Paul Janson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Janson
Janson Paul 070518.jpg
Fonctions
Député
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Enfants

Paul Janson (Herstal, Bruxelles, ) est une personnalité politique libérale belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Herstal, Janson étudie la philosophie et les lettres (doctorat obtenu en 1859) et le Droit (doctorat obtenu en 1862) à l’Université libre de Bruxelles. Il fut un brillant avocat, plaidant et remportant de nombreux procès. Son premier grand triomphe a lieu lors de L'affaire De Buck, concernant des captations de testaments, qui reflétait l'animosité dressant alors l'un contre l'autre les partis catholique et libéral et qui donna lieu à un procès de la Cour d'assises du Brabant dont il eut à s'occuper en mai 1864, alors qu'il était encore stagiaire de deuxième année.

Il manifesta très tôt un fort soutien aux réformes électorales ainsi qu’à la branche progressiste libérale. Janson fut élu à la Chambre pour le parti libéral en 1877, ne fut pas réélu en 1884, et devint conseiller régional pour Bruxelles. Réélu en 1889, il a continué à militer pour le suffrage universel, fondé la Fédération progressiste, aile progressiste du mouvement libéral belge.

En 1894, soit dix ans après une défaite libérale, le parti essuya à nouveau un échec électoral : Paul Janson perdit son siège à la Chambre. Repêché grâce à l'intervention de Paul Hymans en 1900, il regagna une place auprès des libéraux modérés et son siège à la Chambre jusqu’à sa mort. Il plaida pour une diminution des heures de travail. Ses liens politiques étroits permirent que sous son influence, une alliance avec les socialistes fut formée en 1912 afin de gagner les élections prévues face au parti catholique. Le cartel échoua, et les catholiques obtinrent la majorité absolue. Vers la fin de sa carrière, il favorisa la coopération avec le Parti socialiste ; homme d’État sans jamais avoir siégé au gouvernement, il fut nommé Ministre d'État honoraire le .

Postérité[modifier | modifier le code]

  • Paul Janson voulait instaurer l’instruction scolaire obligatoire et gratuite, le service militaire et le suffrage universel. Continué par Paul Hymans après la mort de Paul Janson, le combat pour le suffrage universel s’est soldé par une mise en place à partir de 1919, et le premier vote à suffrage universel eut lieu en 1921.
  • Paul Janson fut le père de Paul-Émile Janson et Marie Janson, première femme politique belge à devenir membre du Sénat belge.
  • Plusieurs places, rues et lieux portent son nom en Belgique : la Place de la Belle Alliance ou Place de la Barrière fut renommée Place Paul Janson[1]. Située à l’intersection des rues Moris, de la Victoire, Defacqz et de l'Aqueduc, la place Paul Janson s’apparente plutôt à un carrefour qu’à une place.
  • Une étude moderne[réf. nécessaire] montre que c’est son aversion viscérale pour la lutte des classes qui l’a gardé éloigné du mouvement socialiste.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. il vécut au no 73 de la rue Defacqz dans la commune bruxelloise de Saint-Gilles

Références[modifier | modifier le code]