Pierre-Alexandre Morlon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre-Alexandre Morlon
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Pierre-Alexandre Morlon, né à Mâcon en 1878 et mort en 1951, est un médailleur et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de tailleurs de pierre, Pierre-Alexandre Morlon devient, à partir de 1897, l'élève d'Alexandre Falguière (1831-1900) à l'École des beaux-arts de Paris. Il expose au Salon à partir de 1900.

Sculptures[modifier | modifier le code]

Morlon a travaillé comme praticien pour le compte d'Auguste Rodin, dont il a notamment exécuté en marbre Le Songe de la Vie en 1897 (musée d'art de Dallas)[1].

Ses sculptures les plus notables sont conservées à Mâcon : un bas-relief en calcaire représentant des vendangeurs au pressoir (grand hall de la chambre de commerce et d'industrie de Saône-et-Loire)[2], le groupe des Porteurs de bennes sur la place de la Barre, et le Monument aux morts de la Première Guerre mondiale.

L'église Saint-Michel de Wittelsheim (Haut-Rhin), construite en 1931 et en partie reconstruite après 1945, est ornée de sculptures de Pierre-Alexandre Morlon sur sa façade principale.

En 1911, l'architecte Raoul Brandon réalise un immeuble aux nos 199-201 rue de Charenton à Paris dont les sculptures sont dues à Morlon, elles représentent, dans des attitudes d'atlantes en terme, des travailleurs dans leur activité : un pêcheur, un paysan, un mineur et un ouvrier[3].

Monnaies[modifier | modifier le code]

2 francs Morlon (1940).

En 1931, il crée un nouveau type de monnaie, le type Morlon, à l'effigie de Marianne portant le bonnet phrygien ceint d'épis et de feuilles de chêne à l'avers, aux cornes d'abondance au revers. Cette gravure fut utilisée pour les pièces de 50 centimes, un franc et deux francs jusqu'en 1959.

Il réalisa également des pièces pour l'Uruguay, à l'avers très proches des pièces françaises.

Médailles[modifier | modifier le code]

Morlon fut surtout célèbre comme médailleur. Son premier grand succès fut d'être choisi comme auteur de la médaille française commémorative de la guerre (1921), qui fut bientôt suivie la médaille interalliée dite Médaille de la Victoire (1923).

Parmi ses autres médailles, on peut citer :

  • Victoire, médaille sportive en bronze, 1965, 50 mm, 75 gr ;
  • République française, élections municipales, médaille en bronze, 40 mm, 31 gr ;
  • République française, conseiller municipal, médaille en bronze, 40 mm, 31 gr.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Songe de la Vie », notice sur frenchsculpture.org.
  2. Photographie, sur ademval.com.
  3. « Immeuble, 199 rue de Charenton à Paris 12 », sur petit-patrimoine.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Grisel, « Pierre-Alexandre Morlon, sculpteur et médailleur », Annales de l'Académie de Mâcon, vol. 7,‎ , p. 47-66.

Liens externes[modifier | modifier le code]