Rudolf Spanner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rudolf et Spanner.

Rudolf Maria Spanner (1895-1960) est un médecin et professeur d'anatomie allemand, qui fabriqua du savon en utilisant de la graisse de cadavres humains durant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Metternich près de Coblence (Rhénanie-Palatinat) et employé avant la Seconde Guerre mondiale à l'institut anatomique de Kiel[1], Spanner aurait également travaillé dans un hôpital londonien au cours de ses études. Membre du Parti nazi et mobilisé comme médecin SS[réf. souhaitée], il dirigea l'Institut anatomique de Dantzig de 1940 à 1945.

Le docteur Spanner fut accusé d'avoir inventé, de sa propre initiative, un procédé expérimental de fabrication de savon à partir de la graisse de cadavres humains. À partir de février 1944, il élabora une quantité limitée de ce savon, entre dix et cent kilogrammes, et ordonna de nettoyer les salles d'autopsie avec ce produit[2], ainsi que d'en injecter aux ligaments des articulations[3].

La rumeur alléguant une fabrication massive de savon fait de cadavres humains existait déjà depuis la Première Guerre mondiale[4],[5]. Toutefois, il est aujourd'hui admis que Spanner a bel et bien utilisé à cette fin de la graisse extraite des cadavres de patients de l'hôpital psychiatrique de Konradstein, de détenus exécutés dans les prison de Königsberg et Dantzig, et de déportés du camp de concentration de Stutthof[6],[3].

J. Neander, dans une étude publiée par l'université de Californie à Santa Barbara, estime toutefois que Spanner n'a pas cherché à mettre au point un procédé expérimental, mais a simplement tiré parti d'une graisse saponacée qui apparaît toujours dans la fabrication de préparations anatomiques[7].

Quittant Dantzig devant l'avance soviétique en , le médecin nazi se replia à Halle. Après la guerre, malgré deux enquêtes ouvertes à son encontre à Hambourg en 1947 et à Flensburg en 1948, il ne semble pas avoir été condamné pour ses actes. Réintégrant la carrière universitaire, Spanner fut ensuite titulaire de la chaire d'anatomie et directeur de l'institut d'anatomie de l'université de Cologne. Il publia un manuel d'anatomie destiné aux étudiants en 1953 et mourut le .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Rudolf Spanner » (voir la liste des auteurs).

(ru) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en russe intitulé « Шпаннер, Рудольф » (voir la liste des auteurs).

  1. (de) Publication académique du docteur Spanner à Kiel en 1925
  2. (en) Zofia Nałkowska (trad. Diana Kruprel) ; Medallions (Jewish Lives) ; Northwestern University Press ; février 2000 ; (ISBN 0810117436)
  3. a et b (en) Auschwitz-Birkenau Memorial and Museum ; Human Fat Was Used to Produce Soap in Gdansk during the War « Copie archivée » (version du 27 septembre 2007 sur l'Internet Archive) ; 13 octobre 2006.
  4. (en) The Soap Myth ; Jewish Virtual Library
  5. (en) The Soap Allegations ; Jewish Virtual Library
  6. (en) Soap made from humain remains ; Nizkor.org
  7. J. Neander, « The Danzig Soap Case : Facts and Legends around "Professor Spanner" and the Danzig Anatomic Institute 1944-1945 », German Studies Review, 29:1 (février 2006), p. 63-86, consultable sur le site de l'université de Californie à Santa Barbara.

Liens externes[modifier | modifier le code]