Polina Osipenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Polina Osipenko
Osipenko portrait.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Osipenko (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 31 ans)
Rybnovsky District (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Activités
Conjoint
Alexandre Stepanovitch Osipenko (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Arme
Grades militaires
Lieutenant
Premier-lieutenant (en) (depuis )
Capitaine (depuis )
Major (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Médaille du XXe anniversaire de l'Armée rouge des ouvriers et des paysans (en)
Ordre du Drapeau rouge du Travail ()
Ordre de Lénine ( et )
Héros de l'Union soviétique ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Polina Denissovna Ossipenko (russe : Полина Денисовна Осипенко ; ukrainien : Поліна Денисівна Осипенко) est une aviatrice soviétique, née le et décédée le . Le 25 septembre 1938, elle et l'équipage de l'Antonov 37 « Rodina » (terre natale en russe) avaient posé leur appareil dans les marais de la rivière Amgoun. En parcourant ainsi 6.450 kilomètres depuis Moscou elles avaient battu le record mondial féminin de distance survolée[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Osipenko est née sous le nom de Polina Dudnik en 1907 à Novospasovka dans le Gouvernement de Iekaterinoslav (aujourd'hui Oblast de Zaporijia en Ukraine) dans une famille de paysans dont elle est le neuvième enfant. Elle travaille dans un kolkhoze jusqu'à son départ pour entrer dans une école d'aviation en 1930. Entre 1930 et 1933, Osipenko étudie à l'Ecole d'aviation de Kazan[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après l'obtention de son diplôme d'aviation, elle sert comme officier militaire, volant sur un avion de combat avec lequel elle bat trois records du monde d'altitude[2]. En octobre 1937, Osipenko et Marina Raskova battent le record du monde féminin de distance en volant de Moscou à Aktioubé (soit 1 444,722 km) avant de le battre une nouvelle fois en juillet 1938, avec Vera Lomako, reliant Sébastopol à Arkhangelsk sur un Beriev MP-1[3].

Le 24 septembre de la même année, Valentina Grizodoubova, Raskova et Osipenko tentent de battre un nouveau record de vol en reliant Moscou à Komsomolsk-sur-l'Amour sur un Tupolev ANT-37. A cause des conditions météorologiques, elles ratent l'aéroport de Komsomolsk et se retrouvent proche de la mer d'Okhotsk le réservoir vide. Grizodoubova, qui commande l'expédition, décide de faire s'écraser l'avion dans la forêt. Raskova se parachute hors de l'avion en oubliant son kit d'urgence ; les restes de l'avion sont retrouvés huit jours après le crash par les équipes de recherches ; Raskova retrouve son chemin à travers la forêt et est recueillie par l'équipe de recherche dix jours après le crash. Osipenko et Grizodoubova, restées dans l'avion, survivent au crash. Elles possèdent toujours le record du monde de distance en vol féminin et reçoivent le titre de Héros de l'Union soviétique le , les seules femmes à l'avoir reçu avant la Seconde Guerre mondiale[4].

Osipenko meure en 1939 avec Anatoli Serov durant un vol de routine[2]. Leurs cendres sont placées dans des urnes de la nécropole du mur du Kremlin.

Distinctions[modifier | modifier le code]

timbre-poste commémoratif

Hommages[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cédric Gras, L'hiver aux trousses : Voyage en Russie d'Extrême-Orient, Paris, Gallimard, , 267 p. (ISBN 978-2-07-046794-5), « Polina Osipenko »
  2. a b et c « Осипенко Полина Денисовна », sur www.warheroes.ru (consulté le 10 juin 2018)
  3. « ВОЕННАЯ ЛИТЕРАТУРА --[ Мемуары ]-- Дрягина И. В. Записки летчицы У-2 », sur militera.lib.ru (consulté le 10 juin 2018)
  4. (en) « A historic flight »
  5. Бердянск // Украинская Советская Энциклопедия. том 1. Киев, «Украинская Советская энциклопедия», 1978. стр.432
  6. « Беспосадочный перелет на Дальний Восток, женский (Гризодубова, Раскова, Осипенко) 1938 », sur www.famhist.ru (consulté le 10 juin 2018)