Port-Bouët

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Port-Bouët
Port-Bouët
La plage de Port-Bouët lors d'un crash d'avion en 2017
Administration
Pays Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Région Région des lagunes
Département Abidjan
Maire
Mandat
Hortense Aka-Anghui
20142018
Démographie
Population 137 502 hab. (2005)
Densité 1 775 hab./km2
Géographie
Coordonnées 5° 20′ 56″ nord, 4° 00′ 42″ ouest
Altitude Min. 40 m
Max. 132 m
Superficie 7 745 ha = 77,45 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire
Voir sur la carte administrative de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Port-Bouët
Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire
Voir sur la carte topographique de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Port-Bouët

Port-Bouët est l'une des 10 communes de la ville d'Abidjan, en Côte d'Ivoire, étalée tout le long du littoral sur une dizaine de kilomètres au-delà du canal de Vridi. Elle comprend entre autres le quartier d'Adjoufou, de Derrière Wharf, les villages d'Abouabou et de Mafiblé... Elle abrite l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny et le port autonome d'Abidjan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue générale de Port-Bouët au début du XXe siècle.
Wôrô wôrô de Port-Bouët.

Port-Bouët porte le nom du commandant Bouët-Willaumez qui, en 1837, est chargé par le roi de France de conclure des traités de commerce et de protection avec des chefs côtiers.

C'est en fait seulement vers 1930 que Port-Bouët commence à être habité. La construction du wharf attire à ce moment toute une activité de manutention des marchandises. Le célèbre phare de Port-Bouët qui balaie la mer sur un rayon de milles marins est construit à cette époque.

La deuxième étape du développement de cette commune est la création du port en 1950. Usines et entrepôts se multiplient ensuite à Vridi qui devient la principale zone d'emplois d'Abidjan. C'est à cette époque qu'une partie de la population de Port-Bouët est déplacée dans la commune de Yopougon. Elle y fonde le quartier appelé Port-Bouët 2.

La commune abrite, jusqu’en 2009, le 43e bataillon d'infanterie de marine (précédemment 4e bataillon). La présence de la France se poursuit dans le cadre de l'opération Licorne jusqu'à la création en janvier 2015 des forces françaises en Côte d'Ivoire et le retour du 43e bataillon d'infanterie de marine.

Réélue aux municipales de mars 2001, le maire de la commune fut, pendant plus de 20 ans, Mme Hortense Aka-Anghui, ancienne ministre de la Promotion de la femme, décédée en 2017.

Géographie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Marc Augé, « Les pêcheurs de requins à Port-Bouet (Côte d'Ivoire). », Cahiers d'Études africaines, vol. 10, no 39,‎ , p. 407–421 (DOI 10.3406/cea.1970.2830, lire en ligne, consulté le 8 juin 2021)
  • Côte d'Ivoire. Profil urbain de Port-Bouët, ONU Habitat, 2012, 32 p. [lire en ligne]
  • Les installations maritimes de Port-Bouët et le pont flottant sur la lagune d'Abidjan (Côte d'Ivoire) (journal Le Génie Civil, 1933, 24 p.)