Robert Le Balle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robert Le Balle
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Robert Le Balle[1], juriste et résistant français, né à Laval le [2], professeur à la faculté de droit de Rennes, de Lille puis de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'un ancien inspecteur d'académie de la Mayenne: Léopold-Jean Le Balle (1851-1924)[3] et de Noémie Duchesne.

Étudiant de la Faculté de droit de Rennes[4] puis de Paris. Il est agrégé en 1926 et devient professeur. Il se marie le à Besançon, avec Marguerite Krug[5].

Il meurt le [réf. nécessaire].

Une journée en son hommage s'est déroulée à Laval en 2015. Les actes du colloque ont été publiés en 2016 (Association Henri Capitant, Hommage à Robert Le Balle, Dalloz, 2016).

Résistance à Paris[modifier | modifier le code]

Professeur de droit civil à Paris, il est connu pendant la Résistance intérieure sous le nom d’Oncle Bob[6]. Il est également le responsable du mouvement de résistance Organisation civile et militaire (OCM)[7] de la faculté de droit de Paris.

Il dirige le réseau Orion avec Jean-Baptiste Biaggi, Michel Alliot, et Xavier Escartin. Ce réseau se consacre en priorité aux évasions de Français par l'Espagne à partir de 1943. Serge Marcheret[8] infiltre le réseau. Le , les dirigeants sont arrêtés sauf Le Balle.

Résistance Navarre dans le Nord-Est de la Mayenne[modifier | modifier le code]

Ami de la famille de Paul Janvier[9], il va le voir à Bais en et lui demande de faire partie de l’Organisation civile et militaire (OCM), tout en devenant agent de renseignement dans le réseau Navarre. Janvier accepte à condition de rester un agent strictement militaire des Forces françaises libres (FFL)[N 1], et s’accordent sur le code à observer pour la réception des résistants envoyés par Robert Le Balle. L’objet du réseau est renseignement, préparation des parachutages[10], organisation de la résistance.

Il sera aussi professeur de droit à l'Université Laval au Québec. Il sera président de l'Association Henri Capitant des amis de la culture juridique française[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Répétitions écrites de droit civil, rédigées d'après le cours et avec l'autorisation de M. Le Balle,... Capacité. 1re et 2e année. Paris, "Les Cours de droit", 1941-1958. Répétitions écrites pour la préparation de tous les examens de droit.
  • Cours d'institutions judiciaires et droit civil, rédigé d'après la sténotypie du cours et avec l'autorisation de M. Le Balle,... Licence, 1re-3eme année. 1944-1957. Publication : Paris, les Cours de droit.
  • Cours de droit civil approfondi, rédigé d'après la sténographie et avec l'autorisation de M. Le Balle,... Diplôme d'études supérieures. Droit privé. 1945-1947, Paris, les Cours de droit.
  • Avec la collaboration de Roger Nowina, Manuel pratique du contentieux de la sécurité sociale, Paris, Sirey ; 1956. In-8°, VIII-330-14 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sans allégeance politique d'aucune sorte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ou encore Leballe.
  2. Archives départementales de Mayenne, acte de naissance n°124 dressé le 29/03/1899, vue 33 / 135
  3. Né le 23 mars 1851 à Granville, et mort le 30 mars 1924 à Granville. Agrégé de grammaire, chevalier de la Légion d'honneur en 1910. Il est l'auteur d'un discours prononcé au Lycée de Laval en 1915, et publié : Académie de Rennes. Lycée de garçons et collège de jeunes filles de Laval. Discours prononcé à la distribution des prix, le 13 juillet 1915, par M. Le Balle,... , Laval : E.-M. Lelièvre, 1915, in-8° , 12 p. Il est l'auteur de Cours de langue française, et de Cours de morale et d'éducation civique en 1889-1990. Il a été professeur au collège de Dinan, au Lycée de Laval, au Lycée de Brest, puis inspecteur d'académie en Vendée, et en Mayenne.
  4. Il est élève de Paul Lerebours-Pigeonnière.
  5. Fille de Charles Krug, maire radical-socialiste de Besançon et de Cécile Garnier.
  6. Ouvrage de Jean-Claude Demory Pompiers dans Paris en guerre, p. 258
  7. Fondé par Maxime Blocq-Mascart.
  8. Agent français de la Gestapo.
  9. Sa sœur Jeanne Le Balle est l'épouse d'Eugène Motin, docteur à Bais, né en 1870.
  10. Michel Desrues, Magali Eve, Mémorial de la Mayenne, 1940-1945 : fusillés, massacrés, morts aux combats de la libération, p. 24-56, éd. Direction départementale de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre de la Mayenne, 2001, (ISBN 2951224540)
  11. « Présentation de l'Association Henri Capitant des amis de la culture juridique française », sur http://www.henricapitant.org (consulté le 20 juillet 2016)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]