Gustav Nachtigal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nachtigal.
Gustav Nachtigal
Description de l'image (Gustave Nachtigal) - Erwin Hanfstaengl (...)Hanfstaengl Erwin btv1b8450662m (cropped).jpg.
Naissance
Eichstedt
Décès (à 51 ans)
au large du cap Palmas
Nationalité Allemand
Activité principale
Explorateur
Formation
Médecine

Gustav Nachtigal est un explorateur allemand, né le à Eichstedt et mort en mer le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de médecine dans les universités de Halle, Wurtzbourg et Greifswald, il s'engage comme chirurgien dans l'armée. Trouvant le climat allemand préjudiciable à sa santé, il part pour Alger et Tunis et participe en tant que chirurgien à de nombreuses expéditions d'exploration[1].

Il est chargé par le roi de Prusse de remettre des cadeaux au sultan du Bornou pour le récompenser de sa bienveillance envers les Allemands[1]. Ce voyage durera cinq ans. Parti de Tripoli en 1869, il traverse la région saharienne du Tibesti et atteint le Bornou en 1871, d'où il repart pour se diriger vers l'Est. Traversant le Baguirmi, le Ouaddaï et le Kordofan, il atteint Khartoum en 1874.

En 1884, il est nommé par le chancelier Otto von Bismarck en Afrique centrale et occidentale comme envoyé spécial pour négocier les annexions territoriales, à bord de la SMS Möwe. Grâce à ses interventions, le Togoland (actuel Togo) et le Kamerun (actuel Cameroun) deviendront des colonies allemandes. C'est à ce titre qu'il proclame à Luderitz le protectorat allemand sur le Sud-Ouest africain.

Consul itinérant, représentant le Kaiser et le Chancelier Bismarck dans tout le golfe de Guinée, de Calabar au Cap Lopez, Nachtigal avalisa et officialisa les traités de 1884 signés avec les rois Duala, instituant ainsi le Protectorat Allemand. Il avait pris de vitesse le consul britannique Hewett, surnommé Mister Too Late par les Duala, lui aussi venu pour négocier l'implantation britannique, mais arrivé trop tard. Nachtigal fut pour l'Allemagne impériale ce qu'était le consul britannique Beechcraft, au pouvoir victorien, quelques décennies plus tôt dans la baie d'Ambass. Précédant l'installation officielle du premier gouverneur allemand, von Soden, le bref passage à Kamerunstadt du Dr Max Büchner mettra un terme à l'ambassade extraordinaire de Nachtigal.

Il meurt en 1885, au large du cap Palmas au Libéria. Il est inhumé à Douala au Cameroun.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Monument en l'honneur de Gustav Nachtigal au Cameroun.
  • Gustav Nachtigal 1869/1969 (édition française), Bonn-Bad Godesberg, 1969

Œuvres

  • Saharâ und Sûdân. 2 volumes, Berlin 1879-81, volume III édité par E.Groddeck, Leipzig 1889.

Traduction française

  • Sahara et Soudan . volume I (seul publié des trois projetés), Paris, 1881
  • Le Voyage de Nachtigal au Ouadaï. Traduction complète par M. Joost van Vollenhoven, Paris (sans année, 1903), Bulletin du comité de l'Afrique française (faisant partie du 3e volume de l’édition allemande)

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Ewald Banse, Unsere grossen Afrikaner : das Leben deutscher Entdecker und Kolonialpioniere, Haude & Spenersche Verlagsbuchhandlung Max Paschke, Berlin, 1942 (2e éd.), 324 p.
  • (de) Dorothea Berlin, Erinnerungen an Gustav Nachtigal, Gebrü̈der Paetel, Berlin, 1887
  • (de) Theodor Bohner, Der eroberte Erdteil : deutsches Schicksal in Afrika um Gustav Nachtigal, Buchmeister-Verlag, Berlin, 1934, 240 p.
  • Paul Brunet (Paul Bory), Les Explorateurs de l'Afrique : Nachtigal, Galliéni, Stanley, de Brazza, Samuel Baker, Georges Révoil, etc., A. Mame et fils, Tours, 1890 (2e éd.), 398 p.
  • (de) Herbert Ganslmayr, Gedenkschrift Gustav Nachtigal : 1874-1974, Übersee-Museum, Bremen, 1977, 249 p.
  • (de) Hans Heuer, Gustav Nachtigal, Freiheitsverlag, Berlin, 1937, 247 p.
  • (de) Theodor Heuss, Herbert Ganslmayr, Heinrich Schiffers, Gustav Nachtigal : 1869/1969, Inter nationes, Bad Godesberg, 1969, 109 p.
  • Joost Van Vollenhoven, Le voyage de Nachtigal au Ouadaï, Comité de l'Afrique Française, Paris, 109 p.
  • (de) Walter Weiss, Flucht aus der Wüste : Gustav Nachtigal entdeckt die Zentralsahara, Ueberreuter, Wien, Heidelberg, 1977, 158 p. (ISBN 3-8000-2167-6)
  • (de) J. Wiese (dir.), Gustav Nachtigal, ein deutsches Forscherleben im dunklen Erdteil, A. Schall, Berlin, 1914, 387 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Nacht. est l’abréviation botanique standard de Gustav Nachtigal.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI