Paul Gilroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Gilroy
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance (59 ans)
Pays de résidence Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

Paul Gilroy (né le 16 février 1956) est un sociologue anglais, dépositaire de la chaire de sociologie Anthony Giddens de la London School of Economics.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'une mère venant des Caraïbes et un d'un père anglais d'origine allemande, il grandit dans le district populaire et à forte population immigrée de Bow, à Londres[1].

Dans sa jeunesse il s'interroge sur des questions politiques avec des auteurs caribéens et nord-américains tels que W. E. B. Du Bois, Frantz Fanon, Edouard Glissant, Stuart Hall George Orwell ou Theodor W. Adorno ou des poètes et musiciens de ces régions[1].

Il étudie à l'Université du Sussex et travail à l'Université de Yale et à la London School of Economics

Il découvre le blues dans les années 1960 et apprécie des musiciens tels que Bob Dylan, Jimi Hendrix, Bob Marley, Miles Davis, Curtis Mayfield ou James Brown[1].

Il est l'auteur d'ouvrages dont les plus fameux sont Ain't no black in the union jack (1987) et l'Atlantique noir (1993).

Féru de musique, il a également écrit des livrets pour la série London is a place for me parus sur le label Honest Jon Records, portant sur le Swinging London et la circulation musicale dans les classes populaires à Londres dans les années 60.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (1982) (coauteur) The Empire Strikes Back - Race and Racism in '70s Britain, Hutchinson/Centre for Contemporary Cultural Studies
  • (1987) There Ain't No Black In the Union Jack: The Cultural Politics of Race and Nation, Hutchinson
  • (1993) The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, Verso
    • L'Atlantique noir : Modernité et double conscience (trad. Charlotte Nordmann), Paris, Éditions Amsterdam, coll. « Histoires Atlantiques »,‎ 2010, 333 p.
    • Première traduction française : Éditions Kargo, Paris, 2003
  • (1993) Small Acts: thoughts on the politics of black cultures, Serpent's Tail
  • (2000) Between Camps: Nations, Culture and the Allure of Race, Allen Lane
  • (2004) After Empire: Multiculture or Postcolonial Melancholia, Routledge

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c David Brun-Lambert, « Mélancolie postcoloniale », Le Courrier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]