Reckitt Benckiser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Reckitt Benckiser
logo de Reckitt Benckiser

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 1823 : Création de Benckiser
1840 : Création de Reckitt
1938 : Fusion pour devenir Reckitt&Colman
1999 : Fusion pour devenir Reckitt Benckiser
Fondateurs Johann Benckiser (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme (SA)
Action 3 435 882 actions
Siège social Drapeau : Royaume-Uni Slough

Drapeau : Pays-Bas Hoofddorp, Schiphol

Direction Laxman Narasimhan (en) (depuis le )[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Président Christopher A. Sinclair (en) (depuis )[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires voir tableau détailé
Activité Chimie
Produits Produits d'entretien et pharmaceutiques
Société mère JAB Holding
Filiales Reckitt Benckiser Healthcare
Mead Johnson Nutrition
Effectif 37 345 fin 2018
Site web www.reckittbenckiser.com

Capitalisation 43 649 millions GBP en janvier 2020
Chiffre d'affaires 12 597 millions GBP en 2018
Résultat net 2 166 millions GBP en 2018[2]

Reckitt Benckiser est une entreprise anglo-néerlandaise qui fabrique et distribue des produits d'entretien et des produits pharmaceutiques.

Issue de la fusion, en mars 1999, de la société britannique Reckitt & Colman et de la société néerlandaise Benckiser, l'entreprise est le numéro 1 mondial des produits d'entretien ménager[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Reckitt[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, Reckitt & Sons commence son expansion en ouvrant des filiales à travers le monde, dont la première en Australie.

En 1888, Reckitt & Sons fait son entrée à la bourse de valeurs de Londres.

En 1913, une coentreprise est créée en Amérique du Sud entre Reckitt & Sons et J&J Colman - Atlantis. Cette opération fut une réussite et elle a été étendue en 1921 à l'ensemble des opérations commerciales en dehors de la Grande-Bretagne.

Au début du XXe siècle, l'entreprise se diversifie avec d'autres marques de produits d'entretien.

En 1938, Reckitt & Sons fusionne avec J&J Colman pour devenir Reckitt & Colman.

En 1985, Reckitt & Colman achète les produits de la marque Airwick. En 1990, Reckitt & Colman acquiert Boyle-Midway, un groupe de produits d'entretien américain avec les marques Woolite, Easy-off, Sani-Flush, Wizard et Old English.

Benckiser[modifier | modifier le code]

Benckiser se diversifie alors vers les biens de consommation et les produits de nettoyage industriel. Dans les années 1980, Benckiser continue son expansion vers les biens de consommation par le biais d'acquisitions.

En 1988, Benckiser achète Mira Lanza (it) et Panigal en Italie. En 1989, Benckiser achète Camp Group en Espagne. En 1990, Benckiser fait l'acquisition de l'entreprise de produits d'entretien Beecham (présente aux États-Unis et au Canada). En 1991, Benckiser lance son expansion en Europe de l'Est.

Fusion[modifier | modifier le code]

En 1999, Reckitt & Colman et Benckiser fusionnent pour former Reckitt Benckiser - le numéro 1 mondial des produits d'entretien ménager[3].

En 2006, Reckitt Benckiser réalise l'acquisition de Boots Healthcare International pour 1,926 million de livres sterling, et bénéficie ainsi d’un nouveau relais de croissance sur le marché des produits pharmaceutiques sans prescription médicale. L'entité Reckitt Benckiser Healthcare est alors créée en juin 2006.

La pharmacie devient en 2009 une priorité stratégique pour Reckitt Benckiser. Le secteur pharmaceutique possède un potentiel de croissance important lié au vieillissement des populations, au développement de l'automédication et aux possibilités de délistage de molécules.

En 2010, l'entreprise rachète SSL International, le fabricant des préservatifs Durex et des produits Scholl (soins des pieds et chaussures) [4].

En 2012, l'entreprise rachète Schiff Nutrition, supplémenteur nutritionnel[5].

En mars 2014, Reckitt Benckiser acquiert la marque de lubrifiant K-Y auprès de Johnson & Johnson pour un prix inconnu[6]. En juillet 2014, Reckitt Benckiser a annoncé son intention de vendre la branche chaussure de Scholl à divers acheteurs[7].

En février 2017, Reckitt Benckiser est en discussion pour acquérir Mead Johnson Nutrition pour un montant proche de 16,6 milliards de dollars[8],[9].

En juillet 2017, McCormick annonce l'acquisition de la division nourriture de Reckitt Benckiser, incluant notamment la marque French's, pour 4,2 milliards de dollars[10].

Principaux actionnaires[modifier | modifier le code]

Au 25 janvier 2020[11]:

Morgan Stanley Investment Management 3,09%
JAB Holding 2,96%
Massachusetts Financial Services Co. 2,73%
The Vanguard Group 2,54%
Magellan Asset Management 2,33%
BlackRock Fund Advisors 2,23%
Norges Bank Investment Management 2,11%
MFS International 2,10%
Legal & General Investment Management 2,09%
Fundsmith 1,96%

Organisation de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Usine de fabrication française du groupe à Chartres (Eure-et-Loir).
Usine de fabrication française du groupe à Chartres (Eure-et-Loir).

En 1998, Reckitt & Colman fait fusionner Wizard avec AirWick pour donner AirWick. Reckitt Benckiser possède aujourd'hui un large éventail de marques ayant une notoriété et une part de marché importantes dans les pays ou elles sont distribuées. L'entreprise possède 19 "marques fortes", distribuées dans plus de 200 pays, parmi lesquelles on peut citer Airwick, Calgon, Cillit Bang, Harpic, Vanish, Veet et Woolite pour les produits d'entretien, et Strepsil, Gaviscon, Nurofen, Lutsine et Biactol-Clearasil pour les produits pharmaceutiques[12]. Elle détient également de très nombreuses marques locales, spécifiques à un ou deux pays, comme Saint Marc ou Destop en France.

Elle s'appuie pour cela sur des filiales présentes dans chaque pays : Reckitt Benckiser France en France, Reckitt Benckiser Inc. aux États-Unis.

Le siège social de Reckitt Benckiser France se situe au 38, rue Victor Basch à Massy, et l'unique usine de fabrication française du groupe se situe au 102, route de Sours, à Chartres (Eure-et-Loir).

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

En France, le chiffre d'affaires de Reckitt Benckiser a été de 707 millions d’euros en 2008, dont 618 millions d’euros pour les produits d’entretien de la maison et 89 millions d’euros pour les produits pharmaceutiques.

Reckitt Benckiser compte 636 salariés en France, répartis entre le siège et le site de production.

Dans le monde, Reckitt Benckiser vend pour plus de 15 millions de produits chaque jour, soit un chiffre d'affaires de 11,2 milliards d’euros, avec des sites de production dans 60 pays. 23 000 employés travaillent pour Reckitt Benckiser.

Ses principales marques en France[modifier | modifier le code]

Soin du linge[modifier | modifier le code]

  • Calgon: Anti-calcaires
  • Fabulon
  • Vanish: Détachants
  • Woolite

Produits lave-vaisselle[modifier | modifier le code]

  • Finish

Entretien de la maison[modifier | modifier le code]

  • Fabulon : Aide au repassage
  • Air Wick : Désodorisants
  • Harpic : Produits sanitaires
  • Destop : Produits déboucheurs
  • Vitroclen : Produits pour plaques vitro-céramiques
  • Jex : Tampons abrasifs et récurrents
  • Cillit Bang : Nettoyants ménagers
  • Saint Marc : Nettoyants ménagers
  • Ça-va-seul : produits d'entretien pour chaussures[13]

Soin de la personne[modifier | modifier le code]

  • Veet : Produits dépilatoires et post-dépilatoires
  • Clearasil (Biactol) : Peaux Jeunes
  • Intima : Hygiène féminine intime
  • Steradent : Produits d'hygiène bucco-dentaires pour les porteurs de prothèse (nettoyant dentaire et crème fixative)
  • Dettol : Savons liquides anti-bactériens
  • Subutex 2 mg, 8 mg : Produit de substitution aux opiacés tels que l'héroïne.
  • Gaviscon
Traitement symptomatique des reflux gastro-œsophagiens.
Cette préparation pharmaceutique, sous trois conditionnements, contient deux parabènes[14], [15] — le parahydroxybenzoate de propyle (E216) et le parahydroxybenzoate de méthyle (E218) — « […] ces conservateurs dont la toxicité et les effets cancérigènes font l’objet de débats scientifiques et dont l’Assemblée nationale a voté l’interdiction le  [14]».
  • Strepsils : Pastille à sucer contre les maux de gorge et les petites plaies de la bouche.
  • Strefen : Pastille à sucer contre les maux de gorge contenant un anti-inflammatoire local. Réservé à l'adulte et à l'enfant de plus de 12 ans.
  • Nurofen : Gamme d'anti-inflammatoires oraux dont le principe actif est l'ibuprofène.
  • Durex : Marque de préservatifs

Controverses[modifier | modifier le code]

En novembre 2016, Amnesty International publie un rapport dénonçant le travail des enfants et le travail forcé dans les plantations indonésiennes de palmiers à huile fournissant des entreprises comme Reckitt Benckiser, Nestlé, Unilever, Kellogg's, Colgate-Palmolive et Procter & Gamble[16],[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « https://www.rb.com/investors/the-board/ »
  2. https://www.zonebourse.com/RECKITT-BENCKISER-GROUP-P-9590106/fondamentaux/
  3. a et b (en) Personnel de rédaction, « The game has changed », The Economist,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2009)
  4. « Journal économique et financier », sur La Tribune (consulté le 26 juin 2020).
  5. Reckitt Benckiser Signs Agreement to Acquire Schiff bloomberg news 22 novembre 2012
  6. Reckitt Benckiser to buy K-Y from Johnson & Johnson, Reuters, 10 mars 2014
  7. Aurelius buys Scholl shoe business from Reckitt Benckiser, Reuters, 21 juillet 2014
  8. Reckitt Benckiser in talks to buy Mead Johnson for $16.7 billion, Martinne Geller, Reuters, 2 février 2017
  9. Reckitt finalizes deal to buy Mead Johnson for $16.6 billion, Martinne Geller, Reuters, 10 février 2017
  10. Arash Massoudi et James Fontanella-Khan, Jessica Dye, « McCormick buys Reckitt Benckiser food business for $4bn-plus », sur Financial Times,
  11. Zone Bourse, « RECKITT BENCKISER GROUP PLC : Actionnaires. », sur www.zonebourse.com (consulté le 25 janvier 2020)
  12. http://www.rb.com/Ourbrands/Search-RB-Brands-A-Z/G-M
  13. « HISTOIRE DE MARQUES Ça-va-seul, une brillante appellation », sur Le Soir (consulté le 24 juin 2020)
  14. a et b « De nombreux médicaments recèlent des parabènes », Paul Benkimoun, Le Monde, 24 mai 2011, p. 9.
  15. Liste établie par Le Monde, sur LeMonde.fr, 24 mai 2011.
  16. « Huile de palme : travail des enfants et travail forcé », sur amnesty.fr,
  17. « Colgate, Nestlé... achètent de l'huile de palme produite par des enfants », sur tempsreel.nouvelobs.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]