Prélude, Fugue et Variation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Prélude, Fugue et Variation, (op. 18 FWV 30), est une composition pour orgue écrite par César Franck et dédiée à Camille Saint-Saëns. Écrite entre 1860 et 1862, cette œuvre est constituée de quatre mouvements dans le ton de si mineur, mais doivent être joués enchaînés, car ils sont conçus comme un seul élément (enchaînement des tonalités, pédales, etc.).

Analyse[modifier | modifier le code]

L’œuvre est élaborée selon les formes et principes mis en place à la période baroque, d’après le modèle utilisé et développé par Johann Sebastian Bach dans ses compositions pour orgue :

  • Prélude : préparation du musicien à jouer l’ensemble instrumental. Le prélude est suivi d'un mouvement lent de courte en durée, puisqu'il est composé de neuf mesures (trois périodes).
  • Fugue : développement contrapuntique.
  • Variation sur le thème du prélude : écriture réalisée selon le même modèle de la variation pour orgue Ich ruf’ zu dir Herr Jesu Christ de Bach[évasif].

Prélude[modifier | modifier le code]

Début de la partition (prélude)

Un court mouvement de tempo lent succède au prélude, avec une ambiguïté entre si mineur et fa# mineur.

Choral

Fugue[modifier | modifier le code]

Début de la fugue

Variation (Andantino)[modifier | modifier le code]

Cette partie est une variation à trois voix sur le thème du prélude avec rythme imposé. La voix supérieure joue la mélodie thématique du prélude, la basse demeure la même que celle écrite dans le prélude, mais la voix intermédiaire élabore un discours mélodique, fréquemment sous forme d’arpèges dans un continuum de doubles-croches.

Variation

Adaptations[modifier | modifier le code]

La version originale de cette composition est pour piano et harmonium[1]. Il existe deux transcriptions pour piano seul, par Bauer et Friedman.

Une version orchestrale peut également être entendue dans le film français La diagonale du fou, sorti en 1984.

Discographie[modifier | modifier le code]

André Isoir à l'orgue Cavaillé-Coll de la cathédrale de Luçon

Références[modifier | modifier le code]

  1. Verdin, Joris, « César Franck, L'oeuvre d'harmonium », Ricercar,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]