Radio Brunet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brunet.
Radio Brunet
Présentation Eric Brunet
Pays Drapeau de la France France
Langue Française
Diffusion
Station RMC
Création Le 8 novembre 2010
Horaires Du lundi au vendredi 13h à 14h (2010-2016)
Du lundi au vendredi 13h à 15h (Depuis 2016)
Podcasting http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/podcast/carrement-brunet/
Site web Page de l'émission sur le site RMC.fr

Radio Brunet (anciennement Carrément Brunet) est une émission de radio française animée par Éric Brunet sur RMC, du lundi au vendredi entre 13h et 15h.

Pascal Perri remplace Éric Brunet pendant les congés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Version 1 ː Carrément Brunet[modifier | modifier le code]

Le 8 novembre 2010, RMC accueille une nouvelle voix sur son antenne : la station a décidé de confier la présentation du Grand show de l'info à Eric Brunet, journaliste de France 3. L'émission sera ensuite renommée Carrément Brunet. Depuis la rentrée, la présentation de ce nouveau talk-show était assurée par Christophe Jakubyszyn, le directeur de la rédaction de la station. Si le présentateur change, la formule n'évolue pas : de 13 h à 14 h, invités et anonymes commenteront l'actualité du jour, les auditeurs étant invités à choisir sur internet quels sujets les interpellent le plus. « Chaque jour, je reçois des invités, je passe le micro à des auditeurs qui tordent le cou à la "bien pensance" et au politiquement correct. Un seul but: penser autrement, réagir autrement. Parce qu’on est pas des moutons ! » explique Éric Brunet, sur son blog[1]. Sous-entendu "autrement qu'à gauche", Eric Brunet ayant la certitude que tous ceux qui ne pensent pas comme lui (99 % des journalistes, dit-il) sont de gauche.

Version 2 ː Radio Brunet[modifier | modifier le code]

À partir de la rentrée 2016, l'émission est renommée Radio Brunet et est rallongée d'une heure[2]. Elle sera alors diffusée de 13h à 15h.

Principe[modifier | modifier le code]

Pendant une heure, Éric Brunet et ses invités débattent sur un fait d'actualité. Dans cette émission, Éric Brunet s'implique régulièrement dans les débats, étant parti-pris davantage qu'arbitre. Affiché comme journaliste de droite, il refuse toute forme d'appartenance politique et de militantisme. Il défend l'idée d'un libéralisme à la française et d'une meilleure représentation des intelligences de droite dans les médias (comme Jean-Pierre Elkabbach, A Duhamel, Jean-Pierre Pernaut, JM Sylvestre, C Nay, etc.) et dans la sphère publique : l'édition, le journalisme, l'université, la recherche, l'enseignement.

Brunet métrie[modifier | modifier le code]

Tous les jours, les auditeurs peuvent prendre position pour ou contre Éric Brunet dans le Brunet Métrie. Ils expriment leur opinion : Carrément Pour ? ou Carrément Contre ?

Même s'il ne s'agit pas d'un sondage officiel, c'est une photographie instantanée de ce que pensent les auditeurs d'Eric Brunet.

Interventions du CSA[modifier | modifier le code]

Le CSA a adressé deux mises en demeure et une mise en garde à RMC, après la diffusion de propos « susceptibles d'encourager des comportements discriminatoires » ou qui « portaient atteinte à la dignité de la personne humaine. » Ces propos ont été tenus dans Carrément Brunet.

Une mise en demeure a ainsi été adressée par le CSA après la diffusion, le 30 août 2011, de propos « susceptibles d'encourager des comportements discriminatoires en raison de l'appartenance à une ethnie ou à une nation. » Une pratique en contradiction avec les stipulations de l'article 2-4 de la convention de la station. L'émission d'Éric Brunet a écopé d'une seconde mise en garde après la diffusion, le 19 septembre 2011, de propos évoquant « une personne impliquée dans une procédure judiciaire ont été tenus à l'antenne », ce qui est en contradiction avec les stipulations de l'article 2-5 de la convention de la station, précise le CSA. Enfin, le conseil a adressé une mise en garde après la diffusion le 5 septembre 2011 de propos « qui portaient atteinte à la dignité de la personne humaine ont été tenus à l'antenne, sans intervention modératrice du journaliste. » Une pratique en contradiction avec les stipulations de l'article 2-6 de la convention de la station, a indiqué le CSA[3].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 2012 l'association Acrimed a critiqué plusieurs fois cette émission, concernant par exemple son manque d'objectivité et d'impartialité[4],[5].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]