Rue du Parchemin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rue du Parchemin
Image illustrative de l’article Rue du Parchemin
Perspective en direction de la rue des Juifs et de la cathédrale.
Situation
Coordonnées 48° 35′ 04″ nord, 7° 45′ 12″ est
Pays France
Ville Strasbourg
Début rue des Juifs
Fin rue des Récollets
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Rue du Parchemin
Géolocalisation sur la carte : Strasbourg
(Voir situation sur carte : Strasbourg)
Rue du Parchemin

La rue du Parchemin (en alsacien : Pergamentergass) est une voie de Strasbourg rattachée administrativement au quartier Centre. Elle est située dans le prolongement de la rue des Juifs et rejoint la rue des Récollets[1], en laissant la rue des Pucelles, puis la rue Brûlée à l'ouest et la rue de l'Arc-en-Ciel à l'est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plaque bilingue, en français et en alsacien.

Au fil des siècles, la rue a connu différentes dénominations, en latin, allemand ou en français : Vicus Pergamentorum (1339), Birmentergasse (1398), zum Rosenkranz, Rozenkranzgässel (fin du XVIe siècle), Permentergässel (1580), rue du Chapelet (1749), rue du Rosaire ou des Parchementiers (1771), rue des Juifs (1792), rue des Parcheminiers (1808), Pyrmenter-Gasse, Pergamenter-Gasse (1817), rue du Parchemin (1817, 1918), Pergamentergasse (1872, 1940), et, à nouveau, rue du Parchemin, en 1945[1].

Elle doit son nom aux parcheminiers qui, dès 1339, y avaient installé leurs ateliers[2].

Des plaques de rues bilingues, à la fois en français et en alsacien, sont mises en place par la municipalité à partir de 1995[3]. C'est le cas de la Pergamentergass.

Histoire[modifier | modifier le code]

Infléchie vers le nord-est, la rue du Parchemin ne suit plus le tracé d'origine de la voie prétorienne qui se terminait plus au sud par la porte décumane du castrum, à la hauteur du no 4 de l'actuel quai Lezay-Marnésia, car, pour des raisons de défense, il fallait ménager un accès à la poterne Saint-André[2].

Bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

L'ancien no 2.
no 1
Arrivé à Strasbourg, l'imprimeur allemand Heinrich Kayser qui fondera en 1877 les Neueste Nachrichten (ancêtre des Dernières Nouvelles d'Alsace), travaille d'abord dans d'autres imprimeries, puis s'installe à son compte au no 1 de la rue du Parchemin[4].
no 2
À l'angle de la rue des Pucelles, la maison dite « Au Coin doré » (Zum guldenen Eck) portait, selon Adolphe Seyboth, le millésime 1589 sur un pan de bois sculpté entre deux fenêtres du premier étage. En 1898 la Ville acquiert la maison pour rectifier l'alignement de la rue. La démolition a lieu en juillet 1903 et le sol est réuni à la voie publique. Des éléments sont réutilisés pour le lycée des Pontonniers. Achevé en 1905, un nouveau bâtiment de quatre étages (le nouveau no 2) est construit sur le terrain de l’ancien 14, rue des Pucelles et une partie de l'ancien no 4 de la rue du Parchemin[5].
no 3
Portail d'honneur de la résidence épiscopale au no 3.
À l'angle de la rue Brûlée se trouve le palais épiscopal de Strasbourg, ancien hôtel du Grand-Doyenné, qui constitue le premier exemple strasbourgeois d'une demeure à la parisienne[1], notamment par son plan de distribution et le traitement des façades[6]. Il est construit entre 1724 et 1732 par Auguste Malo Saussard d'après les projets de Robert de Cotte pour le prince de Turenne, doyen du grand chapitre de la cathédrale. À partir de 1855, il devient le siège de l'évêché, puis de l'archevêché[6]. L'édifice fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis 1929[7].
no 5
C'est un vaste bâtiment en arc de cercle qui se termine sur la rue Brûlée[2]. La construction de ce magasin à grains pour le Grand Chapitre est demandée en 1722 à Auguste Malo Saussard, elle est finalement menée à bien par Arnaud Lagardelle[6]. Le style de l'édifice est très sobre : chaînages à refends, fenêtres à encadrement de grès rouge, toit à la Mansart[2].
no 11, à l'angle de la rue Brûlée.
no 11
Formant l'angle avec le no 24 de la rue Brûlée, cet immeuble de rapport est nommé Volkskunst (« art du peuple ») pour signifier que l'art nouveau n'est pas réservé aux quartiers résidentiels. Construit pour l'entrepreneur Albert Wieger par les architectes Jules Berninger et Gustave Krafft, il se distingue par une façade en briques jaunes et rouges, une tourelle d'angle avec toiture en pointe, deux balcons circulaires avec garde-corps en ferronnerie[8],[9].
nos 12, 10, 8, 6.
Côté pair

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Maurice Moszberger (dir.), « Parchemin (rue du) », in Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, Le Verger, Barr, 2012 (nouvelle éd. révisée), p. 61-62 (ISBN 9782845741393)
  2. a b c et d Roland Recht, Jean-Pierre Klein et Georges Foessel (dir.), « Rue du Parchemin », in Connaître Strasbourg : cathédrales, musées, églises, monuments, palais et maisons, places et rues, Alsatia, 1998 (nouvelle édition remaniée), p. 103-104 (ISBN 2-7032-0207-5)
  3. « L'alsacien a droit de rue à Strasbourg », Libération, 31 mars 1995, [lire en ligne]
  4. Dominique E. Wirtz-Habermeyer, Histoire des Dernières nouvelles d'Alsace, La Nuée-Bleue, 1987, p. 45 (ISBN 9782716501095)
  5. « 2, rue du Parchemin », Maisons de Strasbourg. Étude historique sur les maisons de Strasbourg entre le XVIe et le XXe siècle [1]
  6. a b et c Jean-Marie Pérouse de Montclos et Brigitte Parent, Alsace : Le Dictionnaire du patrimoine, Éditions Place des Victoires, Paris, 2011, p. 270 (ISBN 978-2809901870)
  7. « Palais épiscopal de Strasbourg », notice no PA00085034, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « 24, rue Brûlée (Strasbourg) », ArchiWiki [2]
  9. Shelley Hornstein, Tendances d'architecture Art Nouveau à Strasbourg, Université de Strasbourg, 1981 (thèse de 3e cycle)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Moszberger (dir.), « Parchemin (rue du) », in Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, Le Verger, Barr, 2012 (nouvelle éd. révisée), p. 66-67 (ISBN 9782845741393)
  • Jean-Marie Pérouse de Montclos et Brigitte Parent, Alsace : Le Dictionnaire du patrimoine, Éditions Place des Victoires, Paris, 2011, p. 270 (ISBN 978-2809901870)
  • Roland Recht, Jean-Pierre Klein et Georges Foessel (dir.), « Rue du Parchemin », in Connaître Strasbourg : cathédrales, musées, églises, monuments, palais et maisons, places et rues, Alsatia, 1998 (nouvelle édition remaniée), p. 103-104 (ISBN 2-7032-0207-5)
  • (de) Adolphe Seyboth, « Pergamentergasse. Rue du Parchemin », in Das alte Strassburg, vom 13. Jahrhundert bis zum Jahre 1870 ; geschichtliche Topographie nach den Urkunden und Chroniken, Strasbourg, 1890, p. 25-26

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]