Port Burwell (Nunavut)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Port Burwell
Image dans Infobox.
Transport de vivres au poste de traite de la Compagnie de la Baie d'Hudson à Port Burwell en 1919
Géographie
Pays
Territoire
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Poste de traite, port de pêche, mission, base militaire, station météorologique
Histoire
Fondation
1884
Événement clé
Abandon en 1978

Port Burwell est un havre de l'ouest de l'île de Killiniq[1], dans un bras de la baie d'Ungava, à l'embouchure du détroit d'Hudson[2].

Auparavant au Labrador[3] puis dans les Territoires du Nord-Ouest[4], il est maintenant situé à l'intérieur des frontières du Nunavut, au Canada. Le cap Chidley se situe à 40 km au nord-est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une station météorologique du gouvernement fédéral fut établie à Port Burwell lors d'un voyage en 1884 dirigé par le commandant Andrew R. Gordon, R.-N., officier de marine à la retraite et directeur adjoint du Service météorologique fédéral[5].

Gordon l'a nommé en l'honneur de l'un des observateurs météorologiques de l'expédition, Herbert M. Burwell, de London, en Ontario[6]. Burwell a été chargé de l'observation de la station no 1 dans le havre du port du côté ouest du détroit de Grey jusqu'à sa fermeture en 1886.

Gordon retourne à Port Burwell avec une expédition de la Compagnie de la Baie d'Hudson en 1885 sur le HMS Alert[7], et établit un poste de traite de la Compagnie de la Baie d'Hudson dans le havre[8].

En 1904, les missionnaires moraves établirent le poste de mission de Killinek et un poste de traite au coin nord-ouest du havre. Douze ans plus tard, la Compagnie de la Baie d'Hudson a déplacé un de ses comptoirs commerciaux vers le nord-est du havre[9].

Dans les années 1920, un détachement de la Gendarmerie royale du Canada fut installée à Port Burwell. Le Royal Corps of Signals (RCCS) construisit une station de radio et la Garde côtière canadienne construisit une base[10].

La colonie de Killiniq s'est développée autour du havre. En 1978, tous les résidents de la communauté portuaire furent réinstallés à Kangiqsualujjuaq[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gordon Robertson, Memoirs of a very civil servant : Mackenzie King to Pierre Trudeau, Toronto, University of Toronto Press, , 408 p. (ISBN 0-8020-4445-X, lire en ligne), page 178.
  2. (en) Shelagh Grant, Arctic Justice : On Trial For Murder, Pond Inlet, 1923, Montréal, McGill-Queen's Press, , 342 p. (ISBN 0-7735-2929-2, lire en ligne), page 224.
  3. Brethren (1905), pp. 478.
  4. (en) Canada. Parliament. House of Commons. Standing Committee on Indian Affairs and Northern Development, Parliament, House of Commons, Canada, Minutes of proceedings and evidence : Procès-verbaux et témoignages, Ottawa, Queen's Printer, (lire en ligne), page 1.
  5. (en) Auguste Henri de Trémaudan, The Hudson Bay Road (1498-1915), Dutton, (lire en ligne), page 53.
  6. (en) Report of the Hudson's Bay under the Command of Lieut. A. R. Gordon, R.N , 1884, Toronto, Meteorological Office, (lire en ligne).
  7. (en) « A Hudson's Bay Expedition », The New York Times, Toronto,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) Pêches et Océans Canada, Report on the dominion government expedition to Hudson Bay and the Arctic Islands on board the D.G.S. Neptune 1903-1904, Govt. Print. Bureau, (lire en ligne), page 7.
  9. (en) David H. Gray, « Grenfell and the Labrador Coast », The Northern Mariner, vol. XV,‎ , page 16 (lire en ligne, consulté le ).
  10. (en) « Port Burwell, Labrador Assorted Detail - 1920-1929 », sur http://www.c-and-e-museum.org/Pinetreeline/homepage.html, (consulté le ).
  11. (en) « Port Burwell’s Inuit relocatees still suffer, mayor says », sur http://nunatsiaq.com, (consulté le ).