Requin-bouledogue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Carcharhinus leucas

Le requin-bouledogue ou requin du Zambèze (Carcharhinus leucas) est une espèce de requins de la famille des Carcharhinidés. Il atteint 3,40 m de longueur. Son dos est gris ou brun olive avec l'extrémité des nageoires un peu plus foncée et son ventre est blanchâtre. Il tient son nom de son apparence massive, trapue, lourde et vigoureuse et de son museau aplati et court. Il peut vivre 14 ans[1] ou 20 ans[2] mais un âge maximal de 32 ans est également évoqué.

On le confond souvent avec le requin-taureau, car le nom vernaculaire anglais du requin-bouledogue est Bull shark, ce qui se traduit littéralement par « requin taureau » et prête donc à confusion.

Pêché pour sa chair, son cuir ou son foie, l'UICN le classe espèce quasi-menacée sur la base d'une étude qui date du 1er octobre 2005.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le requin-bouledogue se rencontre sur les côtes de toutes les mers tropicales et sub-tropicales du monde, mais il est aussi semi-pélagique. Il fréquente des eaux d'une profondeur comprise entre 0 et 150 mètres. Il affectionne plus particulièrement les eaux boueuses et plus généralement à forte turbidité (exemple : embouchure d'une rivière après un cyclone tropical).

Il partage avec le requin du Gange une osmorégulation lui permettant de s'acclimater aux eaux hyposalines ou hypersalines (poisson euryhalin), ce qui lui donne la possibilité de remonter des fleuves tels que le Zambèze, le Tigre, le Mississippi, le Gange ou l'Amazone. De ce fait, on trouve parfois des requins-bouledogues dans des fleuves ou rivières[3], même si celles-ci se trouvent loin de l'embouchure vers la mer. Il a été ainsi observé dans l'Amazone au Pérou, soit à plus de 3 700 km de la côte. Le requin-bouledogue est aussi présent dans le lac Nicaragua où il a été longtemps considéré comme une espèce endémique sous le nom scientifique de Carcharhinus nicaraguensis[4]. Il est fréquent dans l'Atlantique et l'Indo-Pacifique, mais beaucoup plus rare en mer Rouge. Une étude en date d'octobre 2005 montre que la population des requins-bouledogues était en nette régression. Mais des études plus récentes (2013-2014) démontrent que les requins-bouledogues sont désormais très présents sur la Réunion et le littoral brésilien. Des dizaines de kilomètres de plages y sont interdites de baignade et de surf.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Le requin-bouledogue est vivipare. Son embryon est nourri directement par l'organisme de la mère pendant les 10 à 12 mois de la gestation. Les nouveau-nés (jusqu'à 13) sortent entièrement formés du corps de la mère. Ils mesurent de 56 à 81 cm. Ils sont euryhalins dès leur naissance (terme qui désigne les espèces capables de supporter de grandes différences de la salinité de l’eau). La maturité sexuelle est atteinte vers 6 ans, quand les requins atteignent environ 190 cm.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il dispose d'une mâchoire composée de dents supérieures larges, triangulaires et très dentelées et de dents inférieures verticales et pointues. Son alimentation est très variée, à l'image du requin tigre : tortue, autres requins, poissons d'eau de mer et d'eau douce, mammifères, oiseaux, calamars.

Mythe et réalité[modifier | modifier le code]

Le requin-bouledogue est impliqué dans des attaques sur l'homme au même titre que le requin tigre.

Il est probablement l'auteur des nombreuses attaques longtemps imputées au requin du Gange dans le fleuve du même nom. Il est le principal requin impliqué dans des accidents au Brésil (75 % des identifications), en Australie (28 % des identifications), à l'Ile de la Réunion (37,5 % des identifications), le second après le requin blanc impliqué dans les attaques en Afrique du Sud (17 % des identifications).[réf. souhaitée]

Des rumeurs propageant l'idée que les mâles de cette espèce auraient le taux de testostérone le plus élevé du règne animal ne sont pas fondées, même si certains mâles peuvent atteindre un taux d'hormone très élevé, comme d'autres poissons, en période de reproduction[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ferrari A. et Ferrari A. (2001). Guide des requins, Collection « Les compagnons du naturaliste », Delachaux et Niestlé, Lausanne, Suisse, page 168.
  2. Van Grevelynghe G., Diringer A. et Séret B. (1999). Tous les requins du monde, Collection « Les encyclopédies du naturaliste », Delachaux et Niestlé, Lausanne, Suisse, page 239.
  3. Olivier Lascar, Requin-tigre et requin-bouledogue : les squales de La Réunion sur sciencesetavenir.fr, 17 juillet 2013, consulté le 24 mai 2016.
  4. carcharhinus-leucas sur aquaportail.com.
  5. Christie Wilcox, Testosterone Levels In Carcharhinus leucas: Is It All Bull?, publié le 10 septembre 2010, consulté le 13 octobre 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]