Sœurs de la Providence de Saint André de Peltre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sœurs de la Providence de Saint André de Peltre
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine 17 novembre 1825
par Mgr Besson
Approbation pontificale 19 novembre 1956
par Pie XII
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
Spiritualité salésienne[1]
But enseignement et aux soins des malades.
Structure et histoire
Fondation 19 novembre 1806
Hottviller
Fondateur Antoine Gapp
Abréviation P.S.A
Liste des ordres religieux

Les sœurs de la Providence de Saint André de Peltre sont une congrégation religieuse féminine enseignante et hospitalière de droit pontifical.

Historique[modifier | modifier le code]

La congrégation est fondée le à Hottviller par Antoine Gapp (1766 - 1833) pour l'éducation des jeunes en particulier les plus pauvres, et le soin des malades. Jacques-François Besson, évêque de Metz approuve le les statuts des sœurs de la Providence. L'institut reçoit le décret de louange le .

Fusion[modifier | modifier le code]

Antoine Gapp, fondateur.

En 1943, elles absorbent les sœurs hospitalières de Saint Roch de Felletin, congrégation fondée en 1802 par Madeleine Gipoulon (1765-1821) en religion Mère Victoire[2]. En 1839, la congrégation de Saint Roch fonde une maison à Treignac qui devient autonome en 1844 sous le nom de sœurs du Saint Cœur de Marie, la congrégation est dissoute en 1959 faute de vocations[3].

Fédération Chemin d'Emmaüs[modifier | modifier le code]

Le , Rome approuve les statuts de la fédération "Chemin d’Emmaüs" qui regroupe quatre instituts[4] :

Activités et diffusion[modifier | modifier le code]

Les sœurs se consacrent à l'enseignement et aux soins des malades.

Elles sont présentes en :

La maison-mère est à Peltre.

En 2017, la congrégation comptait 248 sœurs dans 57 maisons[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]