Ricardo Ezzati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ricardo Ezzati Andrello, s.d.b
Image illustrative de l’article Ricardo Ezzati
Biographie
Naissance (77 ans)
à Campiglia dei Berici (Italie)
Ordre religieux Salésiens
Ordination sacerdotale
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape François
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Santissimo Redentore a Val Melaina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Oviedo Cavada
Dernier titre ou fonction Archevêque émérite de Santiago du Chili
Archevêque de Santiago du Chili (Chili)
Archevêque de Concepción (Chili)
Évêque titulaire de La Imperial
Évêque auxiliaire de Santiago du Chili (Chili)
Évêque de Valdivia (Chili)

Blason
« Para evangelizar »
(« Pour évangéliser »)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Ricardo Ezzati Andrello, né le à Campiglia dei Berici dans la province de Vicence, en Italie, est un évêque italo-chilien, archevêque émérite de Santiago du Chili depuis 2019. Il a été créé cardinal en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1959 il émigre au Chili pour rejoindre le noviciat des salésiens à Quilpué. Il effectue le cycle de philosophie à l'université pontificale catholique de Valparaíso et le cycle de théologie à l'université pontificale salésienne de Rome où il obtient une licence en théologie.

Il prononce ses vœux perpétuels chez les salésiens le 30 décembre 1966 et il est ordonné prêtre le 18 mars 1970.

Il poursuit ses études et obtient une licence en science religieuse de l'Institut de pastorale catéchétique de Strasbourg.

Évêque[modifier | modifier le code]

Le 28 juin 1996, Jean-Paul II le nomme évêque de Valdivia, au Chili. Il reçoit la consécration épiscopale le 8 septembre suivant des mains du cardinal Carlos Oviedo Cavada alors archevêque de Santiago du Chili.

Le 10 juillet 2001, il est nommé évêque titulaire (in partibus) de La Imperial et évêque auxiliaire de Santiago.

Au cours de ce mandat, il est mis au courant, en même temps que l'archevêque de Santiago, Francisco Javier Errázuriz Ossa, des multiples accusations d'abus sexuels lancées à partir de 2003 contre le curé d'El Bosque, Fernando Karadima, dont l'influence dans l'église chilienne est forte, étant soutenu par le cardinal secrétaire d'État Angelo Sodano (ancien nonce apostolique du Chili). Ces accusations, tout d'abord camouflées par l'Église chilienne, se concluent par une condamnation en 2011 de Karadima à une vie de prière et de pénitence par la congrégation pour la doctrine de la foi, pour « abus de mineurs », adultère « commis avec violence » et « d’abus dans l’exercice du ministère » sacerdotal[1].

Le 27 décembre 2006, Benoît XVI le transfère au siège métropolitain de Concepción avant de le rappeler le 15 décembre 2010 à Santiago du Chili comme archevêque en remplacement du cardinal Errázuriz qui se retire pour raison d'âge[2].

Il est également président de la Conférence épiscopale du Chili de novembre 2010 à 2016. Il ouvre la cause de béatification de Mgr Enrique Alvear Urrutia en 2012.

Le dimanche , le pape François annonce au cours de l’Angélus, sa création comme cardinal qui aura lieu le en même temps que celle de dix-huit[3] autres prélats[4].

Le , il est nommé par le pape Père synodal pour la troisième assemblée générale extraordinaire du synode des évêques sur la famille se déroulant du 5 au 19 octobre en qualité de président de la conférence épiscopale des évêques du Chili[5].

Comme tous les évêques chiliens, il donne sa démission au pape François le 18 mai 2018[6]. Elle est acceptée le 23 mars 2019, après qu'une procédure judiciaire a été engagée contre lui au Chili[7]. Le pape nomme alors à la tête de l'archidiocèse, non pas un nouvel archevêque mais un administrateur apostolique «sede vacante et ad nutum Sanctae Sedis» en la personne du capucin espagnol Celestino Aós Braco, évêque du diocèse de Copiapó au Chili[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cécile Chambraud, « L’Eglise chilienne et la loi du silence », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. Cette nomination fait de lui un candidat probable à une barrette de cardinal lorsque son prédécesseur aura atteint l'âge de 80 ans
  3. dont trois ne seront pas cardinaux électeurs du fait de leur âge
  4. News.va, « Le Pape rend public les noms des 16 prochains nouveaux cardinaux », sur news.va, (consulté le 12 janvier 2014)
  5. « Liste des participants au Synode sur la famille », sur la-croix.com, (consulté le 10 septembre 2014)
  6. La Croix, article du 21 mai 2018
  7. « Le pape accepte la démission du cardinal Ezzati, accusé d’avoir dissimulé des actes de pédophilie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mars 2019)
  8. « Le Pape accepte la renonciation du cardinal Ezzati », sur www.vaticannews.va,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]