Raphaël Jerusalmy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Raphaël Jérusalmy
Raphael Yerusalmy.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Raphaël Jerusalmy est un écrivain français né à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

D'origine séfarade de Turquie, par sa grand mère paternelle Sultana, dont la plupart ont été exterminés à Auschwitz, il est aussi russe ashkénaze par son père brocanteur artisan relieur doreur[1],[2].

Formation[modifier | modifier le code]

Il commence sa scolarité dans une institution catholique de Montmartre, où il grandit, puis rejoint l'École normale supérieure et la Sorbonne[3],[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après ses études, il s'engage dans l'armée israélienne, au sein de laquelle il évolue rapidement vers le service de renseignement. Officier de liaison, surtout en Amérique latine, il rencontre Augusto Pinochet et Yasser Arafat[5]. Après une quinzaine d'années, il prend sa retraite de l'armée et mène des actions éducatives et humanitaires, puis devient négociant en livres anciens à Tel Aviv[6]. Il est également expert sur la chaîne de télévision I24news. En 2022, il publie In absentia, une « danse macabre » sur la collection de squelettes juifs du professeur Hirt[7].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Après les élections législatives israéliennes de 2022, il déclare : « Netanyahou, c’était très bien au moment où il a été Netanyahou » puis critique son retour aux côtés de « l'extrême droite raciste » et soutient le centriste Yaïr Lapid[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Shalom Tsahal : confessions d’un lieutenant-colonel des renseignements israéliens, Paris, NM 7 éditeur, 2002, 394 p. (ISBN 2-913973-27-2)[9]
  • Sauver Mozart : le journal d'Otto J. Steiner, Arles, France, Actes Sud, coll. « Domaine français », 2012, 148 p. (ISBN 978-2-330-00516-0)
Prix Emmanuel-Roblès 2013[10], prix littéraire de l'ENS Cachan[11]
Prix Amerigo Vespucci 2017 (remis lors du 28e Festival international de géographie (FIG) à Saint-Dié-des-Vosges)[15].
  • La Rose de Saragosse, Arles, France, Actes Sud, coll. « Domaine français », 2018, 192 p. (ISBN 978-2-330-09054-8)
  • Manuel bleu contre l'antisémitisme et la désinformation, Éditions Valensin, 2019 (ISBN 9782374260389)
  • In Absentia, Actes Sud, coll. « Romans Nouvelles Recits », 2022, 176 p. (ISBN 978-2330164362)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stratégie et défense, avec Raphaël Jerusalmy, Akadem
  2. Raphaël Jerusalmy: du renseignement militaire à l'écriture de romans, I24
  3. a et b https://infojmoderne.com/2022/11/27/raphael-jerusalmy-il-ne-faut-jamais-sarreter-decrire-sur-la-shoah/
  4. Le Tel-Aviv de Raphaël Jerusalmy, Le Monde
  5. https://infojmoderne.com/2022/11/27/raphael-jerusalmy-il-ne-faut-jamais-sarreter-decrire-sur-la-shoah/
  6. Alexandre Fillon, « Raphaël Jerusalmy: uchronique François Villon », sur www.lexpress.fr, (consulté le )
  7. https://www.rts.ch/info/culture/livres/13090696-in-absentia-de-raphael-jerusalmy-limaginaire-contre-la-shoah.html
  8. https://fr.timesofisrael.com/in-absentia-un-roman-de-raphael-jerusalmy-sur-le-destin-de-deux-deportes/
  9. Jean-Luc Allouche, « L'espion qui jouissait. », sur www.liberation.fr, (consulté le )
  10. « Un attentat littéraire signé Raphael Jérusalmy », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le )
  11. « L'ENS Cachan remet son prix littéraire », sur leparisien.fr, (consulté le )
  12. Élodie Blogie, « Comme mon héros, je suis chasseur de livres », dans Le Soir du 31 août 2013, p. 40
  13. Marianne Payot, « Rentrée littéraire : les six bons numéros. Villon en Terre sainte. », sur L’Express.fr, (consulté le )
  14. Jérôme Garcin, « Le jour où Apollinaire a reçu un éclat d'obus dans la tête », sur nouvelobs.com, (consulté le )
  15. « Trois beaux prix littéraires attribués » FIG, 31 août 2017 [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]