Sud-picène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une langue image illustrant les Marches
Cet article est une ébauche concernant une langue et les Marches.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

sud-picène
Période Ier millénaire av. J.-C.
Pays Italie
Région sud du Picenum , versant centro-septentrional adriatique ( sud de la province italienne Marches et province italienne des Abruzzes )
Nombre de locuteurs Sud-picéniens
Nom des locuteurs Picéniens méridionaux
Typologie langue flexionnelle
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-1 639-3 spx
Type langue morte
Glottolog sout2618
Carte
Picenum méridional
Picenum méridional

Le sud-picène, ou picène du sud, est une langue italique parlée dans la partie sud du Picénium, une région de l'Italie antique s'étendant d'Ancône au nord (mais il n'est pas exclu que les Picènes aient occupé la zone plus au nord d'Ancône) jusqu'à Ascoli Piceno environ, dans la région moderne des Marches.

Localisation[modifier | modifier le code]

Locuteurs[modifier | modifier le code]

Hiérarchie linguistique[modifier | modifier le code]

Typologie linguistique[modifier | modifier le code]

Écriture sud-picène[modifier | modifier le code]

Alphabet[modifier | modifier le code]

Inscriptions[modifier | modifier le code]

La langue sud-picène est connue par plusieurs inscriptions, nous en donnerons ici deux. Son déchiffrement, délicat, est cependant sans commune mesure avec celui de sa voisine septentrionale.

Inscription de Castignano[modifier | modifier le code]

matereíf . patereíf . fu ::|ítúd . fapíríf . arít(i)f . ím(i)f . puíf

púpúnum . estu . k . apaiús .|adstaíúf . súaís . manus .|meitimúm

Cette inscription est importante en ce que les deux premiers mots, dans lesquels on reconnaît aisément mater et pater, suivis d'une déclinaison de datif pluriel avec -f < -*fs < -*b's < -*bh(y)os, indiquent clairement l'origine indo-européenne de l'idiome. La traduction du reste de la première ligne reste incertaine, malgré les rapprochements que certains peuvent faire avec des formes équivalentes latines.

La deuxième ligne est aussi énigmatique. Púpúnum représente un cas oblique de Púpúnis, attesté par ailleurs sur une autre inscription, probablement un génitif pluriel (?). Estu . k est probablement un démonstratif à comparer avec le latin istuc où la particule déictique k est séparée du reste de l'adjectif ; selon première inscription la nasale pénultième a été omise, il convient donc de lire estunc. apaiús pourrait être un gentilice quelconque, adstaíúf une forme verbale, à la suite de quoi il est admis que súaís . manus représente effectivement une forme osque de « ses mains » à l'instrumental dual ou pluriel. meitimúm pourrait désigner l'objet lui-même, diminutif apparenté au latin meta < *me(i)ta : colonnette, petit cône. Si l'on admet un rapprochement de adstaíúf avec une éventuelle forme de perfectum d'un composé de stare au sens d'être debout, ériger, on aurait peut-être quelque chose comme : « Apaius érigea de ses mains cette colonnette des Pomponius. »

Inscription de la stèle de Loro Piceno[modifier | modifier le code]

Inscription en langue sud-picène sur la stèle de Loro Piceno, mise au jour dans la province italienne des Marches. VIe siècle av. J.-C.. Cet artéfact funéraire est actuellement conservé au Musée archéologique national des Marches, au sein de la ville d'Ancona.

Dédicace de la statue du Guerrier de Capestrano[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerrier de Capestrano.
Reproduction de l'inscription de la statue du Guerrier de Capestrano. Milieu du VIe siècle av. J.-C.. La dédicace figure sur le pilier droit de soutien de la statue sur une hauteur totale de 98 centimètres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laboratoire Informatique pour les Langues Anciennes (collectif) de la Scuola Normale Superiore, « Sud-Picène IVe siècle av. J.-C. IIIe siècle av. J.-C.. Exemples d'écritures : Inscription sur le 'guerrier' de Capestrano », Mnamon : Les écritures anciennes de la Méditerranée : Guide critique des ressources électroniques, Mnamon (site web du Laboratoire Informatique pour les Langues Anciennes),‎ ; lire en ligne : [1]
  • Roger Lambrechts, « Alessandro Morandi : Le iscrizioni medio-adriatiche », L'Antiquité classique, vol. 44, no 2 (fascicule),‎ , p. 764 et 765; lire en ligne : [2]
  • Franck Van Wonterghem, « Ezio Mattiocco : Centri fortificati vestini », L'Antiquité classique, vol. 58,‎ , p. 556 à 558; lire en ligne : [3]
  • Patrice Arcelin et André Rapin, « Décors, images et signes de l'âge du Fer européen, XXVIe colloque de l'AFEAF, thème spécialisé. : L'iconographie anthropomorphe de l'âge du Fer en Gaule méditerranéenne », Revue archéologique du centre de la France, Fédération pour l'édition de la Revue archéologique du centre de la France, vol. 24, no 1 (Supplément),‎ , p. 183 à 219; lire en ligne : [4]
  • Laboratoire Informatique pour les Langues Anciennes (collectif) de la Scuola Normale Superiore, « Sud-Picène IVe siècle av. J.-C. IIIe siècle av. J.-C.. Exemples d'écritures : Inscription sur le 'guerrier' de Capestrano », Mnamon : Les écritures anciennes de la Méditerranée : Guide critique des ressources électroniques, Mnamon (site web du Laboratoire Informatique pour les Langues Anciennes),‎ ; lire en ligne : [5]
  • (it) A. Marinetti, Le iscrizioni sudpicene, Firenze, I testi, , pages 239 à 243 et figures 28 à 31
  • (it) Adriano La Regina, Pinna Vestinorum e il popolo di Vestini : Il guerriero di Capestrano e le iscrizioni paleosabelliche, Roma, L.F. Dell'Orto, , 43 pages p. (lire en ligne), pages 239 à 245 et page 261
  • Maes Kadrien, « Gisela Schneider-Hermann, The Samnites of the Fourth Century BC as depicted on Campanian Vases and in the other Sources. : Compte-rendu », L'antiquité classique, L'antiquité classique, vol. 67,‎ , p. 546 (lire en ligne)


  • (it) Carlo Maria d'Este, « Il guerriero di Capestrano : un'icona simbolo dell'Abruzzo e della sua identità », Centro beni culturali Sulmona, Regione Abruzzo,‎ (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]