Pascal Vimenet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vimenet.
image illustrant un réalisateur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un réalisateur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques. Pour plus d’informations, voyez le projet Cinéma.

Pascal Vimenet
Naissance
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Auteur, réalisateur, critique
Films notables
  • Euphronios a peint (1989)
  • Fantômes du cinéma forain (2011)
  • Jean-François Laguionie, le rêveur éveillé (2015)

Pascal Vimenet est un réalisateur, écrivain, enseignant et critique de cinéma, spécialiste du cinéma d'animation, né en 1951.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné du peintre Jean Vimenet, Pascal Vimenet, après avoir été longtemps correcteur de presse et d'édition, commence un travail de critique, spécialisé sur le cinéma d'animation, aux Cahiers du cinéma (1985-1989). Cette expérience le conduit à fonder en 1986 la revue Animatographe, « bimestriel du cinéma d'animation international », dont trois numéros paraissent jusqu'à l'été 1987. Son rayonnement, quoique éphémère, a un impact certain dans le milieu du cinéma d'animation. Après la disparition de la revue, il poursuit son travail de critique dans plusieurs revues spécialisées et développe un travail d'auteur, notamment aux éditions de l'Œil. Il est également membre du comité de rédaction de la revue Passages d'encres.

Ce travail critique le fait repérer par le fondateur du département « cinéma d'animation » du CFT Gobelins (Paris), Pierre Ayma, qui, en 1989, le charge de concevoir une partie des premiers cours théoriques de l'école dédiés à l'histoire et à l'esthétique du cinéma d'animation. Dans la foulée de ce travail enseignant, qui le conduit à intervenir ensuite à l'école de la Poudrière de Valence et à l'Université François-Rabelais de Tours ainsi qu'à l'École des métiers du cinéma d'animation (EMCA) d'Angoulême, il engage un travail de réalisateur documentaire, en collaborant notamment à la série Palettes, créée par Alain Jaubert.

En 1994, il fonde le dispositif « École et Cinéma » pour sa partie cinéma d'animation, dont il dirige pendant quatre ans le dispositif national expérimental.

Concepteur ou coordinateur d'événements rétrospectifs (Walerian Borowczyk, à Varsovie et à Poznan, 2008, avec l'Institut français ; Jan Švankmajer, à Paris, 2010, avec le Forum des images), il est chargé, en 2013-2014, en collaboration avec le scénographe François Confino, de l'étude d'un projet de cité du cinéma d'animation et de cinéma forain à Angoulême, abandonné brusquement par les élus du Conseil général fin 2014.

Parallèlement, depuis la mort de son père, il contribue à la création de l'association Jean Vimenet, son œuvre (2000) et devient, à ce titre, commissaire de plusieurs expositions rétrospectives (Musée de Royan, 2004; Musée des beaux-arts de Lons-le-Saunier, 2014-2015).

Il travaille actuellement à un ensemble récapitulatif de ses contributions écrites à une approche critique du cinéma d'animation, inédites pour une grande part.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Statue sans socle, Hervas, 1983
  • Le Cinéma d'animation (dir. avec Michel Roudévitch), Corlet-Télérama, CinémAction n° 51, 1989
  • Švankmajer E & J Bouche à bouche (dir.), Montreuil-Annecy, les Éditions de l'Œil & La Communauté de l'agglomération d'Annecy, 2002[2]
  • Émile Cohl, Éditions de l'Œil, 2008
  • Walerian Borowczyk, Éditions de l'Œil, 2009
  • Cinéma, XXIe siècle, Passages d'encre, 2010
  • Catalogue raisonné & Œuvres choisies des années Abd-el-Tif, Vimenet 1952-1954, Musée des beaux-arts de Lons-le-Saunier, 2014 (co-auteur)
  • Un Abécédaire de la fantasmagorie, Prélude, L'Harmattan, 2015
  • Un Abécédaire de la fantasmagorie, Suite, L'Harmattan, 2016
  • Jean-François Laguionie, Éditions de l'Œil, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mention du jury international Roberval (décembre 2001).
  2. L'ouvrage a obtenu, en 2002, le Prix Henri Ginet du livre Art et Essai

Liens externes[modifier | modifier le code]