Picéniens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Rome antique image illustrant les Marches image illustrant les Abruzzes
Cet article est une ébauche concernant la Rome antique, les Marches et les Abruzzes.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les peuples dans la péninsule italienne au début de l'âge du fer :

Les Picéniens forment un peuple italique vivant dans le Picénum du IXe siècle av. J.-C. au IIIe siècle av. J.-C..

L'art de la guerre tient une place prépondérante dans la société picénienne. Il semble qu'il y ait eu une activité mercenaire importante. Pour preuves, les fouilles archéologiques ont révélé le présence de nombreuses armes variées.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • L'aide picénienne aux armées romaines à la bataille de Sentinum en -295 fut décisive. À l'issue de cette bataille, tous les peuples d'Italie furent soumis à la domination romaine et parmi eux, les Picéniens eux-mêmes, devenant colonie romaine.
  • L'agriculture, l'élevage, la chasse et la pêche, la métallurgie étaient aussi très présents.

La langue[modifier | modifier le code]

Les Picéniens parlaient au nord le picène du nord ou nord-picène et au sud une langue du groupe osco-ombrienne, le picène du sud ou sud-picène.

Le Picénum[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Picénium.

Picénum ou Regio V Picénum était une région de l'ancienne Italie. Le nom est un exonyme attribué par les Romains, qui l'ont conquis et l'ont incorporé dans la République romaine. Il était situé dans ce qui est maintenant la région des Marches. Les Picènes ou Picéniens étaient la population indigènes du Picénum, mais ils ne sont pas d'origine ethnique uniforme. Ils ont maintenu un centre religieux à Cupra Marittima, en l'honneur de la déesse Cupra.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Franz Cumont, « Moretti ( Giuseppe ). : Il guerriero îtalico di Capestrano ( compte-rendu ). », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 16, no 1,‎ , pages 338 et 339 (lire en ligne)
  • Christine Delplace, La Romanisation du Picénum : L'exemple de l'Urbs Salvia, vol. 177, Rome, École française de Rome, coll. « Publications de l'École française de Rome », , 444 p. (lire en ligne)
  • Martin A. Guggisberg ( Université de Bâle ), « Celtes des origines - L'art des Princes et des Princesses de la celtique : La statue en pierre du Glauberg (Allemagne) vers 400 av. J.-C. », L'Archéologue, L'Archéologie Nouvelle, no 103,‎ , pages 44 à 47 (ISSN 1255-5932)
  • Félix Müller (Musée Historique de Berne), « Celtes des origines - L'art des Princes et des Princesses de la celtique (Dossier) : La statue de pierre de Hirschlanden (Allemagne) vers 530 av. J.-C. », L'Archéologue, L'Archéologie Nouvelle, no 103,‎ , pages 32 et 33 (ISSN 1255-5932)
  • Laboratoire Informatique pour les Langues Anciennes (collectif) de la Scuola Normale Superiore, « Sud-Picène IVe siècle av. J.-C. IIIe siècle av. J.-C.. Exemples d'écritures : Inscription sur le 'guerrier' de Capestrano », Mnamon : Les écritures anciennes de la Méditerranée : Guide critique des ressources électroniques, Mnamon (site web du Laboratoire Informatique pour les Langues Anciennes),‎ ; lire en ligne : [1]
  • Roger Lambrechts, « Alessandro Morandi, Le iscrizioni medio-adriatiche : Compte-rendu », L'Antiquité classique, vol. 44, no 2 (fascicule),‎ , p. 764 et 765 (lire en ligne)
  • Franck Van Wonterghem, « Ezio Mattiocco : Centri fortificati vestini », L'Antiquité classique, vol. 58,‎ , p. 556 à 558 (lire en ligne)
  • Patrice Arcelin et André Rapin, « Décors, images et signes de l'âge du Fer européen, XXVIe colloque de l'AFEAF, thème spécialisé. : L'iconographie anthropomorphe de l'âge du Fer en Gaule méditerranéenne », Revue archéologique du centre de la France, Fédération pour l'édition de la Revue archéologique du centre de la France, vol. 24, no 1 (Supplément),‎ , p. 183 à 219 (lire en ligne)
  • (en) Joseph J. Basile, « The Capestrano Warrior and Related Monuments of Seventh to fifth Centuries B.C. », Revue des archéologues et historiens de l'art de Louvain, Revue des archéologues et historiens de l'art de Louvain, vol. XXVI (26),‎ (lire en ligne)
  • (it) A. Marinetti, Le iscrizioni sudpicene, Firenze, I testi, , pages 239 à 243 et figures 28 à 31
  • (it) Adriano La Regina, Pinna Vestinorum e il popolo di Vestini : Il guerriero di Capestrano e le iscrizioni paleosabelliche, Roma, L.F. Dell'Orto, , pages 239 à 245 et page 261
  • Maes Kadrien, « Gisela Schneider-Hermann, The Samnites of the Fourth Century BC as depicted on Campanian Vases and in the other Sources. : Compte-rendu », L'antiquité classique, L'antiquité classique, vol. 67,‎ , p. 546 (lire en ligne)
  • (it) Carlo Maria d'Este, « Il guerriero di Capestrano : un'icona simbolo dell'Abruzzo e della sua identità », Centro beni culturali Sulmona, Regione Abruzzo,‎ (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]