Président Théodore Tissier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Président Théodore Tissier
Image illustrative de l’article Président Théodore Tissier
Le Président Théodore Tissier
Type navire océanographique
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Pavillon des forces navales françaises libres Forces navales françaises libres
Chantier naval Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime[1] au Trait
Quille posée
Lancement
Armé
Statut démoli en 1961
Équipage
Équipage ?hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 50 m
Maître-bau 8,75 m
Tirant d'eau 4,80 m
Déplacement 965 t
Propulsion 1 moteur diesel MAN
1 hélice (pas variable)
Puissance 800 ch
Vitesse 11 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement non connu
Rayon d'action 24 000 milles à 10 nœuds
Carrière
Port d'attache Arsenal de Brest

Le Président Théodore Tissier fut le premier navire océanographique français lancé en 1933 pour la Marine marchande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce premier navire océanographique appartenait à l'Office scientifique et technique des pêches maritimes (OSTPM) dirigé par Édouard Le Danois. Il possédait une tourelle de plongée atteignant 800 mètres de profondeur. Il est inauguré en 1933 au Musée de mer de Biarritz, avec la collaboration d'Anita Conti[2].

En 1938 il est transféré à la Marine nationale pour servir d'annexe à l'École navale en rade de Brest.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il participe à la tentative d'évacuation des forces alliées encerclées du 11 au 13 juin 1940 à Saint-Valery-en-Caux.

Le 3 juillet, il est saisi par la Royal Navy et aussitôt réarmé par les Forces navales françaises libres (FNFL) dans lesquelles il sert de bâtiment-école au profit des équipages des FNFL en formation au Royaume-Uni.

Le 21 juin 1947, il est cédé au Service des pêches maritimes.

médaille bronze argenté, 70mm. Édouard Le Danois devant "le navire Président-Théodore-Tissier"

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les navires de la Marine nationale construits aux Ateliers et Chantiers de Seine maritime ACSM du Trait », sur netmarine.
  2. Catherine Reverzy, Anita Conti, 20 000 lieues sur les mers, Paris, Odile Jacob, (ISBN 2-7381-1742-2), p. 51-52.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]