Raymond Massiet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Massiet.
Raymond Massiet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Nationalité
Autres informations
Distinction

Raymond Massiet, marquis de Kéguelin de Rozières né le à Paris et mort le a été un Résistant français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative au 39 avenue de la Bourdonnais, Paris 7e

Raymond Durand est né à Paris le 30 juillet 1908, de Paul Durand, boucher puis mandataire aux halles et de Louise Massiet, dont il prendra le nom dans la Résistance.

Vers 1929, il ouvre une école privée, le cours Frédéric Le Play, avenue de La Bourdonnais. Le 2 septembre 1939, il épouse Monique de Loynes de Fumichon, professeur de Lettres.

Après l'armistice, il fonde de petits groupes de résistants qui seront rattachés en mars 1944 au réseau Ceux de la Résistance. Chef d'État-Major des FFI pour la Seine, il prend le contrôle de Paris-Soir le 20 août 1944 pour faire paraître les journaux de la Résistance. Il dirige ensuite les combats pour la Libération de Paris dans les Ve et VIe arrondissements.

Il est fait Compagnon de la Libération[2] par décret du 20 janvier 1946.

En 1953, il est adopté par Marie Clémentine de Keguelin de Rozières, héritière sans postérité de la famille Roziéres, anoblie en 1486, avec le titre de Chevalier, devenue Keguelin de Rozières par une alliance avec la famille Keguelin.

Le 26 juin 1962, à deux jours du procès de Roger Degueldre, Raymond Massiet est décidé à attaquer le convoi du futur condamné sur le chemin du tribunal ou de la futur exécution, afin de procéder à son évasion. Mais une arrestation le lendemain matin met en échec son projet.(Témoignage de Olivier Sers in Bastien-Thiry, collection Qui suis-je ? Pardès 2018 pp.75-76)

Références[modifier | modifier le code]

Acte naissance Acte de mariage

Acte d'adoption

  1. Ordre de la Libération
  2. Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération[1]

Lien externe[modifier | modifier le code]