Pic Toussidé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pic Toussidé
Image satellite du Tarso Toussidé avec le pic Toussidé au centre de la tache sombre et le Trou au Natron en haut à gauche.
Image satellite du Tarso Toussidé avec le pic Toussidé au centre de la tache sombre et le Trou au Natron en haut à gauche.
Géographie
Altitude 3 315 m
Massif Tarso Toussidé (massif du Tibesti)
Coordonnées 21° 02′ 28″ nord, 16° 28′ 26″ est[1]
Administration
Pays Drapeau du Tchad Tchad
Région Tibesti
Ascension
Première 1869, par l'explorateur Gustav Nachtigal
Géologie
Roches Trachyte, trachy-andésite
Type Volcan de point chaud
Morphologie Stratovolcan
Activité Actif
Dernière éruption quelques centaines d'années
Code GVP 225010
Observatoire Aucun
Géolocalisation sur la carte : Tchad
(Voir situation sur carte : Tchad)
Pic Toussidé

Le pic Toussidé est un volcan du Tchad, point culminant du massif du Tarso Toussidé avec 3 315 mètres d'altitude. Il est couvert de longues coulées de lave et émet des fumerolles. Le nom Toussidé signifierait « qui a tué les Tou par le feu » (Toubou = « peuple des Tou »)[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le pic Toussidé est situé dans le nord-ouest du Tchad, au centre du Sahara, à l'extrémité occidentale du Tarso Toussidé, un ensemble de volcans du massif du Tibesti[3]. Il est entouré à l'est par la caldeira de Yirrigue sur laquelle il s'est partiellement édifié sur son rebord occidental[3], au sud-est par le Trou au Natron, une autre caldeira, au nord-est par l'Ehi Timi, un stratovolcan, et au nord, à l'ouest et au sud par les flancs en pente douces et régulières du Tarso Toussidé[1]. Administrativement, il fait partie de la région du Tibesti.

Il s'agit d'un stratovolcan formant un cône constitué de laves trachytiques et trachy-andésitiques ayant formé des coulées de lave[3] qui peuvent dépasser les vingt kilomètres. Ces dernières recouvrent une superficie de 200 km2 sur ses flancs en ayant parcouru parfois jusqu'à 25 kilomètres de distance depuis le sommet du volcan en direction de l'ouest[3]. Des fumerolles sont émises depuis son sommet[3]. De la base, ces vapeurs ne sont visibles que lorsque des conditions de températures et d'hygrométrie favorables sont réunies, ce qui se produit rarement tant l'air est sec. Ces vapeurs prennent alors l'aspect d'un mince filet blanc comparable à celui émis par un petit réacteur d'avion[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire éruptive du pic Toussidé est mal connue, la région dans laquelle il s'élève étant inhabitée[3]. Ainsi, la date de sa dernière éruption est inconnue mais les coulées de lave les plus récentes semblent n'avoir que quelques centaines d'années[3]. L'activité volcanique actuelle est représentée par des fumerolles émises depuis son sommet[3].

La première altitude donnée au Toussidé est 3 265 mètres, calculée le par le chef de bataillon Tilho, géodésiste et futur général et membre de l'Académie des sciences, à partir d'une distance obtenue par intersection d'un azimut géographique déterminé astronomiquement à Bardaï et d'un azimut magnétique observé à Derkeï, d'une hauteur angulaire mesurée au théodolite du haut du mirador du poste de Bardaï et de l’altitude de Faya qu’il avait longuement calculée pour lui servir de référence pour l’ensemble de ses missions[5]. Les cartes de l'Institut géographique national portent cette altitude jusque dans les années 1970. À la suite des nivellements de précision de 1958-1959 et de 1963-1964, la carte IGN au 1/200 000 Bardaï (NF 33 XI), édition de 1977, indique 3 315 mètres. Tilho précisait que l’erreur sur la distance de Bardaï au Toussidé pourrait atteindre deux kilomètres. Les cartes actuelles montrent qu’elle n’a été que d’un seul kilomètre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Synonymes et sous-éléments », Global Volcanism program (consulté le 3 mai 2011)
  2. (fr) [PDF] Alain Beauvilain, Pages d'histoire naturelle de la terre tchadienne, Centre national d'appui à la recherche, Centre d'appui à la formation et à l'évaluation, août 1996, pages 15-20
  3. a b c d e f g et h (en) « Tarso Toussidé », Global Volcanism program (consulté le 3 mai 2011)
  4. (fr) « La caldeira du Doon (Trou au Natron, fond à 1520 m) et le Toussidé (3315 m) en décembre 1992 » (version du 3 mars 2016 sur l'Internet Archive), sur panoramio
  5. Jean Tilho, Reconnaissance du Tibesti. Rapport du chef de bataillon Tilho, Commandant la circonscription du Borkou-Ennedi, sur les opérations effectuées dans le Tibesti méridional du 4 septembre au 12 novembre 1915, N'Djaména, Centre National d'Appui à la Recherche, éditeur scientifique Alain Beauvilain, , 160 p.