Personnages de Princesse Mononoké

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Cet article présente les personnages de Princesse Mononoké.

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

Ashitaka[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ashitaka.

Jeune prince d'un village, Ashitaka n'est qu'un humain ordinaire jusqu'au jour où il se fera blesser par Nago, dieu de la forêt, tué par la balle de l'arquebuse de Dame Eboshi. Il est contrôlé par les démons et est tué une deuxième fois par Ashitaka qui se fera blesser par celui-ci. Ashitaka devra s'en aller trouver un remède contre les démons qui rongent son corps. Il fera la rencontre de Dame Eboshi qu'il combattra pour sauver le dieu cerf, San avec sa mère et ses frères, Okotto et sa troupe et tous les dieux de la forêt en compagnie de Yakuru, sa fidèle monture. Ainsi commence l'aventure de notre héros qui se fera tuer par ses démons à cause d'une balle, et ressusciter par le Dieu Cerf lui offrant sa vie. La vie d' Ashitaka appartient désormais au Dieu Cerf et à la forêt.

E[modifier | modifier le code]

Dame Eboshi[modifier | modifier le code]

Dame Eboshi (エボシ御前, Eboshi Gozen?) est la maîtresse des forges Tatara. Ancienne courtisane de l’empereur, elle a été écartée[réf. nécessaire] et a décidé de fonder une communauté dans une région abandonnée. Elle a ainsi permis à ce village de rebondir avec ses forges en commençant à déboiser la forêt sur des terres incultes et sauvage, avant qu’un seigneur ne s'y intéresse malgré la précaire "prospérité" qui semble renaître.

À première vue, Dame Eboshi pourrait être la méchante du film : belliqueuse, prête à tout pour réussir, elle est déterminée à raser la forêt et à tuer tous ses habitants. Malgré tout, ce n’est pas si simple. Car au fur et à mesure du film, elle apparaît sous un nouveau visage. Plus qu’une vulgaire communauté à son service, les forges sont le repaire de tous les reclus de la société. En effet Eboshi est elle-même une rejetée, et accepte toute personne prête à travailler sans discrimination. Profondément féministe, elle rachète les prostitués et leur offre un réel travail. Elle donne accès aux femmes à une liberté jamais atteinte jusqu’ici au Japon (qu’elles assimilent d’ailleurs rapidement vu leur attitude face aux samouraïs du seigneur Assano) et leur donne accès à l’arquebuse, chose interdite à l’époque (comme d’ailleurs toute forme d’arme de guerre). Mais son combat ne se limite pas à sauver les femmes. Elle sort les hommes des conditions de vie déplorable de l’époque, les protège des samouraïs et des bandits de grand chemin et leur garantit une nourriture régulière dans un Japon en crise. De plus, elle accepte les lépreux et les soigne elle-même. Enfin, elle accepte Ashitaka malgré le fait que ce soit un étranger (son serviteur s'en méfie d'ailleurs largement) et malgré son opinion divergente.

C'est cette ambiguïté qui fait toute la force du personnage. Tout en étant l’ennemie de la nature et de San, elle reste un personnage qui est respecté pour ses bonnes œuvres. Elle ne rase pas la forêt par plaisir mais par nécessité : si elle veut garantir l’intégrité de sa communauté, elle a besoin d’argent. Si elle veut de l’argent, elle doit produire du fer. Et cette production inclut le pillage des montagnes aux alentours : elle a besoin de bois et de minerais, et dans cette logique elle n’hésitera pas à se débarrasser des animaux qui la gênent si elle doit le faire pour garder son indépendance.

Dame Eboshi est la représentante de la nouvelle époque qui se profile : évolution sociale tout autant que technologique. Sociale grâce à sa société nouvelle où elle prône une égalité homme femme, technologique grâce au travail du fer qui se passe dans ses forges. En effet, l'ère Muromachi est marquée par le début du métal et des armes à feu arrivées avec les colons portugais et néerlandais. C’est cette volonté de faire changer les choses qui pousse à l’admiration. Les habitants de Tatara lui montrent d’ailleurs une foi et un respect sans failles.

J[modifier | modifier le code]

Jiko le bonze[modifier | modifier le code]

Jiko (ジコ坊, Jiko-bō?) est peut-être le personnage le plus mystérieux de Princesse Mononoké. En effet, alors que San se révèle au fur et à mesure, Jiko reste entouré de mystère. Même s'il est possible de cerner quelque peu son caractère à la fin de l'histoire, ses motivations et son passé restent inconnus. Il est envoyé par l'organisation Shishō Ren (師匠連, Shishō Ren?, littéralement « Les Adeptes du Maître »), mais on ignore tout de celle-ci. Comme Miyazaki s'est fortement renseigné sur l'époque, on peut légitimement supposer que le Shishō Ren est inspiré d'organisations similaires existant à l'époque. En effet, la fin de l'époque de Muromachi, dans laquelle se situe le récit, est marquée par un grand dynamisme religieux, et l'essor de nombreuses sectes bouddhiques (rinzai-shū, sōtō-shū, secte du Lotus ou Nichiren-shū etc.). Il n'en donc pas à écarter que le Shishō Ren est une secte de ce type, quoique ces dernières soient en réalité très différentes les unes des autres. Au crédit de cette hypothèse, on notera que Jiko est moine (il se fait appeler Jiko-bō, soit Jiko le bonze). Son statut dans cette organisation est sans doute assez haut placé, au vu des troupes qu'il commande et de la confiance placée en lui. Ce que l'on connaît de ses motivations reste moins vague. Il veut la tête du Dieu-Cerf (シシ神, Shishi-Gami?), qui donne, paraît-il, la vie éternelle. Suite au dialogue qu'il a avec dame Eboshi, on comprend qu'il souhaite la rapporter à l'Empereur, et qu'il est sans doute missionné pour ce faire. Mais il n'est pas expliqué pourquoi envoyer une organisation relativement secrète pour accomplir cette tâche.

Jiko peut apparaître comme un « méchant ». Pour parvenir à ses fins, il est particulièrement motivé et ne recule devant rien. Il manipule dame Eboshi pour parvenir à son but, en lui faisant croire qu'en tuant le Dieu-Cerf, elle va se débarrasser de tous les animaux d'un coup. En fait, il le dit lui-même « quand il s'agit de tuer un dieu, mieux vaut laisser quelqu'un le faire à votre place ».

Il reste que Jiko, à l'instar de dame Eboshi, n'est pas un personnage manichéen. À sa première rencontre avec Ashitaka, il va l'aider alors qu'il est encore perdu dans un monde nouveau. Il le guide et l'aide à trouver la foret du dieu cerf. Le site officiel précise "dans l'espoir que celui-ci le mène à sa proie", mais Jiko n'est pas mauvais jusqu'au bout. Miyazaki l'a d'ailleurs dit : « Jiko est comme beaucoup de Japonais aujourd'hui : individuellement, ce sont des personnes parfaitement belles, mais quand ils joignent une organisation, ils deviennent cruels. Assez cruels pour couper la tête d'un dieu. »

Jiko est suivi par deux groupes de chasseurs : le Karakasa Ren (唐傘連, Karakasa Ren?, Société des ombrelles de papier) et les Jibashiri (地走り, Jibashiri?, Ceux qui rampent).

Le Karakasa Ren est formé de soldats portant le même vêtement que Jiko, ce qui laisse penser qu'ils font partie du Shishō Ren. Utilisant les gens de Tatara dans la guerre contre les sangliers, ils utilisent des grenades et des mines pour les abattre en grande quantité, se moquant des pertes du côté forgerons. Pour combattre dans la forêt, ils préfèrent des sarbacanes empoisonnées beaucoup plus discrètes cachées dans leurs ombrelles. D'ailleurs ces ombrelles ont un rapport direct avec l'utilisation des armes à poudre : elles évitent que les mèches soient mouillées par la pluie.

Les Jibashiri sont les éclaireurs employés par Jiko. Ils utilisent des peaux d'animaux morts pour camoufler leur odeur et ainsi pouvoir être relativement tranquilles dans la forêt. Leur nom est relatif à leur manière de se déplacer en rampant pour être plus discret.

Malgré son physique pour le moins ingrat, Jiko-Bou est un grand leader et un combattant agile. Malgré ses motivations et ses manières infâmes, il reste un personnage attachant, proche du moine de fabliau par moments.

M[modifier | modifier le code]

Moro[modifier | modifier le code]

Loup semblable à un des fils loup

Moro (モロの君, Moro no Kimi?) est la divinité louve. Mère de San, elle dirige la résistance de la forêt contre les humains, du moins jusqu'à l'arrivée des sangliers. Elle mène une guérilla incessante contre Dame Eboshi et son peuple, et compense le faible nombre de sa tribu par une fureur sans égal. Vieille de plus de 400 ans, elle fait partie de l'ancienne génération des divinités, comme Okkotonushi.

Moro symbolise aussi la cruauté de la nature. Alors que dans Mon voisin Totoro, Miyazaki présentait une nature de manière enfantine, ici la réalité est beaucoup plus brutale : la nature n'est pas bienveillante, elle est cruelle. Alors que le dieu cerf distingue le bon du mauvais, Moro est condamnée a éliminer tous ses ennemis. La symbolique du loup prédateur symbolise d'ailleurs parfaitement cela. Et bien ici c'est la même chose : Moro pour survivre doit éliminer les humains comme Eboshi doit abattre la forêt pour la même raison.

Malgré tout, Moro est capable de faire preuve de la tendresse maternelle la plus forte, se transformant du loup prédateur en mère louve comme celle de Romulus et Rémus. Elle protège sa fille au péril de sa vie, sacrifiant même ses dernières forces, qu'elle réservait pour tuer Eboshi (elle lui enlèvera un bras, tout de même). De plus, elle accepte toutes les décisions de San, comme sa relation avec Ashitaka bien que celui-ci soit un humain.

Moro symbolise donc l'aspect duel de la nature, tout à la fois prédatrice et bienveillante. Elle est le loup tueur comme la mère protectrice. Elle nous rappelle ainsi à l'exigence du discours nuancé qu'il faut tenir sur l'animalité : celle-ci n'est pas forcément plus louable que l'humanité, contre toute attente et toute idée reçue.

N[modifier | modifier le code]

Nago[modifier | modifier le code]

Nago (?) est un dieu sanglier qui défend la forêt du mieux qu’il peut contre la déforestation des humains jusqu’à ce qu’il reçoive une balle tirée par dame Eboshi avec son arquebuse. Cette blessure fait naître en lui un démon qui le possède et qui le pousse à attaquer le village d’Ashitaka. Il sera finalement abattu par celui-ci. Le démon aura néanmoins touché Ashitaka durant l'affrontement : désormais, le jeune est magiquement infecté , et cette maladie qui lui ronge le bras va s’étendre vers le reste du corps et finira par le tuer si celui-ci ne trouve aucun moyen de faire disparaître les démons de son corps.

O[modifier | modifier le code]

Okkoto[modifier | modifier le code]

Okkoto (乙事主, Otsukotonushi?) est le dieu sanglier de l’île du sud. Il est d’une taille imposante, avec une fourrure blanche et quatre défenses ; le grand âge l'a rendu presque aveugle, mais sa sagesse et sa carrure massive le distingue de ses guerriers. Déplorant la fin de l’âge des dieux remplacé par celui des hommes, sa race ayant rapetissé aussi bien en taille qu'en intelligence, Okkoto représente la fin d'une époque. Afin d'endiguer la prédation des hommes sur la forêt du dieu Cerf – et notamment les incessants défrichements –, il lance un assaut frontal contre les travailleurs des forges (lieu qui figure ici le monde de l'homo faber, à l'activité industrieuse et proto-industrielle), tout en sachant que cette bataille désespérée signe sa perte et celle des siens.

S[modifier | modifier le code]

San[modifier | modifier le code]

Article détaillé : San.

Ancienne humaine, San est devenue une demi déesse. Elle est la fille de Moro qui comme Romulus et Remus l'a élevée comme sa propre fille après avoir vu ses parents biologique la lancer entre ses pattes puis s'enfuir. San est la "princesse mononoké" princesse de la forêt, fille de Moro. Elle fera la rencontre de notre cher prince Ashitaka qui la suppliera de l'aider à se débarrasser des démons qui ronge son corps. Ensemble ils feront face à la guerre entre Dame Ebochi, Moro, Okotto et sa troupe de sangliers.

Y[modifier | modifier le code]

Les cornes annelées de Yakkuru évoquent une antilope africaine.

Yakkuru[modifier | modifier le code]

Yakkuru est la monture d'Ashitaka. C'est une antilope ressemblant à un cobe à croissant, harnaché comme un cheval. Il n'est pas capable de parler, mais semble extrêmement intelligent et a l'air de comprendre les paroles des humains, notamment de Mononoké. Il semble également doué d'un instinct d'une grande finesse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]