. Notes et jalons pour une histoire culturelle", Ajaccio, Albiana, coll. Bibliothèque d’Histoire de la Corse, 2004.
  • D. Diamilla Müller, Biografie Autografe ed Inedite, 1853, Turin, p. 352-356

Notes et références[modifier | modifier le code]