Riwal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Riwal ou Riwall Meur Marzhou, en latin : Riwalus (mort vers 520) est un dux breton chef de l'émigration bretonne en Armorique au début du VIe siècle et fondateur de lignée des rois de Domnonée.

Origine[modifier | modifier le code]

La Chronicon brittanicum (couchée sur papier au XVe siècle) indique pour l'année 511 ou 513 selon les versions, que sous le règne des fils du roi Clovis arrivent en Armorique des Bretons venant de la Bretagne d'outre mer (transmarini Britones in minorem Britanniam)[1]. Leur chef ou dux est un nommé Riwal (latin Riwalus)[2]. La vita de Winnoc rédigée au IXe siècle à partir de sources des VIe et VIIe siècles précise que ce Riwalus Britanniae dux est le fils d'un certain Deroch[3].

La Chronique de Saint-Brieuc précise que les chefs des Bretons séjournant dans les îles étaient Urbien, Donot et Riwall Meurmarzou, frères germains, fils de Deroch fils de Gwithol fils d'Urbien fils de Catou fils de Gerenton [4]. Cette généalogie recoupe assez correctement celles des rois de Domnonée insulaire (Dunmonia), contenues dans l'« Ach Morgan ab Owain  » du MS 20 du Jesus College antérieur à 1200 et du « Bonedd Y Saint » (XIIe siècle) étudiées notamment par Rachel Bromwich qui comprennent un Cado fils de Geraint fils d'Erbin/Urbien, et il semble qu'il y ait là une confusion entre les lignées[5].

La liste de souverains du cartulaire de Landévennec recopiée aux IXe et XIe siècles commence avec deux noms: Rivelen Mor Marthou (Grand chevalier) et Rivelen Meurmazou; il semble qu'il s'agisse en fait du même personnage, dédoublé, que celui évoqué dans la chronique de Saint-Brieuc, le premier prince de Domnomée: Riwal Meur Marzou, c'est-à-dire « aux grandes merveilles »[6].

Bernard Merdrignac souligne que dans les différentes Vita, Rivalus est alternativement présenté comme « Domnonicae partis ducem » (Vita de Guénolé IXe siècle) , « roi de Cornouaille » pour la Vita de Guénaël (XIe siècle) ou comme le « fondateur d'un royaume double en Bretagne et en Armorique » (Vita de Lunaire IXe – Xe siècles)[7].

Implantation[modifier | modifier le code]

Riwal une fois arrivé en Bretagne négocie un accord avec les Francs pour posséder et exercer en paix son autorité sur la future Domnonée[8]. Le roi des Francs lui donne congé pour l'habiter, cultiver donner et vendre sur sa parole (latin sub verbo). Le traité est selon la vita de Winnoc de « l'année 513 à l'époque du roi Clotaire » mais Léon Fleuriot estime qu'il doit avoir été conclu avec le frère de Clotaire, Childebert Ier le roi de Paris qui contrôlait la Neustrie dont la politique d'alliance avec les Bretons, ses voisins, semble plus suivie[9] Riwal doit d'abord marcher contre les barbares qui s'y trouvaient depuis 509, des Goths et des Frisons conduit par leur roi Corsold. Après les avoir exterminés, il répartit ensuite les domaines vacants entre ses compagnons et bâtit des églises. Selon Arthur de la Borderie, il serait mort vers 520[10].

Contrairement à la thèse classique d'Arthur de La Borderie de bretons insulaires fuyant devant l'avancée des Anglo-Saxons, Léon Fleuriot estime que l'arrivée de cette nouvelle vague d'émigration bretonne à partir de 500 parait être une des conséquences d'un traité conclu vers 497[11] entre Clovis et les populations gallo-romaines d'Armorique[12]. De ce fait, l'installation de Riwal qui, après avoir « pris l'avis de ses compagnons des deux sexes, pris avec lui un feu de braises et un coq... », arrive en petite-Bretagne et se fait reconnaître comme ri des Bretons, à tout l'aspect d'une émigration ou d'une colonisation organisée et planifiée avec le roi des Francs Childebert Ier, dont l'influence s'étend outremer[13]

Postérité[modifier | modifier le code]

La vita de Winnoc, qui le présente comme son descendant, fait de Riwal l'ancêtre de la lignée des roi de Domnomée armoricaine:

Riwal engendre Deroch père de Riatham père de Iona père de Judual père de Juthaël père du roi saint Judicaël qui régna en Bretagne[14].

Arthur de La Borderie et plus récemment A.J. Raude ont fait le constat que la liste de noms comprenait trop de générations immédiatement après Riwal. Le premier estimant « l'entassement impossible de quatre générations en 20 ans » propose de supprimer radicalement de la liste Riatham, « mentionné dans aucun document historique », et voit en lui un fils ainé de Deroch mort avant d'avoir régné et un frère de Iona[15] A.J. Raude à partir du même constat considère que Deroch est une épithète qu'il interprète à partir du gallois Der c'est-à-dire: obstiné indompté latinisé en Ferox et attribué à plusieurs personnages, dont Riwal lui-même et son fils Riatham[16].

Le personnage du dux Riwal a été incorporé dans plusieurs Vita de saints bretons postérieurs [17]. Il a même lui-même été considéré comme un saint sous le nom de Saint Riware

Articles liés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur de La Borderie Histoire de Bretagne, Joseph Floch imprimeur éditeur, Mayenne 1975 tome premier, p. 350 note no 1
  2. Bernard ̥Merdrignac D'une Bretagne à l'autre. Les migrations bretonnes entre histoire et légende Presses universitaires de Rennes, 2012 (ISBN 9782753517769) chapitre Riwal chef des Bretons de part et d'autre de la Mer p. 166-168
  3. Riwalus Britanniae dux filius fuit Derochi filii Guitoli filii Urbieni filii Catoui filii Gerentonis.
  4. Alan-Joseph Raude, L'origine géographique des Bretons armoricains, Lorient, Dalc'homp Sonj, 1996 (ISBN 9782905929105), Chronique de Saint-Brieuc § 7 p. 103.
  5. Alan-Joseph Raude Op.cit chapitre 3.4 « Les souverains de Dumnonia » p. 47
  6. André Chédeville et Hubert Guillotel, La Bretagne des saints et des rois : Ve – Xe siècle, Ouest-France Université Rennes, 1984 (ISBN 2858826137), p. 78-79.
  7. Louis Lemoine et Bernard Merdrignac Corona Monastica. Moines bretons de Landévennec, histoire et mémoire celtique Mélange offerts au Père Marc Simon. Presses universitaires de Rennes , Rennes, 2004 (ISBN 9782753500280). Bernard Merdrignac : « Généalogies et secrets de famille ».
  8. Myles Dillon/ Nora Kershaw Chadwick Les royaumes Celtiques (édition augmentée d'un chapitre sur la Gaule dans le monde Celtique par Christian-Joseph Guyonvarc'h et Françoise Le Roux Fayard Paris (1974) p. 79-80
  9. Léon Fleuriot les Origines de la Bretagne éditions Payot Paris 1980 (ISBN 2228127108) p. 185
  10. Arthur de La Borderie Op.cit p. 355
  11. au plus tard en 508 lorsque le roi des Francs a été investi officiellement de l'autorité sur la région par l'Empire romain d'Orient
  12. Léon Fleuriot Op.cit p. 182
  13. Christian Y.M Kerboul Les royaumes brittoniques au très haut Moyen Âge Éditions du Pontig (1997) (ISBN 2 951031033) p. 127-129.
  14. Derochus genuit Riatham et Riatha genuit Ionam et Iona genuit Juduualum et Juduualus genuit Juthaelum. Juthaelus genuit sanctum Judicaëlum regem...
  15. Arthur de La Borderie Op.cit p. 400 note no 3.
  16. Alan-Joseph Raude Op.cit p. 144
  17. Cité dans la Vie de Saint-Leonor, « parent proche de Riwal de Domnonée » Léon Fleuriot Op.cit p. 187

Sources[modifier | modifier le code]