Rue Corneille (Nantes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rue Corneille
Situation
Coordonnées 47° 12′ 49″ nord, 1° 33′ 45″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Centre-ville
Début Place Graslin
Fin Rue Scribe
Morphologie
Type Rue
Forme Rectiligne
Histoire
Création Fin XVIIIe siècle
Monuments Théâtre Graslin
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Rue Corneille
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Rue Corneille
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue Corneille

La rue Corneille est une voie du centre-ville de Nantes, en France.

Description[modifier | modifier le code]

La rue Corneille, qui relie la place Graslin (à l'angle avec la rue Racine) à la rue Scribe, est pavée et fait partie d'un secteur piétonnier. Elle ne croise aucune autre voie.

Dénomination[modifier | modifier le code]

La dénomination de la voie est un hommage à Pierre Corneille (1606-1684), dramaturge et poète français[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Cinéma Katorza[modifier | modifier le code]

Le cinéma Katorza en janvier 2017.

Le « cinéma Katorza » est créé par Salomon Kétorza (1863-1928), originaire de Tunisie, qui arrive à Nantes en 1898 avec un cinéma ambulant qui ne passe pas inaperçu : transporté par train avec 14 wagons, il comporte 6 écrans géants, une salle de 27 mètres de long sur 8 mètres de large, un orgue pour remplacer les 140 musiciens et un moteur équivalent à 50 chevaux[2]. Ensuite, après avoir loué et transformé la salle de spectacle de l'Appollo, rue Racine, en cinéma, Kétorza achète en 1920 une autre salle de spectacle, l'« Élysée Graslin » (appelé successivement « Petit Casino », « Cinéma Théâtre Variétés » et « Femina ») située au numéro 3 de la rue, qu'il transformera en café-concert rebaptisé « Katorza », le [3],[4].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la rue est touchée par le bombardement du 16 septembre 1943. Le cinéma Katorza est détruit ; il est rebâti après-guerre et ouvre de nouveau ses portes en 1951. Dans les années 1980, le Katorza est transformé en un complexe de 6 salles qui, à partir de 1995, se consacre essentiellement au cinéma d’Art et Essai[3].

Le cinéma sert de décor une scène du film Lola de Jacques Demy, sorti en 1961[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pied 1906, p. 79.
  2. « A Nantes, le cinéma Katorza fête ses 100 ans », sur France 3 Pays de la Loire (consulté le )
  3. a et b « Historique du Katorza », cinéma Katorza (consulté le ).
  4. Olart 2009, p. 51.
  5. « Lola », sur filmfrance.net, Commission nationale du film France (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Olart (photogr. Laurent Allenou), Nantes secret et insolite : les trésors cachés de la cité des ducs, Paris, Les Beaux Jours/Compagnie parisienne du livre, , 176 p. (ISBN 978-2-35179-040-3), p. 51.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :