Radcliffe Camera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Radcliffe Camera
Radcliffe Camera, Oxford - Oct 2006.jpg
Présentation
Type
Style
Architecte
Construction
1737 - 1749
Propriétaire
Statut patrimonial
Monument classé de Grade I (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Localisation
Pays
Comté
Ville
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : Oxfordshire
(Voir situation sur carte : Oxfordshire)
Point carte.svg

La Radcliffe Camera, surnommée Rad Cam ou Radders, se situe au centre d'Oxford, au Royaume-Uni. Elle fut dessinée par l'architecte James Gibbs (1682-1754), également auteur de l'église St Martin-in-the-Fields à Londres. Gibbs adopta le style palladien anglais et s'inspira des plans initiaux de Nicholas Hawksmoor, notamment pour la forme circulaire de l'ensemble. Le bâtiment fut édifié entre 1737 et 1749. Il sert aujourd'hui d'annexe à la Bodleian Library. Le mot latin camera signifie « chambre ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La Radcliffe Camera dut sa création à un legs de 40 000 £ constitué par John Radcliffe (1652-1714), médecin du roi et mécène qui fut à l'origine de la construction de plusieurs bâtiments à Oxford, parmi lesquels l'observatoire Radcliffe et l'infirmerie Radcliffe, premier hôpital d'Oxford. Elle avait pour vocation d'accueillir la Bibliothèque scientifique Radcliffe.

Ayant étudié à Oxford depuis l’âge de 13 ans, il choisit cet endroit pour y faire construire une bibliothèque éponyme. Il voulait qu’elle soit dans la partie centrale d’Oxford, bien qu’il y ait eu à l’époque des jardins du Collège Brasenose et même des résidences occupées par des employés de l’Université[1]. Plusieurs architectes ont été consultés pour la conception des plans, mais seulement deux se sont investis dans l'édification de la Radcliffe Library :  Nicholas Hawksmoor et James Gibbs. La bibliothèque a été bâtie d’après les plans de Hawksmoor, décédé avant que le terrain soit acquis. Il avait également créé un espace urbain près de l’édifice, le carré Radcliffe (Radcliffe square). Gibbs supervisa les travaux et ajouta quelques modifications aux plans de style classique de Hawksmoor, notamment les accents baroques[2].

La bibliothèque est terminée en 1749, elle est la première bibliothèque circulaire d’Angleterre. Bien que le mécène avait prévu dans son testament des sommes annuelles de 150 £ pour le salaire du bibliothécaire et 100 £ pour l’achat de nouveaux livres[1]. La bibliothèque Radcliffe est très peu utilisée jusqu’à son intégration à la bibliothèque Bodléienne en 1861, elle est renommée la Radcliffe Camera[3]. À partir de ce moment, le fonds de la bibliothèque scientifique Radcliffe a été transféré dans un autre bâtiment et depuis, la bibliothèque est fréquentée principalement pour ses salles de lecture.

Ses salles de lecture abritent désormais des ouvrages de littérature, d'histoire et de théologie. Elle offre assez d'espace pour contenir 600 000 volumes. La Radcliffe Camera, considérée comme le « cœur d’Oxford[2] » par la communauté étudiante, n’est pas ouverte au public. Il est toutefois possible d’y accéder par les visites organisées de la bibliothèque Bodléienne[4].

Postérité[modifier | modifier le code]

Radcliffe Camera depuis Radcliffe Square

J. R. R. Tolkien, l'auteur du Seigneur des anneaux, remarqua que la Radcliffe Camera ressemblait au temple de Morgoth à Númenor.[5][source insuffisante] Elle figure également dans The Notion Club Papers, un texte inachevé de Tolkien.

Elle apparaît dans plusieurs films : Le Secret de la pyramide (1985), Opium Wars (Yapian zhanzheng) (1997), Le Saint (1997), Le Violon rouge (1998), À la croisée des mondes : la boussole d'or (2007). On la voit aussi dans la série télévisée Inspecteur Morse[6].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Insider Info: The Story of the Radcliffe Camera », sur Campus Oxford, (consulté le 27 novembre 2019)
  2. a et b (en) Geoffrey Tyack, « Review: Remembering Radcliffe: 300 Years of Science and Philanthropy », Journal of the Society of Architectural Historians, vol. 74, no 4,‎ , p. 520–522 (ISSN 0037-9808 et 2150-5926, DOI 10.1525/jsah.2015.74.4.520, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  3. « History of the Bodleian », sur Bodleian Libraries (consulté le 27 novembre 2019)
  4. « Tours for individuals | Visit the Bodleian Libraries », sur visit.bodleian.ox.ac.uk (consulté le 27 novembre 2019)
  5. Simon Rose, December 9, 2001 tourist trail article Fellowship of the Ring/J.R.R. Tolkien Trail 24 hour museum.
  6. Leonard, Bill, The Oxford of Inspector Morse Location Guides, Oxford (2004) p.202 (ISBN 0-9547671-1-X).

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]