Pierre Schaken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Schaken
Naissance
Ostende
Décès
Paris
Nationalité Belge et Français
Activité principale
entrepreneur

Compléments

  • Pionnier belge des chemins de fer.

Pierre Scha(c)ken (1793-1870) est un ingénieur franco-belge qui fait une carrière militaire avant de devenir un entrepreneur et industriel dans les chemins de fer en Belgique et en France. Il est notamment, avec Basile Parent, créateur de la société Parent et Shacken, à l'origine de l'entreprise Fives-Lille[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Schaken est né à Ostende[2] en 1793 (la ville devient française en cette même année, Schacken est donc d'abord français, puis néerlandais après Waterloo, puis enfin belge à l'indépendance de la Belgique).

Il participe aux campagnes de 1813 et 1814 dans les Gardes d'honneur, unité de la Garde impériale de l'armée française. Pour ces faits il est décoré de la médaille de Sainte-Hélène sous le Second Empire.

Il participe ensuite aux batailles pour l'indépendance de la Belgique et devient général de la Garde civile belge[3].

Après l'indépendance de la Belgique, il devient entrepreneur de travaux publics et soutient le gouvernement en prenant des risques, en créant des lignes de chemin de fer ou en devenant président du conseil d'administration de la Société anonyme pour l'exécution du canal de jonction de l'Escaut et de la Lys.

Puis, associé à son ancien compagnon d'armes Basile Parent, il crée la société Parent & Shacken. Elle va leur permettre d'agrandir leur rayon d'action en intervenant en France et en Espagne, toujours dans le domaine des travaux publics et des chemins de fer. Adeptes du Saint-simonisme[4] ils ont de nombreuses relations, notamment les Frères Pereire, qui leur permettent d'entrer dans de nombreuses entreprises.

Pour les divers services rendus, il reçoit de la France la Légion d'honneur, de l'Espagne le titre de commandeur de nombre de l'Ordre d'Isabelle la Catholique, et du roi des Belges le titre de chevalier de l'Ordre de Léopold le [2].

Il meurt le 8 janvier 1870 à Paris dans le quartier de la Bastille[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site histoire.entreprises.fr, Fives, fleuron de l'industrie sidérurgique du Nord, article publié dans le magazine Histoire d'entreprises le 9 mars 2011 lire (consulté le 9 juin 2011).
  2. a et b Ferd Veldekens, Le livre d'or de l'ordre de Léopold et de la croix de fer, Lelong, 1861, pp. 169-170 intégral (consulté le 9 juin 2011).
  3. Frédéric Barbier, Jean-Pierre Daviet, École pratique des hautes études (France). Section des sciences historiques et philologiques, Le patronat du Nord sous le Second Empire: une approche prosopographique, Librairie Droz, 1989 (ISBN 9782600034081) p. 46 extrait (consulté le 9 juin 2011).
  4. Gullaume Jacquemyns, Langrand-Dumonceau, promoteur d'une puissance financière catholique, Volume 2, Université libre de Bruxelles, 1960
  5. Site charletandre.free.fr Saint-Maur-des-Fossés : la gare lire (consulté le 9 juin 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]