Paul Friedel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Friedel.
Paul Friedel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Paul Friedel, né le dans le 7e arrondissement de Paris[1], est un ingénieur français, « chercheur à l'esprit d'entreprise », proche du milieu industriel de la recherche mais aussi du milieu académique via les grandes écoles françaises d'ingénieurs[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Paul Edmond Friedel est le fils de Jacques Friedel, grand-croix dans l'ordre de la Légion d'honneur « pour sa carrière brillante et pour l'apport énorme de sa part à la physique en France et dans le monde »[3], et le petit-fils d'Edmond Friedel. De son mariage en 1977 avec Brigitte Fontès, ingénieur Télécom Paris, sont nés trois enfants[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'Ecole polytechnique (promotion 1976), docteur-ès-sciences-physiques, il effectue un post-doctorat aux États-Unis[1].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

La carrière de Paul Friedel est « vouée à la recherche industrielle dans les technologies de l'information »[4].

Paul Friedel travaille aux Laboratoires d'électronique du groupe Philips de 1980 à 1987. À cette même période, il est chargé de l'enseignement de la physique à l'Institut supérieur d'électronique de Paris. Il réalise son stage post-doctoral aux laboratoires AT&T Bell Laboratories à Murray Hill (États-Unis) en 1987-1988. Il exerce ensuite diverses fonctions de management en France et à l'étranger en recherche et développement au sein du Groupe Philips, entre 1988 et 2002, tout en poursuivant une activité dans le domaine de l'enseignement au sein des grandes écoles françaises, en étant notamment conseiller scientifique de l'Institut supérieur d'électronique du Nord de 1990 à 1992[1].

En 2002, il rejoint la société Diebold en qualité de directeur des technologies avancées ; puis en mai 2005, France Télécom, en qualité de directeur de la recherche et de la stratégie, poste qu'il conserve jusqu'au 1er septembre 2010 où il est nommé directeur de Télécom Bretagne[5],[6].

Le 1er janvier 2017, l'École des Mines de Nantes et Télécom Bretagne fusionnent pour devenir IMT Atlantique Bretagne Pays de la Loire, Paul Friedel devient alors le directeur de la nouvelle école.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

En juin 2009, il est nommé président de la Société de l'électricité, de l'électronique et des technologies de l'information et de la communication et président du conseil d'administration de l'Institut supérieur de l'électronique et du numérique à Toulon[5],[1].

Il est premier vice-président de l'Université européenne de Bretagne, vice-président du pôle de compétitivité Images et Réseaux[7] et du pôle de compétitivité Mer Bretagne[8],[1].

Ancien membre de l'Association for Computing Machinery, il est membre de la Société française de physique et de l'Institute of Electrical and Electronics Engineers[1].

En 1996, pour ses travaux en « physique du solide et télévision numérique », il obtient le Grand Prix de l'électronique Général Ferrié[Note 1],[9]

Publications[modifier | modifier le code]

Paul Friedel est l'auteur d'une trentaine de publications dans le domaine de la physique du solide, et le coauteur avec M. Lannoo de l'ouvrage Atomic and Electronic Structure of Surfaces[Note 2],[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Depuis 1963, le Grand Prix de l’Électronique « Général Ferrié » est décerné annuellement. Il récompense un ingénieur ou scientifique dont les travaux ont contribué d'une manière importante aux progrès de l'électronique et de ses applications, [lire en ligne].
  2. Atomic and Electronic Structure of Surfaces, (ISBN 978-0-38752-682-9), [lire en ligne].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Who's Who in France, édition 2013, p. 908
  2. Isabelle Jaffré, « Paul Friedel. Chercheur à l'esprit d'entreprise », sur le site du mensuel économique Le Journal des entreprises, (consulté le 1er septembre 2014).
  3. « Jacques Friedel reçoit la Grand'Croix de la Légion d'Honneur », sur le site de la Société française de physique, (consulté le 1er septembre 2014).
  4. « Paul Friedel reprend le flambeau », sur le site du quotidien Le Télégramme, (consulté le 1er septembre 2014).
  5. a et b « Biographie de Paul Friedel », sur le site du magazine L'Étudiant, (consulté le 1er septembre 2014).
  6. Pierre Duval, « Paul Friedel, Directeur de Télécom Bretagne, membre de l'Institut Telecom », sur le site de la Conférence des grandes écoles (consulté le 1er septembre 2014).
  7. « La présidence », sur le site du Pôle de compétitivité Images et Réseaux (consulté le 1er septembre 2014).
  8. « Gouvernance opérationnelle », sur le site du Pôle Mer Bretagne (consulté le 1er septembre 2014).
  9. GRAND PRIX DE L’ELECTRONIQUE DU GENERAL FERRIE - LAUREATS DU GRAND PRIX DE 1967 A 2011, [lire en ligne].
  10. « Décret du 20 novembre 2015 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr, Légifrance.