Paul Morphy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Morphy

Paul Morphy, né Paul Charles Morphy le à La Nouvelle-Orléans où il est mort le , est un joueur d’échecs américain.

En deux ans, vers l’âge de 20 ans, Morphy défait tous les meilleurs joueurs d’échecs américains, puis européens. Par la suite, il renonce à jouer et tente de faire carrière en droit, mais sans succès car, antiesclavagiste, il refuse de s’enrôler lors de la guerre de Sécession.

Au total, Paul Morphy a joué 227 parties d’échecs en compétition avec environ 87 % de victoires. Il n’existe qu’un seul problème d’échecs connu de Paul Morphy, qu’il créa alors qu’il était âgé de moins de dix ans[1].

Enfant prodige, Morphy est considéré comme le premier joueur d’échecs moderne, ayant laissé une partie célèbre, la partie de l'opéra.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Paul Morphy naît le 22 juin 1837, au 1113 Chartres Street, dans une riche famille de La Nouvelle-Orléans en Louisiane[1]. Son père, le Portugais Alonzo Michael Morphy, est spécialisé en droit, devenant tour à tour avocat, state legislator, attorney general de la Louisiane et juge à la Cour suprême de la Louisiane (en). La mère de Paul, Louise Thérèse Félicité Thelcide Le Carpentier, est une musicienne talentueuse née dans une famille française et créole bien connue en Louisiane. Il vit son enfance dans un milieu cultivé où la musique côtoie les échecs lors des rencontres familiales du dimanche.

Débuts aux échecs[modifier | modifier le code]

Selon son oncle, Ernest Morphy, personne n’a jamais montré à Paul comment jouer aux échecs. Il a écrit que Paul a compris les règles en observant le déroulement des parties qui se jouaient à la maison. Ernest relate que Paul a mentionné, après avoir observé pendant plusieurs heures une partie de son père et son oncle, qu’il aurait dû gagner la partie. Tant le père que l’oncle sont surpris d’entendre une telle affirmation de la bouche d'un jeune enfant, car ils ne croyaient pas qu’il savait déplacer les pièces, encore moins qu'il connaissait la stratégie échiquéenne. Ils seront encore plus surpris lorsque Paul remettra les pièces sur l’échiquier et prouvera son affirmation.

Paul Morphy devant un échiquier.

Après cet épisode, sa famille reconnaît son talent. Il le démontre ensuite en jouant dans différentes compétitions locales, ainsi que lors de réunions familiales, le dimanche. À l’âge de 9 ans, il est déjà considéré comme l’un des plus forts joueurs de La Nouvelle-Orléans.

En 1846, le général Winfield Scott visite la ville et désire affronter un fort joueur d’échecs pendant la soirée. Les échecs sont un passe-temps pour lui, et il se considère comme un bon joueur. Après le repas du soir, un échiquier est préparé et l’on présente au général son adversaire : Paul. Croyant à une blague de mauvais goût, il s’offusque, mais on lui assure que le garçon est un prodige des échecs. Le général accepte de jouer et Morphy le bat facilement deux fois de suite. La seconde fois, Paul annonce un mat forcé six coups après le début de la partie. Ces deux défaites face à un enfant mortifient l’ego du général, qui refuse de continuer à jouer et se retire pour la nuit. Il n’a plus jamais affronté Morphy.

Premiers succès (1849-1850)[modifier | modifier le code]

En 1850, à l’âge de douze ans, Morphy est capable à la fois de battre tous ses proches et de jouer à l’aveugle. Il rencontre tous les meilleurs joueurs de la région, ainsi que tous les maîtres de passage. C’est ainsi qu’il bat le maître hongrois Johann Löwenthal, un fort joueur de l'époque, alors en déplacement aux États-Unis pour des matches exhibitions.

Lors de la première partie, Löwenthal, qui croyait jouer une partie facile contre un enfant, se rend compte en jouant son 12e coup de la véritable force de son adversaire. Il ralentit en conséquence sa cadence de jeu, et chaque fois que Morphy fait un bon coup, Löwenthal sourcille d’effroi, d’une manière « comique », selon Ernest Morphy. Surpris par le talent du garçon, Löwenthal joue trois parties contre Morphy pendant son séjour à La Nouvelle-Orléans, toutes perdues[n 1].

Éducation (1849-1857)[modifier | modifier le code]

Paul Morphy en 1854

À l'automne 1849, Morphy s'inscrit à l'Académie Jefferson (en) à La Nouvelle-Orléans. Après 1850, occupé par ses études, Morphy ne joue pratiquement pas.

À la fin de l'année 1850, ses parents l’envoient au Spring Hill College (en) de Mobile en Alabama pour se préparer à des études juridiques. À la fin de ses études secondaires, il obtient son diplôme en 1854. Il y reste une année de plus, étudiant les mathématiques et la philosophie et reçoit un diplôme avec mention. Il est ensuite accepté en droit à l’université Tulane en 1855. Un an plus tard, alors âgé de 19 ans, le , il obtient son diplôme en droit qui est une Capacité en droit[2].

Doté d’une mémoire exceptionnelle, Morphy affirme qu’il a appris par cœur le code civil en vigueur en Louisiane[n 2].

Premier congrès américain d’échecs (New York, 1857)[modifier | modifier le code]

Trop jeune pour exercer son métier, Morphy décide de se consacrer dans un premier temps aux échecs. Il reçoit une invitation à participer au premier congrès américain d’échecs, qui se tient à New York à l’automne de 1857. Il décline au départ l’invitation, mais son oncle Ernest le presse d’accepter. Morphy accepte finalement de jouer, à la condition de recevoir la bénédiction parentale. Il se rend à New York par bateau à vapeur et par train. Au congrès, il défait tous ses adversaires, y compris le fort joueur allemand Louis Paulsen à la dernière ronde.

Paul Morphy devient à 20 ans le premier champion des États-Unis. Pour cette raison, on le presse de se mesurer aux meilleurs joueurs européens.

Voyage en Europe et match contre Anderssen (1858)[modifier | modifier le code]

Match contre Johann Löwenthal (1858).

Encore trop jeune pour exercer le droit, Paul Morphy est invité à un tournoi d’échecs international se tenant à l’été 1858 à Birmingham. Il accepte le défi et se rend en Angleterre. Cependant, il ne participe pas au tournoi mais joue des matchs contre les meilleurs joueurs anglais, les battant tous sans exception. Le seul joueur qui refuse d’affronter Paul est Howard Staunton. Bien que ce dernier l'ait critiqué dans son journal et qu'il ait promis de l’affronter, Staunton trouve des subterfuges pour éviter la rencontre, alors que parfois il est présent dans la même pièce où joue Morphy et aurait pu s’y mesurer.

Staunton a, peu après, été critiqué pour son refus d’affronter Morphy. À cette époque, il complétait une édition d’une intégrale de William Shakespeare, mais jouait aussi en compétition. Staunton a lancé ensuite une campagne écrite dans son journal de façon à laisser croire que Morphy était la cause de cette situation, suggérant entre autres qu’il n’avait pas les fonds nécessaires pour répondre aux exigences financières d’un tel match. Pourtant, Morphy était si estimé que plusieurs groupes et plusieurs personnes riches étaient prêts à le financer sans réserve.

Durant les quelques mois où Morphy est en Angleterre, il joue le plus souvent des parties à l’aveugle, et même des parties en simultanée contre huit joueurs, qu’il gagne sans exception.

Paul Morphy lors d'une séance de simultanée à l'aveugle au Café de la Régence à Paris.

Recherchant de nouveaux adversaires, Stauton évitant toujours l’affrontement, Morphy traverse la Manche et se rend au Café de la Régence à Paris, haut-lieu des échecs français de l'époque. Il y affronte en match Daniel Harrwitz, le meilleur joueur français à l’époque. Un prix est versé au gagnant après 7 points. Morphy perd les deux premières parties, mais réagit avec calme, se rendant compte qu’il joue avec trop d’impétuosité. Il gagne la troisième, la quatrième, la cinquième, puis la sixième partie. Harrwitz demande alors une pause de huit jours pour cause de santé. Morphy accepte, à la condition de reprendre au rythme d’une partie par jour. À la reprise, il annule contre Harrwitz, puis gagne la huitième partie. À ce moment, Harrwitz demande une nouvelle pause, mais Morphy refuse. Harrwitz abandonne.

À Paris en 1858, Morphy attrape la grippe et souffre d’une forte fièvre. En accord avec la médecine de l’époque, il est traité à l’aide de sangsues, perdant beaucoup de sang. Il est tellement affaibli qu'il ne peut se tenir debout sans aide, mais insiste pour jouer contre Adolf Anderssen, considéré comme le meilleur joueur européen du moment, lequel est venu expressément de Breslau, en Allemagne pour ce match. Malgré sa maladie, Morphy triomphe facilement (+7 =2 -2). Lorsqu’on questionne Anderssen sur sa défaite, il réplique qu’il manque de pratique, mais que Morphy est plus fort et qu’il l’a battu à la régulière. Anderssen a aussi affirmé que Morphy était le plus fort joueur connu, dépassant même La Bourdonnais.

C’est pendant cette période que Morphy joue la célèbre partie de l'opéra à l’Opéra de Paris en 1858 contre le duc Charles II de Brunswick (jouant en consultation avec le comte Isouard)[3].

Article détaillé : Partie de l'opéra.

En France, comme en Angleterre et aux États-Unis, Morphy a joué des parties à l’aveugle contre huit joueurs à la fois.

Retour triomphal aux États-Unis (1859)[modifier | modifier le code]

En décembre 1857, le Chess Monthly affirme que « son génie, sa modestie et sa courtoisie l’ont rendu agréable à toutes les personnes rencontrées »[n 3].

David Lawson, un biographe de Morphy, a écrit qu'il est le « premier » joueur à être universellement appelé « Champion du monde des échecs ». Cependant, la plupart des historiens du jeu affirment que le premier championnat a eu lieu en 1886, et voient en Morphy un champion du monde « non officiel ».

De retour en Angleterre au printemps de 1859, Morphy est fêté par les Anglais. À Londres, lors d’un banquet en son honneur, il est encore proclamé « Champion du monde ». Sa notoriété est telle que la reine Victoria souhaite le rencontrer en privé. Sa suprématie est reconnue de partout et il semble malaisé de jouer contre lui s’il n’a pas un handicap. Un match est alors organisé contre cinq maîtres, que Morphy doit affronter en simultanée : Jules Arnous de Rivière, Samuel Boden, Thomas Barnes, Johann Löwenthal et Henry Bird. Il gagne deux parties, en annule deux et perd l’autre.

Le 11 mai 1859, il rentre à New York et est couvert d’éloges par ses compatriotes. Des entreprises veulent utiliser son nom et des journaux demandent à ce qu’il rédige des articles. Il animera la rubrique échecs du New York Ledger (en) d'août 1859 à août 1860[4].

Abandon des échecs[modifier | modifier le code]

Morphy jouant avec son ami Jules Arnous de Rivière.

Morphy aurait alors déclaré qu’il ne jouerait plus de parties sans donner un pion et le trait à son adversaire (dans un match entre deux maîtres de même force, un pion suffit souvent à assurer la victoire). Après son retour à la maison, il se retire de la compétition et joue très peu en public.

Il se concentre alors sur sa carrière en droit. Malheureusement, il ne peut commencer, car la guerre civile américaine éclate en 1861 et perturbe les activités de La Nouvelle-Orléans. Opposé à la sécession, il refuse de servir dans l’armée confédérée. Quelque temps après, il quitte la ville et retourne à Paris, où il demeure le temps que la guerre civile se termine.

Son opposition à l’esclavagisme ainsi qu’à la guerre le rend impopulaire dans sa ville natale, et il ne peut en conséquence y pratiquer le droit. Toutes ses tentatives d’ouvrir un bureau de droit échouent, car les seules personnes qu’il y rencontre viennent pour parler d’échecs. Financièrement à l’aise grâce à sa famille, il passera le reste de sa vie dans l’oisiveté.

Malgré les demandes de ses admirateurs, il refuse de rejouer aux échecs car il ne considère pas cela comme une occupation sérieuse. En effet, à cette époque, le jeu d’échecs est une activité pour amateurs qui ne sied pas à des gentilshommes. Les joueurs professionnels dans les années 1860 étaient mal vus, plus comme des parieurs professionnels et autres joueurs peu recommandables. Ce n’est qu’à partir du XXe siècle que le jeu est devenu respecté, notamment avec la venue de Wilhelm Steinitz, par son travail scientifique du jeu, et d’Emanuel Lasker, qui exigeait des enjeux élevés lors des matches.

Fin de vie (1870-1884)[modifier | modifier le code]

Les dernières années de Paul Morphy sont tragiques. Déprimé, il passe son temps à déambuler dans le vieux carré français de la Nouvelle-Orléans, parlant avec des personnes invisibles. Il souffre également de délires de persécution et de paranoïa.

Paul Morphy meurt dans sa baignoire en 1884, à l’âge de 47 ans, des suites d’une attaque cérébrale. Il est enterré au cimetière Saint-Louis de La Nouvelle-Orléans.

Style échiquéen[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui, de nombreux amateurs croient que Morphy était exceptionnellement habile en combinaison, car il excellait à sacrifier sa dame en échange d’une attaque irrésistible qui dévastait le camp opposé en quelques coups. Cela provient partiellement de plusieurs analyses de ses parties où sont mises en valeur ses manœuvres tactiques. Cependant, cela ne reflète pas son style dans la majorité de ses parties. Comparé à ceux de La Bourdonnais et de Adolf Anderssen, son style est plutôt conservateur.

Morphy est considéré comme le premier joueur d’échecs moderne. Quelques-unes de ses parties ont une apparence vieillotte, car il n’avait pas besoin des systèmes positionnels devenus en vogue chez les grands maîtres d’aujourd’hui, après les travaux de Staunton, Paulsen et Steinitz. Ses adversaires ne maîtrisant pas encore les positions ouvertes, il y recourait, ce qui lui permettait de les battre rapidement. Il jouait les parties ouvertes de façon quasi parfaite, mais il pouvait conduire d’autres types de partie avec succès, connaissant la plupart des principes modernes du jeu.

Morphy était un joueur capable d’évaluer de façon intuitive la meilleure ligne et, pour cette raison, il a souvent été comparé à Capablanca. Comme ce dernier, il était un enfant prodige : il jouait rapidement et bien. Löwenthal et Anderssen ont remarqué plus tard qu’il était difficile à battre, car il savait se défendre et pouvait annuler ou gagner une partie même si sa position était mauvaise. D’un autre côté, il ne laissait passer aucune occasion de gagner s’il avait une position gagnante. Anderssen a affirmé que, face à Morphy, un joueur faisait mieux d’abandonner après un mauvais coup. Tentant d’expliquer ses mauvaises performances vis-à-vis de Morphy, Anderssen a affirmé : « Je gagne mes parties en 70 coups, alors que M. Morphy le fait en 20, ce qui est dans l’ordre des choses »[n 4].

Paul Morphy a d'ailleurs fait une citation fameuse à ce sujet : « Aidez vos pièces, elles vous aideront ! »[5].

Postérité[modifier | modifier le code]

Quelques GMI croient que Morphy est le plus grand joueur d’échecs ayant jamais vécu[6]. D’autres ne sont pas d’accord[n 5],[n 6].

Problème d'échecs[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Roi blanc sur case noire f8
Fou noir sur case blanche g8
Roi noir sur case noire h8
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Pion blanc sur case blanche g6
Tour blanche sur case blanche h1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
L'unique problème attribué à Morphy.
Les Blancs y jouent et font mat en deux coups[n 7].

On ne connaît qu'un problème d'échecs attribué à Paul Morphy. Les Blancs y jouent et font mat en deux coups.

Parties remarquables[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Partie de l'opéra.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L’une des parties est qualifiée de nulle par Löwenthal dans son livre Morphy’s Games of Chess et a été recopiée ainsi par la suite. David Lawson, dans sa biographie de Paul Morphy, a corrigé cette erreur, publiant les coups qui ont été joués pendant la partie.
  2. Cf. l'article Louis Moreau-Lislet.
  3. traduction libre de (en) his genial disposition, his unaffected modesty and gentlemanly courtesy have endeared him to all his acquaintances.
  4. traduction libre de (en) I win my games in seventy moves but Mr. Morphy wins his in twenty, but that is only natural…)...
  5. « Les admirateurs de Morphy ont affirmé avec force qu’il était le plus grand génie du jeu, mais si on examine ses parties et ses scores de façon critique, on ne peut justifier une telle extravagance. Dès lors, il faut parler du mythe Morphy. Même si ce mythe est détruit, Morphy demeure l’un des géants du jeu. », Reuben Fine (traduction libre de (en) [Morphy’s] glorifiers went on to urge that he was the most brilliant genius who had ever appeared. … But if we examine Morphy’s record and games critically, we cannot justify such extravaganza. And we are compelled to speak of it as the Morphy myth. … Even if the myth has been destroyed, Morphy remains one of the giants of chess history.).
  6. « Discuter du plus grand joueur de tous les temps est toujours amusant, mais ces discussions se terminent souvent en débats partisans qui demandent de croire sur parole ou qui se basent sur des informations de diverses origines. » traduction libre de (en) Discussions of who was the greatest ever player are always fun, but naturally will often collapse into partisan declarations of faith or endless gnawing at historical bones of diverse provenance. Raymond Keene; World Chess Championship: Kramnik vs. Leko (page 73); Hardinge Simpole Publishing; 2004. ISBN 1-84382-160-5
  7. Solution : la clé est 1. Th6!, où si 1.. gxh6, 2. g7 met les Noirs échec et mat ; sur tout autre coup (un coup quelconque du fou noir), 2. Txh7 met les Noirs échec et mat.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cercle d’Échecs d’Évian
  2. Informations biographiques sur Paul Morphy en tant que capacitaire en droit
  3. La partie sur le site Chessgames.com (consulté le 15 juin 2015).
  4. La transcription de son premier article
  5. « Citations échiquéennes, Mes citations favorites », Par Gérard Demuydt sur le site http://www.mjae.com (consulté le 15 juin 2015).
  6. (en) Paul Charles Morphy (1837-1884), par Jeremy Silman qui a recueilli des commentaires de Bobby Fischer sur Morphy.
  7. Henri Baucher c. Paul Morphy, Paris, 1858, 0-1
  8. Fred Reinfeld, The human side of chess, Faber & Faber Ltd, 1953, p. 36
  9. Bobby Fischer, Mes 60 meilleures parties, éd. Editéchecs, ISBN 2-9508587-0-8, 1995, p. 124

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres en français[modifier | modifier le code]

  • David Lawson , Paul Morphy: La Gloire et la Tristesse des Echecs, traduit de l'anglais par D. A. Gills, 1ère édition, mars 2013, 452 pages, 100 exemplaires signés et numérotés. http://www.biblio-paul-morphy.fr/101325821
  • Ernest Jones, « Le cas de Paul Morphy. Contribution à la psychologie du joueur d’échecs », in Essais de psychanalyse appliquée, éd. Payot-Rivages, 1973 (ISBN 2-22821-610-0).
  • Gedeon Barcza, Lazlo Alfoldy et Jeno Kapu, Les champions du monde de Morphy à Alekhine, éd. Bernard Grasset, 1984.
Le chapitre sur Morphy est écrit par Lazlo Alfoldy.
Parties commentées en français.
  • Philippe Clère, Échecs: Sur les traces de Paul Morphy, La Compagnie Littéraire, 2009.
  • Philippe Clère, Échecs: L'héritage de Paul Morphy, La Compagnie Littéraire, 2011, (ISBN 9782876832992).

Livres en anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) David Lawson, Paul Morphy, The Pride and Sorrow of Chess, Mckay, 1976.
    Biographie romancée de Paul Morphy en anglais. Elle corrige plusieurs erreurs historiques, incluant celle du score de Löwenthal contre Morphy enfant.
  • (en) Frederick Milne Edge, Paul Morphy, the Chess Champion. An Account of His Career in America and Europe, New York, 1859.
    Edge est un journaliste qui a suivi Morphy pendant son séjour en Angleterre et en France, allant jusqu’à lui servir de majordome et d’aide. Grâce à ses écrits, plusieurs de ses parties ont été notées. L’ouvrage contient des informations sur le premier congrès américain d’échecs, ainsi qu’une histoire des clubs britanniques avant et pendant le séjour de Morphy.
  • (en) Macon Shibut, Paul Morphy and the Evolution of Chess Theory, Caissa Éditions, 1993, (ISBN 0-939433-16-8).
Plus de 415 parties comprenant presque toutes les parties de Morphy. Contient des chapitres sur la place de Morphy dans le développement échiquéen, ainsi que des réimpressions d’articles rédigés par Steinitz, Alekhine et d’autres.
  • (en) Max Lange, The Chess Genius of Paul Morphy, (traduit de l’allemand en anglais par Ernst Falkbeer), 1860. Réimprimé par Moravian Chess sous le titre Paul Morphy, a Sketch From the Chess World.
Une remarquable source pour avoir un aperçu de la perspective européenne envers Morphy.
Plusieurs historiens voient Morphy comme un champion du monde.
  • (en) Philip W. Sergeant et Fred Reinfeld, Morphy’s Games of Chess, 1989, Dover (ISBN 0-486-20386-7)
    Contient des parties annotées par des observateurs antérieurs, tout comme les annotations de Sergeant. Contient beaucoup de parties connues de Morphy, qu’elles soient de tournois ou libres. Contient une courte biographie.
  • (en) Philip W. Sergeant, Morphy Gleanings, David McKay company, 1932.
Liste des parties que Sergeant n’a pas publiées dans Morphy’s Games of Chess. Contient une meilleure biographie, ainsi que des documents sur les affaires Morphy-Paulsen et Morphy-Kolisch. Réimpression sous le titre Unknown Morphy.
  • (en) Fred Reinfeld et Andrew Soltis, Morphy Chess Masterpieces, 40 illustrated and annotated games, Collier Macmillan Publishers, 1974.
  • (en) Reuben Fine, The World’s Great Chess Games, Dover, 1983 (ISBN 0-486-24512-8)
  • (en) Frisco Del Rosario, A First Book of Morphy, Trafford, 2004 (ISBN 1-4120-3906-1)
Propose les enseignements de Cecil Purdy et Reuben Fine avec 65 parties annotées de Morphy.
  • (en) Valeri Beim, Paul Morphy: A Modern Perspective, Russell Enterprises, Inc, 2005. (ISBN 1-888690-26-7)
  • (en) Regina Morphy-Voitier, Life of Paul Morphy in the Vieux Carré of New-Orleans and Abroad, 1926.
    Regina Morphy-Voitier, nièce de Paul Morphy, a publié à titre d’auteur cette plaquette à New York. L’intérêt de l’ouvrage provient de sa perspective sur la vie de Paul Morphy dans le quartier français de La Nouvelle-Orléans.
  • (en) Frances Parkinson Keyes, The Chess Players, Farrar, Straus and Cudahy, 1960.
Une fiction historique où Morphy joue un rôle central.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]