Robert Sutton de Clonard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert Sutton de Clonard, navigateur irlandais, né le 11 août 1751 à Wexford en Irlande, décédé en 1788, à Vanikoro, membre de l'expédition de Lapérouse (1er août 1785-1788).

Contexte[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Thomas Sutton de Clonard, syndic de la Compagnie des Indes et Phyllis Masterson de Castletown. Les Clonard ont des liens avec les milieux coloniaux de l'Inde : son père y fit plusieurs campagnes commerciales.

Ses frères seront ses seuls héritiers. Sa famille compte plusieurs marins, par exemple son oncle, le lieutenant de vaisseau Thomas de Clonard, son jeune frère garde de la marine, mort au combat en 1779 sur le Languedoc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il sert d'abord dès 1768 sur des vaisseaux de la Compagnie des Indes, le Laverdy et le Duc-de-Praslin.

En 1774, tandis que Lapérouse, à bord de la Seine, défend Mahé assiégée, Clonard commande un petit bâtiment pourvu d'un seul canon et court attaquer les retranchements ennemis à portée de mousquet; dans l'action, il est légèrement blessé.

Le 16 mars 1775, toujours en Inde, il défend avec succès un petit fort que Repentigny, commandant à Mahé, lui a confié. Au roi, qui lui accorde pour sa conduite en Inde une pension de 300 livres sur le Trésor royal, il demande qu'on substitue à cette récompense la croix de Saint Louis, car, dit-il, il est « plus sensible à l'honneur qu'aux grâces pécuniaires ».

Lieutenant de vaisseau sur le Glorieux, commandé par le vicomte d'Escars, lors de la Guerre d'indépendance américaine, il participe à la prise de Tabago (30 mai 1781). Le 12 septembre 1781, il passe au commandement de La Diligente, sur l'ordre du comte de Grasse.

En 1782, au cours du naufrage de La Diligente, il montre « prudence, […] courage et […] fermeté » [réf. nécessaire]. Pendant les sept années suivantes, il assume les fonctions de premier lieutenant chargé du détail, ses campagnes sont de toutes sortes, depuis les croisières de routine, comme l'achat et le transport de bois de Riga, jusqu'au service en guerre, dans l'Inde et en Amérique. Il est noté comme ayant « des connaissances de la navigation et de ce qu'il doit remplir »[réf. nécessaire]. Il reçoit la médaille de la Société des Cincinnati en 1783[1].

En 1785, il a servi dans huit campagnes complètes, dont trois comme commandant en chef. Il est alors désigné assurer l'armement et l'arrimage de la Boussole jusqu'à l'arrivée de La Pérouse à Brest. Dès le 29 avril, il est affecté au bâtiment commandé par La Pérouse comme commandant en second de la Boussole, puis commandant de l'Astrolabe après le décès de Paul Fleuriot de Langle. Après une longue exploration du Pacifique, il disparait en 1788 à Vanikoro dans un naufrage avec tous les membres de l'expédition.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Plongée magazine, no 16, « Vanikoro », sous-titré « Dernières nouvelles de La Pérouse », par Pierre Larue, p. 52
  • Le Mystère Lapérouse, ou le Rêve inachevé d'un roi, par l'association Salomon, éditions de Conti, mars 2008
  • Pierre Bérard, Le voyage de La Pérouse : Itinéraire et aspects singuliers, Albi, Un Autre Reg’Art, , 175 p. (ISBN 978-2-916534-60-2)
  • Michel Vergé-Franceschi, Dictionnaire d'Histoire maritime, Paris, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1508 p. (ISBN 2-221-08751-8 et 2-221-09744-0)
  • Étienne Taillemite, Marins français à la découverte du monde : De Jacques Cartier à Dumont d'Urville, Paris, éditions Fayard, , 725 p.
  • (en) Richard Hayes, « Biographical Dictionary of Irishmen in France: Part XX », Studies: An Irish Quarterly Review, vol. 36, no 142,‎ , p. 217-224 (lire en ligne).

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]