Périm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Perim)
Aller à : navigation, rechercher
Périm
بريم (ar)
Image satellite de Périm dans le détroit de Bab-el-Mandeb.
Image satellite de Périm dans le détroit de Bab-el-Mandeb.
Géographie
Pays Drapeau du Yémen Yémen
Localisation Bab-el-Mandeb (océan Indien)
Coordonnées 12° 39′ 24″ N 43° 24′ 54″ E / 12.656667, 43.41512° 39′ 24″ N 43° 24′ 54″ E / 12.656667, 43.415
Superficie 13 km2
Point culminant 65 m
Géologie
Géologie Île volcanique
Type Volcan rouge
Activité Inconnue
Dernière éruption Inconnue
Code GVP Aucun
Observatoire Aucun
Administration
Démographie
Population 300 hab.
Densité 23,08 hab./km2
Plus grande ville Mayyun
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+03:00

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Périm
Périm

Géolocalisation sur la carte : Yémen (relief)

(Voir situation sur carte : Yémen (relief))
Périm
Périm
Îles du Yémen

Périm, également appelée Mayyun, en arabe بريم Barīm, en portugais Meyo, est une île du Yémen faisant face aux côtes de Djibouti et baignée par les eaux du détroit de Bab-el-Mandeb reliant la mer Rouge au nord-nord-ouest au golfe d'Aden au sud-est[1].

L'île est une possession britannique de 1857 à 1967.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Périm.

Périm est une île en forme de croissant très refermé sur lui-même, délimitant ainsi une baie et plusieurs criques formant un port naturel. Culminant à 65 mètres d'altitude, l'île est constituée de lave et de débris calcaire.

L'île est située dans le détroit de Bab-el-Mandeb qui relie la mer Rouge située au nord-nord-ouest au golfe d'Aden situé au sud-est[1]. L'île est considérée comme asiatique en raison de son appartenance au Yémen et de la plus grande proximité des côtes asiatiques qu'africaines[1]. En effet, le bras de mer séparant l'île du Yémen, le détroit d'Alexandre ou Bab Iskender, est large de 3,2 kilomètres tandis que celui la séparant de l'Afrique, le Dact-el-Mayun, est large de 25,6 kilomètres[2].

L'île est située dans le prolongement de la péninsule de Cheikh Saïd située dans l'extrême sud-ouest du Yémen et de la péninsule arabique, entourée au sud-ouest par les côtes djiboutiennes formées par le bloc Danakil, en face de la petite ville côtière de Moulhoule[1].

Périm constitue la partie émergée d'un volcan né de l'ouverture de la vallée du grand rift et de la mer Rouge. Émettant des laves basaltiques fluides au cours d'éruptions relativement peu explosives, il est classé comme volcan rouge.

Climat[modifier | modifier le code]

Périm est soumise à un climat désertique qui entraîne un manque important de précipitations. Avec la mer Rouge qui entoure l'île, le climat est plus frais que sur les côtes continentales.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

En raison de l'aridité de l'île causée par l'absence de cours d'eau et la faiblesse des précipitations, la végétation de Périm est sporadique.

Phare[modifier | modifier le code]

L'île et le phare de Périm en 1883.

Le phare de Périm est utilisé comme aide à la navigation maritime dans le détroit de Bab-el-Mandeb. Inauguré en 1861, sa tour de 11 mètres est agrandie à 81 mètres de hauteur en 1912[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Périm était connue du temps de la Grèce et de la Rome antique, citée et connue sous le nom de Diodore, en grec ancien Διόδωρος / Diódôros, par Pline l'Ancien dans Le Périple de la mer Érythrée, 25, et Ptolémée, IV, 7, 2, et 3[4].

Premières occupations[modifier | modifier le code]

Différentes puissances coloniales européennes présentes dans l'océan Indien avec des comptoirs et colonies à partir du XVIe siècle tentent de s'établir sur Périm qui constitue un intérêt stratégique majeur car situé sur la route des Indes.

C'est le cas des Portugais qui tentent de s'y établir en 1513 mais ils sont repoussés par les Ottomans puis de la France qui l'occupe à partir de 1738 mais qui est délogée par la Compagnie britannique des Indes orientales[5] d'avril 1799 à 1801 en prévention de la campagne d'Égypte menée par Napoléon Ier.[pas clair]

Période britannique[modifier | modifier le code]

Les possessions britanniques de Périm et d'Aden illustrées sur une carte de 1899.
Vapeurs en attente de ravitaillement vers 1910

Le Royaume-Uni réoccupe Périm en 1857[6] et l'intègre à Aden, ville qu'il occupe depuis 1839[5]. Les Britanniques y construisent un phare inauguré quatre ans plus tard[3]. Durant les deux décennies suivantes, la présence britannique se limite au personnel du phare et à un petit détachement de Cipayes détaché de la garnison d'Aden. Le recensement de 1881 dénombre 149 résidents[7]. Sa localisation est utilisée pour le passage d'un câble télégraphique sous-marin entre Aden et Obock, construit par la société Eastern Telegraph Company (autorisée en 1889 pour une concession de vingt ans)[8].

Les Britanniques confèrent à l'île un rôle stratégique grâce à sa localisation sur la route des Indes. D'abord, elle leur permet de bloquer les ambitions françaises en mer Rouge[9]. Ensuite, elle sert de lieu de ravitaillement en charbon à partir de 1883[10] pour les navires empruntant le canal de Suez ; cette fonction est interrompue en 1936, car l'usage du pétrole s'est substitué au charbon[11]. Avec l'amorce des activités de ravitaillement, la population augmente rapidement, passant de 986 en 1891 à 1 236 en 1901[12]. Jusqu'au début des années 1930, Périm est un sérieux concurrent d'Aden en ce qui concerne les activités de ravitaillement en charbon. Cette situation géographique est aussi utilisée pour la contrebande d'armes, activité répandue dans le golfe d'Aden et en Somalie et contre laquelle le gouvernement britannique s'engage en 1909 aux côtés de la France et l'Italie[13].

En novembre 1914, peu de temps après la déclaration de guerre entre le Royaume-Uni et l'Empire ottoman, des troupes de l'Inde britannique débarquent sur la péninsule de Cheikh Saïd en face de Périm et détruisent le petit fort turc et les canons Krupp qui s'y trouvent. Le 14 juin 1915, les Britanniques repoussent avec succès une tentative de débarquement turc à partir de Cheikh Saïd[14],[15].

République démocratique populaire du Yémen[modifier | modifier le code]

En 1967, la Fédération d'Arabie du Sud et le Protectorat d'Arabie du Sud deviennent indépendants et fusionnent sous le nom de République démocratique populaire du Yémen. La population vote pour son rattachement à ce nouvel État[11]. L'île de Périm demeure néanmoins l'objet d'un contentieux territorial avec la République arabe du Yémen[5].

Les États-Unis affirment durant la Guerre froide que le Yémen du Sud permettait à l'URSS d'y avoir une base navale sur l'île, affirmation relayée par la presse[16]. Il n'y en a cependant jamais eue ; une affirmation similaire existait à propos de Socotra.

République du Yémen[modifier | modifier le code]

Avec la réunification de la République démocratique populaire du Yémen et de la République arabe du Yémen qui forment la République du Yémen, le contentieux de l'île de Périm prend fin[5].

La France et le Yémen avaient envisagé en 2009 de bâtir à Périm un port artificiel pour renforcer le dispositif de lutte contre la piraterie dans cette partie de l'océan Indien[17].

Il existe un projet de pont entre Djibouti et le Yémen, qui passerait par Périm. Cependant, la guerre civile yéménite, qui se déroule depuis 2014, ainsi que la faiblesse de l'économie des deux États rendent ce projet non-viable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) University of Texas Libraries - Carte politique du Yémen
  2. (en) « Encyclopedia of Earth - Bab el-Mandeb »
  3. a et b (en) « Lighthouse Depot - Perim Island High Light »
  4. (fr) Jehan Desanges, « Le Littoral africain du Bab el-Mandeb d'après les sources grecques et latines », Annales d'Éthiopie, vol. 11, no 11,‎ , p. 83-101 (lire en ligne)
  5. a, b, c et d (en) « World Statesmen - Yemen »
  6. Denis de Rivoyre, « Mascate », Plon,‎ (consulté le 13 novembre 2011)
  7. Soit 117 hommes et 32 femmes: 4 Européens, 33 Arabes, 47 Somalis, 9 Indiens musulmans, 46 Hindous et Sikhs, 1 Parsee, 8 Indiens chrétiens, 1 Chinois. Peter Pichering, Perim. The Last Colonial Outpost (chapitre "Perim Population").
  8. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6542408t/f1.image Journal Officiel du 10 juillet 1889 - Gallica
  9. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64122386 Journal Officiel du 15 août 1884 - Gallica
  10. (fr) Blandine Destremau, « Le Yémen du Nord. Évolution économique récente », Tiers-Monde, Technologie et développement, t. 31, no 122,‎ , p. 461-474 (lire en ligne)
  11. a et b Perim. Columbia Electronic Encyclopedia, 6th Edition, Q2 2015
  12. Peter Pickering, Perim. the Last Colonial Outpost (chapitre "Perim Population")
  13. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6456477b Journal officiel du 2 mai 1909 - Gallica
  14. Peter Pickering, Perim Island. The Last Colonial Outpost (chapitre "Assault Landing at Sheikh Syed")
  15. Martin Motte, « La seconde Iliade : blocus et contre-blocus au Moyen-Orient, 1914-1918 », Guerres mondiales et conflits contemporains, Presses Universitaires de France, vol. 2, no 214,‎ , p. 39-53 (DOI 10.3917/gmcc.214.0039, lire en ligne)
  16. http://www.csmonitor.com/1981/1221/122120.html
  17. "Sarkozy's Middle East stratagem", Blanche, Ed., Middle East 399 (Apr 2009): 24-27.

Article connexe[modifier | modifier le code]