Riek Machar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Riek Machar
Illustration.
Fonctions
Premier vice-président de la République du Soudan du Sud
En fonction depuis le
(11 mois et 4 jours)
Président Salva Kiir
Prédécesseur Taban Deng Gai

(2 mois et 29 jours)
Président Salva Kiir
Prédécesseur James Wani Igga
Successeur Taban Deng Gai
Vice-président de la République du Soudan du Sud

(2 ans et 14 jours)
Président Salva Kiir
Prédécesseur Fonction créée
Successeur James Wani Igga
Vice-président de la région autonome du Soudan du Sud

(5 ans, 11 mois et 8 jours)
Président Salva Kiir
Prédécesseur Salva Kiir
Successeur Lui-même (vice-président de la République du Soudan du Sud)
Biographie
Nom de naissance Riek Machar Teny Dhurgon
Date de naissance (70-71 ans)
Lieu de naissance Leer (Soudan)
Nationalité sud-soudanaise
Parti politique SPLM
Conjoint Angelina Teny
Diplômé de Université de Khartoum
Université de Londres
Profession Ingénieur

Riek Machar
Vice-présidents de la République du Soudan du Sud

Riek Machar, né en 1950 à Leer, est un homme d'État sud-soudanais. Il est vice-président de la République de 2011 à 2013, en 2016 et depuis 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Riek Machar Teny Dhurgon, né en 1950 à Leer, dans l’État de l’Unité, est le fils du chef d’Ayod et de Leer. Il a été élevé en tant que membre de l'église presbytérienne. Machar appartient à la section Dok du peuple Nuer. Il a suivi une formation d'ingénieur à l'Université de Khartoum et a obtenu un doctorat en génie mécanique de l'Université de Bradford en 1984.

Machar a été appelé un tuut dhoali / Doth en anglais, qui peut être traduit par « adulte garçon », ce qui signifie non initié et alphabète. Il a essayé de transcender les divisions tribales et a tenté à un moment d'interdire les marques d'initiation. Cependant, dans sa lutte avec John Garang, il exploita les rivalités ethniques entre les peuples Nuer et Dinka. Machar a épousé Emma McCune, une travailleuse humanitaire britannique. Elle est décédée dans un accident de voiture à Nairobi en 1993, à l'âge de 29 ans, alors qu'elle était enceinte. La première épouse de Machar, Angelina Teny, est l'une des femmes politiques de premier plan au Soudan du Sud. Elle a été ministre d'État à l'Énergie et aux Mines au sein du gouvernement de transition entre 2005 et 2010.

Il appartient à l'ethnie Nuer. Devenu vice-président de la région autonome du Soudan du Sud en 2005, il le demeure lors de l'indépendance de celui-ci le . Deux ans plus tard, il est limogé par le président Salva Kiir avec tout son gouvernement le , après avoir fait état de son ambition de briguer le poste de président de la République lors des élections prévues en 2015[1].

Le , des combats éclatent dans la capitale Djouba, entre ses partisans et ceux du président Kiir, faisant ressurgir de vieilles dissensions entre les différents clans du Mouvement populaire de libération du Soudan, l'ancienne rébellion qui mena le pays à l'indépendance, sur fond de rivalité ethnique : d'un côté les Nuers et de l'autre les Dinkas (ethnie majoritaire dont est issu Salva Kiir). Le 16 décembre, le président Kiir annonce qu'un coup d'État a été déjoué. Au soir du 17 décembre, Riek Machar était toujours « en fuite » et activement recherché, tandis que huit de ses ministres avaient été arrêtés, alors que les affrontements avaient déjà fait 73 victimes[2],[3].

Le , dans le but de tenter de mettre fin à la guerre civile, il est de nouveau nommé vice-président par le président Salva Kiir[4]. Le suivant, après de nombreux reports[5], il prend finalement ses fonctions après avoir prêté serment[6].

Le cependant, l'annonce par des médias sociaux que Machar serait retenu en otage par des partisans du chef de l'État met le feu aux poudres et entraîne des affrontements qui durent plusieurs jours et se terminent par un cessez-le-feu le 13 juillet. Craignant pour sa sécurité, Machar refuse de retourner à Juba et le 25 juillet, il est remplacé par Taban Deng Gai comme premier vice-président de la République, mais il conteste son éviction[7].

Le , quelques jours après la signature à Khartoum d'un accord de cessez-le-feu permanent avec Salva Kiir, il est annoncé que Machar retrouverait son poste de premier vice-président, que les titulaires sortants seraient maintenus à leurs fonctions et qu'une femme membre de l'opposition serait également nommée[8]. Le , un nouvel accord signé à Khartoum prévoit la nomination pour trois ans de Machar comme vice-président, et de quatre autres vice-présidents, la formation d'un gouvernement de transition de 35 membres, dont 20 de Kiir, 9 de Machar, ainsi que l'élargissement du parlement à 550 membres, dont 332 loyaux à Kiir et 128 à Machar[9]. Le , l'accord de paix est signé à Addis-Abeba[10]. En , Salva Kiir et Riek Machar se sont rencontrés pour mettre en application l'accord de , dans le but de former un gouvernement pour [11].

En , il se met d'accord avec son rival, le président Salva Kiir, pour former un gouvernement d'union nationale à la fin du mois de [12]. À la suite de cet accord, il est nommé vice-président le [13]. Son épouse Angelina Teny est nommée ministre de la Défense[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. South Soudan's Riek Machar eyes Salva Kiir's job, BBC News. Consulté le 31 juillet 2013
  2. Soudan du Sud : les vieux démons resurgissent - article du Point du 17 décembre 2013
  3. Soudan du Sud: 73 morts dans les affrontements à Juba « Copie archivée » (version du 17 décembre 2013 sur l'Internet Archive) - Article Libération du 17 décembre 2013
  4. Le Point, magazine, « Soudan du sud: Salva Kiir nomme son rival Riek Machar vice-président », sur Le Point (consulté le 12 février 2016)
  5. « Au Soudan du Sud, le retour du chef rebelle Machar encore retardé », sur Le Monde, (consulté le 5 mai 2016)
  6. « Soudan du Sud : Riek Machar, de retour à Juba, a prêté serment comme vice-président - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 5 mai 2016)
  7. « Soudan du Sud : Salva Kiir remplace son vice-président Riek Machar par Taban Deng Gai », France24, 25 juillet 2016
  8. « Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar va retrouver son poste de vice-président », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 7 juillet 2018)
  9. Le Point, magazine, « Soudan du Sud: les belligérants signent un accord sur le partage du pouvoir », sur Le Point (consulté le 5 août 2018)
  10. AFP, « Soudan du Sud: les belligérants signent un nouvel accord de paix », sur Libération, (consulté le 12 septembre 2018) Inscription nécessaire
  11. Florence Miettaux, « Au Soudan du Sud, la mise en œuvre laborieuse de l’accord de paix », sur Le Monde,
  12. « Salva Kiir et Riek Machar s'engagent à former un gouvernement », sur bbc.com,
  13. « L'union nationale en marche au Soudan du Sud: Riek Machar nommé vice-président », sur RFI, (consulté le 22 février 2020)
  14. « Soudan du Sud: le président Kiir dévoile le nouveau gouvernement », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 18 mars 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :