Rue Philippe-de-Girard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
10e, 18e arrt
Rue Philippe-de-Girard
Ancienne caserne de sapeurs-pompiers au 12 rue Philippe-de-Girard, au coin de la rue de l'Aqueduc.
Ancienne caserne de sapeurs-pompiers au 12 rue Philippe-de-Girard, au coin de la rue de l'Aqueduc.
Situation
Arrondissement 10e, 18e
Quartier Saint-Vincent-de-Paul
Chapelle
Début 191 rue La Fayette
Fin 81 rue Riquet
76 rue Marx-Dormoy
Morphologie
Longueur 1 037 m
Largeur 13 m
Historique
Dénomination 1865
Ancien nom Chemin des Potences
rue de Chabrol
Géocodification
Ville de Paris 7345
DGI 7385

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Philippe-de-Girard

La rue Philippe-de-Girard est une voie du nord de la ville de Paris, comprise au sein des 10e et 18e arrondissements, en France.

Situation[modifier | modifier le code]

La rue Philippe-de-Girard est une voie publique des 10e et 18e arrondissements de Paris. Orientée globalement nord-nord-ouest/sud-sud-est, elle débute au sud dans le 10e arrondissement entre les 191 et 193 rue La Fayette, sur la place Dulcie-September. Elle se termine au nord dans le 18e arrondissement à l'extrémité ouest de la rue Riquet, sur la place Paul-Éluard. Elle mesure près de 1 040 mètres de long.

Conformément à la nomenclature parisienne, la numérotation des bâtiments croît quand on se dirige du sud vers le nord sur la rive droite de la Seine et inversement sur la rive gauche. Les numéros pairs sont alors à droite, les numéros impairs à gauche.

Outre ces voies aux extrémités, la rue est croisée par les voies suivantes :

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette rue a été dénommée en l'honneur de Philippe Henri de Girard (1775-1845), mécanicien français et inventeur de la machine à filer[1]

Historique[modifier | modifier le code]

La voie correspondant à l'actuelle rue Philippe-de-Girard est une ancienne voie romaine (route de l'étain)[2]. Elle apparaît sur le plan de Roussel (1730)[3]. La partie nord appartient à l'ancienne commune de La Chapelle-Saint-Denis jusqu'à son annexion à Paris par la loi du 16 juin 1859 et porte le nom de rue de Chabrol. La partie parisienne au sud s'appelle alors rue de la Chapelle.

En 1863, la rue de Chabrol est officiellement rattachée à la voirie parisienne[4]. En 1865, les deux rues sont réunies pour former la rue Philippe de Girard.

Bâtiments remarquables, et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Plaque portant le nom de la rue, au croisement avec le boulevard de la Chapelle.

La rue Philippe-de-Girard comporte les sites particuliers suivants :

  • Les premiers mètres de la rue surplombent les voies de la gare de l'Est sur sa gauche. La rue les traverse via la place T/10.
  • no 12 : ancienne caserne de sapeurs-pompiers
  • no 13 : Ici mourut le 1er octobre 1905, Clémentine George, la première femme du peintre belge Charles Ferdinand Ceramano (1831-1909) dont il vivait séparé.
  • Vers le no 34, au lieu-dit la Butte des Potences, se trouvaient une annexe du Gibet de Montfaucon, et les moulins de la Potence, moulin Bleu et moulin de la Tour[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 2 octobre 1865 [lire en ligne]
  2. « La ville gallo-romaine au IIIe siècle », Atlas historique [lire en ligne] [PDF].
  3. Paris, ses fauxbourgs et ses environs où se trouve le détail des villages, châteaux, grands chemins pavez et autres, des hauteurs, bois, vignes, terres et prez, levez géométriquement, 1730 [lire en ligne].
  4. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Classement de rues dans la zone annexée à Paris », p. 335.
  5. Cordier Henri. Le vieux Paris: la chapelle Saint Denis [Lucien Lambeau. Histoire des Communes annexées à Paris en 1859, publiée sous les auspices du Conseil général : La Chapelle Saint-Denis. In: Journal des savants. 23e année, janvier-février 1925. p. 19-22.]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]