Pierre Yergeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre Yergeau, né le à Bourlamaque en Abitibi, est un romancier, nouvelliste, essayiste et poète québécois[1].

Pierre Yergeau
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions
Pierre Yergeau, Bucarest, 2006, en compagnie d'Ananda Devi

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le en Abitibi, Pierre Yergeau habite le village minier historique de Bourlamaque[1]. Il réside pendant deux ans à Londres[2]. Il complète ensuite un baccalauréat en langues modernes à l'Université de Concordia ainsi qu'une maîtrise en littérature comparée à l'Université de Montréal[3]. https://ville.valdor.qc.ca/la-ville/information/histoire/histoire-de-val-d-or

« Écrivain prolifique de la littérature québécoise contemporaine », Pierre Yergeau crée des œuvres, ancrées dans le réel, qui côtoient l'ironie, l'onirisme et l'humour noir comme en atteste son roman Banlieue, satire aigre-douce du rêve américain[4].

Comme romancier, Yergeau publie plusieurs titres dont L'écrivain public (L'Instant même, 1996), Ballade sous la pluie (L'Instant même, 1997), Banlieue (L'Instant même, 2002), La cité des vents (Les 400 coups) et Le père d'Usman (L'Instant même, 2015)[5],[6],[7],[8],[9],[3].

Il fait aussi paraître deux recueils de nouvelles qui s'intitulent Tu attends la neige, Lénoard? (L'Instant même, 1992) et Du virtuel à la romance (L'Instant même, 1999)[2],[10],[11].

Il publie également un essai, La recherche de l'histoire (L'Instant même, 1999), qui traite entre autres de l'épistémologie et de la conception de l'histoire - et de sa répercussion sur notre conception de l'espace romanesque[12].

Comme poète, il fait paraître un recueil de poésie La théorie de l'existence (Éditions du Noroît, 2019)[13].

Finaliste au Prix du Gouverneur général en 1993, en 2002 et en 2006, il reçoit le Prix Hervé-Foulin en 1996, le Prix Ringuet en 2005 ainsi qu'une mention spéciale au Prix des cinq continent de la francophonie de l'Organisation internationale de la francophonie[14],[15],[16],[17],[18],[19].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Tu attends la neige, Léonard?, Québec, L'Instant même, 1992, 142 p. (ISBN 2843240328)
  • Du virtuel à la romance, L'Instant même, 1999, 93 p. (ISBN 2-89502-116-3)

Essai[modifier | modifier le code]

  • La recherche de l'histoire, Québec, L'Instant même, 1998, 111 p. (ISBN 2-89502-104-X)

Poésie[modifier | modifier le code]

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Lectures enivrantes pour plaisirs d’été », sur www.indicebohemien.org (consulté le )
  2. a et b Anne-Marie Voisard, « Pierre Yergeau », Le Soleil •,‎ , p. D11 •
  3. a et b Pierre Cayouette, « Vivre dans l'inconfort : Pierre Yergeau dans L'Écrivain public nous transporte au cœur de l'Abitibi- Témiscamingue », Le Devoir •,‎ , p. D1 •
  4. René Audet, « Ersatz romanesques : la pratique de la nouvelle et du recueil chez Pierre Yergeau », Littératures, vol. 52, no 1,‎ , p. 121–131 (DOI 10.3406/litts.2005.1960, lire en ligne, consulté le )
  5. Marie-Claude Fortin, « Noirs silences / Christiane Frenette, La Terre ferme, Montréal, Boréal, 1997, 156 p. / Marie Auger, Tombeau, Montréal, XYZ éditeur, 1997, 186 p. / Pierre Yergeau, Ballade sous la pluie, Québec, L’instant même, 1997, 150 p. », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, no 89,‎ , p. 18–19 (ISSN 0382-084X et 1923-239X, lire en ligne, consulté le )
  6. Isabelle Lacroix, « Dans l'univers poétique de la forêt boréale », L'Acadie Nouvelle,‎ , p. 2.
  7. Hugues Corriveau, « Tout ne va pas si mal / Catherine Mavrikakis, Ça va aller, Montréal, Leméac, 2002, 160 p., 19,95 $. / Robert Lalonde, Un jardin entouré de murailles, Montréal, Boréal, 2002, 200 p., 19,95 $. / Pierre Yergeau, Banlieue, Québec, L’instant même, 2002, 150 p., 17,95 $. », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, no 110,‎ , p. 17–18 (ISSN 0382-084X et 1923-239X, lire en ligne, consulté le )
  8. Christian Desmeules, « Littérature québécoise - Le gris du ciel », Le Devoir •,‎ , p. F3 •
  9. Julie Sergent, « Obligatoire Yergeau », Le Devoir •,‎ , p. D3.
  10. Pierre Salducci, « Une enfance en Abitibi », Le Devoir •,‎ , p. D3.
  11. Diane-Monique Daviau, « Un livre tout à fait remarquable / Pierre Yergeau, Tu attends la neige, Léonard?, Québec, L’instant même, 1992, 146 p. », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, no 69,‎ , p. 31–32 (ISSN 0382-084X et 1923-239X, lire en ligne, consulté le )
  12. Robert Chartrand, « L'étoffe de nos rêves », Le Devoir •,‎ , p. D3.
  13. « https://cap.banq.qc.ca/notice?id=p::usmarcdef_0006075174 », sur cap.banq.qc.ca (consulté le )
  14. a b et c Nicolas Houle, « Pierre Yergeau, auteur », sur Voir.ca (consulté le )
  15. a et b « Gagnants et finalistes précédents des LivresGG », sur Prix littéraires du Gouverneur général (consulté le )
  16. a et b « En photo - Lauréats de l'Académie des lettres », sur Le Devoir (consulté le )
  17. a et b « Prix et distinctions », Lettres québécoises : la revue de l'actualité littéraire, no 125,‎ , p. 70–71 (ISSN 0382-084X et 1923-239X, lire en ligne, consulté le )
  18. a et b Linda Corbo, « Deux finalistes en Mauricie », Le Nouvelliste (Trois-Rivières),‎ , p. 22 •
  19. a et b « L'auteur Pierre Yergeau récompensé », sur Le Devoir (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]