Owen le Chauve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Owen le Chauve
Máel Coluim mac Domnaill (Oxford Bodleian Library MS Rawlinson B 502, folio 25r).jpg

Le nom du père putatif d'Owain Foel, Máel Coluim fils de Dyfnwal ab Owain, tel qu'il apparaît sur le folio 25r du MS Rawlinson B 502 de la Oxford Bodleian Library (Saltair na Rann): "Mael Coluim"

Fonctions
Roi de Strathclyde
Biographie
Décès
Période d'activité
Père
Enfant

Owen le Chauve ou Owain Foel (Latin Eugenius; Gaélique : Eógan; gallois : Owain), également connu sous le nom latin de Eugenius Calvus (fl. 1018), est un roi du Royaume de Strathclyde du début du XIe siècle. Il semble avoir été un fils de Máel Coluim, le fils de Dyfnwal ab Owain, deux autres souverains du royaume de Strathclyde. Owain Foel est connu dans les sources pour avoir appuyer les Scots lors de la Bataille de Carham en 1018. Bien qu'il soit possible qu'il périsse dans ce combat, aucune source ne le précise et l'on ignore quand il meurt. Owain Foel est peut-être un ancêtre; voire le père d'une certain Máel Coluim qui est présenté comme le « fils d'un roi des Cumbriens » dans la décennie 1050.


Biographie[modifier | modifier le code]

Parenté[modifier | modifier le code]

Owain Foel semble être un membre de la dynastie régnante du royaume de Strathclyde[1]. Pendant une grande partie du Xe siècle le royaume est gouverné par Dyfnwal ab Owain, roi de Strathclyde (mort en 975)[2]. La chronologie de l'apparente abdication de Dyfnwal demeure incertaine. Il semble avoir abandonner la trône au début de la décennie 970. Son fils putatif, Rhydderch (fl. 971), à peut-être brièvement régné comme roi, bien qu'aucune source ne l'atteste[3]. Les sources anglaises relèvent avec certitude que le fils de Dyfnwal, Máel Coluim (mort en 997), règne en 973 alors que Dyfnwal est encore en vie[4]. Après la mort de Máel Coluim en 997, le royaume semble avoir été dévolu à un certain Owain ap Dyfnwal (mort en 1015), un personnage qui semble avoir été un autre fils de Dyfnwal[5].

Selon la version « B » des Annales Cambriae, Owain ap Dyfnwal est tué en 1015[6]. Son obituaire est corroboré par des textes du XIIIe/XIVe siècle; le Brut y Tywysogion[7] et le Brenhinedd y Saesson[8]. Bien que les informations sur la mort de Owain semblent indiquer qu'il fut tué lors d'un combat, rien n'est dit de ces circonstances[9] Tandis qu'il est également possible que ces informations se réfère à Owain Foe lui-même[10], Owain Foel est clairement encore vivant des années plus tard et il n'y a pas de raison de considérer ces obituaires comme erronés. Si ces homonymes sont deux personnages différents, ils doivent être étroitement apparenté, le second étant un fils du frère d'Owain ap Dyfnwal, Máel Coluim[1]. La probabilité qu'il y ait en effet deux souverains contemporains de Cumbria nommés Owain peut expliquer l'épithète d'Owain Foel (signifiant «le chauve»)[11].[note 1]. Dauvit Broun soutient l'hypothèse qu'il faut distinguer cet Owain fils de Dyfnwal mort en 1015 [13] d'« Owain le Chauve » vivant en 1018 qu'il considère comme le fils de Mael Coluim mac Domnall[14].

Bataille de Carham[modifier | modifier le code]

Refer to caption
le nom de Máel Coluim mac Cináeda tel qu'il apparaît sur le folio 16v MS Rawlinson B 488 (les Annales de Tigernach) de of Oxford Bodleian Library : Mael Colaim mac Cínaetha[15].

En 1005, Máel Coluim mac Cináeda succède à un parent comme roi d'Alba[16]. L'un de ses premiers actes royaux est de mener une offensive militaire contre son homologue anglais, Æthelred le Malavisé[17]. Malheureusement pour les Scots, leur invasion de la Northumbrie est rapidement repoussée par Uchtred le Hardi, un jeune magnat du nord qui est fait Earl Northumbrie en récompense de son action[18]. Dans les années suivantes, l'autorité royale d'Æthelred s’effondre sous l'assault des scandinaves menés par Knútr Sveinnsson qui étend sa souveraineté sur l'ensemble du royaume d'Angleterre en 1016[19].

Refer to caption
le nom et le titre de Uchtred tel qu'il apparait sur le folio 153r du MS Tiberius B I (version "C" version de la chronique anglo-saxonne ) de la British Library Cotton: Uhtrede eorle[20].

C'est peut-être la tourmente qui s’abat ensuite sur le nord de l'Angleterre qui incite Máel Coluim mac Cináeda à effectuer une autre incursion transfrontalière une décennie plus tard[21].Selon Siméon de Durham, Owen était présent lors de la Bataille de Carham en 1018 comme allié de Malcolm II d'Écosse. Il n'est pas certain qu'il mourut pendant ce combat[22]. Lors de cette invasion, Owain Foel fait campagne aux côtés des Scots[23], comme allié[24] ou vassal de son homologue écossais[25]. Le point culminant de l'opération est la Bataille de Carham, un combat auquel les deux rois participent et défont les Anglais à Carham en 1018[23]. Ce combat est évoqué par de nombreuses sources[26], et la participation d'Owain Foel est spécialement mentionnée par Historia regum Anglorum du XIIe siècle[27]. Il y a toutefois une certaine incertitude sur l'identité de l'homme qui dirige les forces anglaises. Selon l'Historia regum Anglorum, Uhtred commande les armées anglaises[28]. Un passage préservé de la chronique anglo-saxonne, précise toutefois qu'il avait été tué deux ans auparavant, ce qui implique que les forces anglaises étaient dirigées par son frère et successeur, Eadwulf Cudel, Earl de Northumbrie[29].

Refer to caption
Le titre du fils et éventuel successeur de Dyfnwal, Máel Coluim, tel qu'il apparaît sur le folio 9r du MS Faustina B IX (the Chronique de Melrose) de British Library Cotton : rex Cumbrorum[30].

La défaite infligée aux anglais semble avoir confirmée la domination des scots sur le Lothian et établit leur frontière sud de leur royaume que le Tweed[31]. Pour Owain Foel et les Cumbriens, le succès de l'expédition signifie sans doute un surcroît de pillages et la prise de bétail d'esclaves, et d'autres biens[9].

Il est également possible que le territoire du royaume de Cumbria se soit étendu du fait de la défaite de la Northumbrie. C'est ainsi qu'une enquête sur les propriétés foncières de l’évêque de Glasgow du XIIe siècle longtemps après que le royaume ait été absorbé par les scots comprennent des domaines ayant appartenu à l'ancien royaume. Le fait que cette enquête inclut le Teviotdale, une partie importante de ce qui avait été le territoire de la Northumbrie, doit indiquer que cette région avait été annexée par les Cumbriens après la victoire de Carham[32].[note 2]

Mort et disparition de la Cumbria[modifier | modifier le code]

La disparition supposée d'Owen lors de la Bataille de Carham en 1018 était toutefois généralement considérée comme la fin du royaume de Strathclyde, et pour cette raison Owen est l'un des rois de Strathclyde les plus mentionnés. Cependant des études récentes remettent en cause cette idée reprise depuis les œuvres de Jean de Fordun, et tendent à indiquer que le royaume de Strathclyde, lié à la Cumbria, poursuivit son existence sous des formes diverses avec Malcolm II d'Écosse et ses descendants jusqu'à l'accession au trône d'Écosse de son dernier détenteur David I, Prince de Cumbria qui devient le roi David Ier d'Écosse en 1124[39].

La date de la mort d'Owain Foel est inconnue. Bien qu'il soit possible qu'il périsse lors de la bataille[40], ou peu après[41], il n'y a cependant aucun indice qu'il y soit tué ou mortellement blessé[42]. En fait il peut avoir vécu et régner encore assez longtemps après[43]. Toutefois dans le cas où il y aurait trouvé la mort Máel Coluim mac Cináeda s'empare du contrôle de son royaume[16]. Si ce dernier agit ainsi peu après Carham, cette acquisition se place à l'apogée de sa puissance[41]. Il y a de bonne raison de penser que Owain Foel meurt quelque temps avant 1030, en laissant peut-être un héritier faible ou même le trône vacant[44].Les Annales de Tigernach rapportent une expédition ravageuse infligé aux Britons cette année-là par les Anglais et les Scandinaves du royaume de Dublin[45].

Un autre épisode historique peut apporter un éclairage sur le royaume de Cumbria il s'agit de l'assemblée de souverains du nord qui se tient en 1031. Cette année, la chronique anglo-Saxonne note une rencontre entre Knútr, Máel Coluim mac Cináeda, Mac Bethad mac Findlaích et Echmarcach mac Ragnaill. Le fait qu'un roi de Cumbria ne soit pas associé à cet événement implique qu'aucun souverain n'y règne à cette date et que le royaume de Cumbria se trouve inclus dans le royaume écossais d'Alba[46].[note 3] L'objet de la rencontre des quatre rois est inconnu. Une possibilité et qu'il est relatif à l’effondrement du royaume de Strathclyde[49], et qu'il est peut-être lié avec la mention de l'expédition dévastatrice de 1030[50].

Refer to caption
Le titre de Suibne mac Cináeda tel qu'il apparaît sur le folio 39r du MS Rawlinson B 489 (les Annales d'Ulster) de l'Oxford Bodleian Library[51] .

Un autre aspect de l'incertitude dans laquelle nous nous trouvons sur l’existence du royaume est l'obituaire de Suibne mac Cináeda, un personnage désigné comme roi des Gall Gàidheal[44]. Le terme Gaélique Gall Gaidheil semble appliqué à la population d'origine éthiquement mixte Scandinave et Gaélique mentionnée pour la première fois au IXe siècle dans les Hébrides une partie de l'ancien royaume de Dál Riada[52]. Au XIIe siècle les Gall Gaidheil ont certainement laissé leur nom au territoire qui est devenu l'actuel Galloway[53].[note 4]

En fait le domaine terrestre des Gall Gaidheil semble plus étendu que le moderne Galloway[55], et il y a de bonne raison d'estimer que les Gall Gaidheil s'étaient étendus profondément dans l'ancien domaine contrôle par les Cumbriens[56]. Par exemple il y des des preuves que la totalité de la région sud-ouest du Clydesdale et du Teviotdale faisait partie des territoires des Gall Gaidheil[55]. Une telle expansion aux dépens du royaume de Cumbrie a pu avoir lieu au XIe siècle, peut-être avec la disparition d'Owain Foel lui-même[44]. En fait, Suibne doit être le chef des Gall Gaidheil qui met à profit la décomposition de la Cumbria, et réalise l'acquisition de beaucoup des territoires occidentaux du royaume[57].

Le patronyme porté par Suibne est le même que celui du roi Máel Coluim mac Cináeda. Cette similitude permet d'envisager qu'ils soient deux frères[58], et que Suibne ait été de ce fait mis en place sur le trône de cette région occupée par les Gall Gaidheil[59]. Si Suibne et Máel Coluim mac Cináeda sont réellement des frères, une autre possibilité est que le titre de Suibne démontre que Máel Coluim mac Cináeda s'est emparé du royaume vacant de Cumbria et y a installé Suibne comme roi des Cumbriens. Ce qui expliquerait ainsi que les Scots n'aient pas exploité leur victoire sur les Anglais en 1018, car les ressources du roi d'Écosse ont été concentrées contre le très vulnérable royaume de Cumbria[60].

Refer to caption
Le nom et le titre d'Eadwulf (à ne pas confondre avec Eadwulf Cudel) tel qu'il apparaît sur le folio 157r du MS Tiberius B I de la British Library Cotton :
Eadulf eorl[61].

Selon les termes du texte pseudo-prophétique la Prophétie de Berchán, Máel Coluim mac Cináeda est présenté comme biodhba Bretan ("ennemi des Britons")[62]. On ignore si cette description reflète une véritable animosité entre lui et le royaume de Strathclyde[44] . Il est possible que cette description du roi écossais se réfère à l’agression contre les Cumbriens à un moment après la bataille de Carham et la disparition d'Owain Foel[63].En 1038, Eadwulf III de Bamburgh est mentionné par lHistoria regum Anglorum comme ayant attaqué des Britons indéterminés[64]. Il est concevable selon cette source qu'au moins encore quelques Cumbriens étaient indépendants à cette époque ou que ces Britons se trouvaient sous la suzeraineté des Gall Gaidheil lorsqu'ils sont attaqués par les Anglais[65].

Owain Foel a pu vivre dans jusque dans la décennie 1050[66]. En 1054, Siward, Earl de Northumbrie envahit Alba et vainc le roi Mac Bethad régnant selon leGesta regum Anglorum[67], et le Chronicon ex chronicis, Siward a établi un certain Máel Coluim a établi un certain Máel Coluim (fl. 1054) identifié comme le « fils d'un roi des Cumbriens » en opposition à Mac Bethad[68]. Máel Coluim semble être un membre de la dynastie royale du Strathclyde[69], et doi être un descendant d'Owain Foel lui-même: peut-être son fils[70] ou son petit-fils[71].

le nom gaélique personnel de ce personnage permet d'envisager qu'il ait des ancêtres ayant un lien avec la maison d'Alpin écossaise: peut-être en ligne maternelle avec l'allié d'Owain Foel à Carham, Máel Coluim mac Cináeda[72].Si le Máel Coluim de 1054 est un membre de la lignée d'Owain Foel il est possible que les Scots l'aient privé de son royaume Cumbrien à la mort d'Owain Foel, et que Siward l'installe comme roi des Cumbrians à la suite de la victoire des Anglais contre Mac Bethad[73].Une autre possibilité, suggérée par le récit des événements fait par le Chronicon ex chronicis, est que Siward installe Máel Coluim comme roi d'Alba[74]. Si Máel Coluim est vraiment placé sur le trône écossais, c'est qu'Owain Foel est toujours en train de régner sur le Strathclyde. Dans tous les cas Owain Foel est le dernier souverain connu de ce royaume[66].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son nom est relevé par l'Historia regum Anglorum sous la forme Eugenius Calvus[12].
  2. Dans son récit de la Bataille de Carham, l'Historia regum Anglorum présente Owain Foel comme "rex Clutinensium" ("Roi des hommes de la Clyde")[33]. Le compilateur de cette source doit avoir retenu Clutiensium à partir de *Clutienses. Le second terme semble dériver du gallois Cludwys[34], un terme qui est par ailleurs employé par un texte du Xe siècle Armes Prydein et signifie les « Gens de la Clyde »[35]. Le titre accordé à Owain Foel diffère selon les sources de ceux de ses apparents prédécesseur royaux; Son père putatif, grand-père, et arrière grand-père sont nommés roi des Cumbriens[36]. Tandis que le titre de Owain Foel semble impliquer une diminution de l'étendue du royaume[37],ce qui semble en contradiction avec son expansion selon les termes de l'enquête[38].
  3. A l'hypothèse quee Donnchad recoive le royaume de Cumbria de son grand-père immédiatement après la bataille de Carham s'oppose le fait que Donnchad n'est pas attesté lors de cette assemblée de rois[47], et le fait que les sources contemporaines soulignent son jeune âge lors de sa mort en 1040[48].
  4. Le toponyme écossais Galloway dérive du Gaélique i nGall Gaidhealaib ("parmi les Gall Gaidheil")[54].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Clarkson (2014) chs. genealogical tables, 8 ¶ 7; Charles-Edwards (2013) p. 572 fig. 17.4; Woolf (2007) pp. 236, 238 tab. 6.4; Broun (2004c) pp. 128 n. 66, 135 tab.; Hicks (2003) p. 44, 44 n. 107; Duncan (2002) pp. 29, 41.
  2. Thornton (2001) p. 67.
  3. Thornton (2001) p. 67 n. 66.
  4. Macquarrie (2004); Thornton (2001) pp. 66–67.
  5. Clarkson (2014) ch. 7 ¶ 17; Clarkson (2010) ch. 9 ¶ 41; Woolf (2007) pp. 222, 233, 236.
  6. Gough-Cooper (2015) p. 46 § b1036.1; Clarkson (2014) chs. 7, 7 n. 25, 8; Charles-Edwards (2013) p. 572 fig. 17.4; Clarkson (2013); Woolf (2007) p. 236; Broun (2004c) p. 128, 128 n. 66; Hicks (2003) p. 43; Anderson (1922) p. 550.
  7. Charles-Edwards (2013) p. 572 fig. 17.4; Broun (2004c) p. 128 n. 66; Hicks (2003) p. 44 n. 107; Anderson (1922) p. 550 n. 2; Rhŷs (1890) p. 264; Williams Ab Ithel (1860) pp. 34–35.
  8. Broun (2004c) p. 128 n. 66; Jones; Williams; Pughe (1870) p. 660.
  9. a et b Clarkson (2014) ch. 8.
  10. Minard; Busse (2006); Forte; Oram; Pedersen (2005) p. 201; Broun (2004c) p. 128 n. 66; Macquarrie (2004); Macquarrie (1998) pp. 16–17; Hudson (1994) p. 117 n. 11.
  11. Hicks (2003) pp. 43 n. 106, 44.
  12. Clarkson (2014) ch. 8, 8 n. 14; Clarkson (2013); Anderson (1908) p. 82; Arnold (1885) pp. 155–156; Stevenson (1855) p. 527.
  13. Selon le Brut y Tywysogion : AD 1015 p. 35
  14. Dauvit Broun, The Welsh Identity of the Kingdom of Strathclyde, in The Innes Review, Vol. 55, no. 2 (Autumn, 2004), p. 135
  15. The Annals of Tigernach (2010) § 1034.1; Annals of Tigernach (2005) § 1034.1; Bodleian Library MS. Rawl. B. 488 (n.d.).
  16. a et b Broun (2015); Broun (2004b).
  17. Broun (2015); Keynes (2009); Forte; Oram; Pedersen (2005) p. 200; Aird (2004); Broun (2004b); Woolf (2001).
  18. Clarkson (2014) ch. 8; Keynes (2009); Aird (2004).
  19. Lawson (2013); Keynes (2009).
  20. O'Keeffe (2001) pp. 100–101; Cotton MS Tiberius B I (n.d.).
  21. McGuigan (2015a) pp. 154–155; Forte; Oram; Pedersen (2005) pp. 200–201.
  22. Symeonis Dunelmensis Opera Omnia: AD MXVIII Col 81 dans « Annales of the Scots » : p. 109 .
  23. a et b Crowcroft; Cannon (2015); Oram (2011) chs. 2, 5; Forte; Oram; Pedersen (2005) pp. 200–201; Broun (2004b); Broun (2004c) p. 128; Woolf (2001); Duncan (1976) p. 21.
  24. Taylor, A (2016) p. 10; McGuigan (2015a) p. 140; Clarkson (2014) chs. 8, 9; Hudson (1996) p. 222; Hudson (1994) p. 174 n. 11.
  25. Clarkson (2014) ch. 8; Oram (2011) ch. 2; Forte; Oram; Pedersen (2005) pp. 200–201.
  26. Clarkson (2014) ch. 8; Duncan (1976) pp. 20–21; Anderson (1922) p. 544; Anderson (1908) pp. 81–82; Arnold (1885) pp. 155–156 ch. 130; Arnold (1882) p. 84; Skene (1867) p. 131; Stevenson (1855) p. 527.
  27. Clarkson (2014) ch. 8, 8 n. 14; Charles-Edwards (2013) p. 573; Clarkson (2013); Walker (2013) ch. 5; Woolf (2010) p. 235; Woolf (2007) p. 236; Clancy (2006); Broun (2004c) p. 128; Duncan (1976) p. 21; Anderson (1908) p. 82; Arnold (1885) pp. 155–156 ch. 130; Stevenson (1855) p. 527.
  28. McGuigan (2015a) pp. 122–123; Clarkson (2014) ch. 8, 8 n. 14; Walker (2013) ch. 5; Aird (2004); Broun (2004c) p. 128 n. 66; Duncan (2002) p. 28; Anderson (1908) p. 82; Arnold (1885) pp. 155–156 ch. 130; Stevenson (1855) p. 527.
  29. Clarkson (2014) ch. 8; Woolf (2007) pp. 236–237; Duncan (2002) p. 28; Swanton (1998) pp. 148–149.
  30. Anderson (1922) p. 478; Stevenson (1856) p. 100; Stevenson (1835) p. 34; Cotton MS Faustina B IX (n.d.).
  31. Oram (2011) ch. 5; Forsyth (2005) pp. 34–35; Forte; Oram; Pedersen (2005) pp. 200–201; Wormald (2005) p. 294.
  32. Clarkson (2014) ch. 8; Broun (2004c) p. 139 n. 117; Barrow (1999) pp. 60–61 § 15; Registrum Episcopatus Glasguensis (1843) pp. 1–5 § 1.
  33. Taylor, A (2016) p. 10, n. 42; Clarkson (2014) ch. 8, 8 n. 14; Edmonds (2014) p. 209; Clarkson (2013); Woolf (2010) p. 235; Clancy (2006); Anderson (1908) p. 82; Arnold (1885) pp. 155–156 ch. 130; Stevenson (1855) p. 527.
  34. Woolf (2010) p. 235.
  35. Charles-Edwards (2013) pp. 481, 529–530; Woolf (2010) p. 235; Skene (1868) p. 162.
  36. Minard (2012); Minard (2006).
  37. Taylor, A (2016) n. 42; Edmonds (2014) p. 209; Minard (2006).
  38. Edmonds (2014) p. 209.
  39. Archie Duncan, The Kingship of the Scots 842–1292: Succession and Independence, (Edinburgh, 2002), pp. 38-41; Richard Oram, David I: The King who made Scotland, (Gloucestershire, 2004); Dauvit Broun, "The Welsh Identity of the Kingdom of Strathclyde", in The Innes Review, Vol. 55, no. 2 (Autumn, 2004), p.  33-40.
  40. Broun (2015); Clarkson (2014) ch. 8; Clarkson (2013); Oram (2011) chs. 2, 5; Clarkson (2010) ch. 9; Clancy (2006); Kapelle (1979) p. 38.
  41. a et b Broun (2004b).
  42. Clarkson (2014) ch. 8; Broun (2004c) p. 139 n. 117.
  43. Clarkson (2014) ch. 9; Clarkson (2013); Broun (2004c) pp. 128, 139 n. 117.
  44. a, b, c et d Clarkson (2010) ch. 9.
  45. Clarkson (2014) ch. 8 n. 48; Edmonds (2014) p. 210, 210 n. 88; Clarkson (2013); Clarkson (2010) ch. 9; The Annals of Tigernach (2010) § 1030.11; Woolf (2007) p. 254; Annals of Tigernach (2005) § 1030.11; Broun (2004c) pp. 136–137.
  46. Clarkson (2013); Duncan (2002) p. 29.
  47. Broun (2004a); Broun (2004b).
  48. The Annals of Tigernach (2010) § 1040.1; Annals of Tigernach (2005) § 1040.1; Broun (2004a); Broun (2004b); Anderson (1922) p. 581.
  49. Broun (2004c) p. 137 n. 112; Hicks (2003) p. 44 n. 107.
  50. Clarkson (2013); Broun (2004c) p. 137 n. 112.
  51. The Annals of Ulster (2012) § 1034.10; The Annals of Ulster (2008) § 1034.10; Anderson (1922) p. 578 n. 1; Bodleian Library MS. Rawl. B. 489' (n.d.).
  52. Jennings; Kruse (2009); Jennings, A (1996) pp. 66–67.
  53. Charles-Edwards (2013) p. 573; Oram (2000) p. 7; Jennings, AP (2001).
  54. Jennings, AP (2001).
  55. a et b Charles-Edwards (2013) p. 574.
  56. Clarkson (2010) ch. 9; Broun (2004c) pp. 136–138, 139 n. 117.
  57. Broun (2004c) p. 136.
  58. McGuigan (2015a) pp. 163, 171; Clarkson (2014) ch. 9; Bolton (2009) p. 142; Hudson (2005) p. 133; Moody; Martin; Byrne (2005) p. 466 n. 1; Woolf (2004) p. 100; Hudson (1994) pp. 117–118, 158; Kapelle (1979) pp. 38–39, 40 tab. 3, 41, 247–248 n. 39.
  59. Hudson (2005) p. 133; Woolf (2004) p. 100.
  60. Kapelle (1979) pp. 38–39, 41, 247–248 n. 39.
  61. O'Keeffe (2001) p. 107; Cotton MS Tiberius B I (n.d.).
  62. McGuigan (2015a) p. 163; Clarkson (2010) ch. 9; Hicks (2003) p. 44 n. 43; Hudson (1996) pp. 52 § 183, 90 § 183; Hudson (1994) p. 117; Anderson (1930) p. 47 § 162; Anderson (1922) p. 574; Skene (1867) p. 99.
  63. Hudson (1994) p. 117.
  64. Clarkson (2010) ch. 9; Woolf (2007) p. 254, 254 n. 49; Arnold (1885) p. 198 ch. 159; Stevenson (1855) p. 557.
  65. Woolf (2007) p. 254, 254 n. 49.
  66. a et b Clarkson (2013).
  67. McGuigan (2015a) p. 138; Clarkson (2013); Woolf (2007) pp. 261–262; Duncan (2002) p. 40; Anderson (1908) p. 85 n. 4; Giles (1847) p. 214 bk. 2 ch. 13; Hardy (1840) p. 330 bk. 2 ch. 196.
  68. McGuigan (2015a) p. 138; Clarkson (2014) ch. 9, 9 n. 12; Clarkson (2013); Clarkson (2010) ch. 9; Woolf (2007) p. 261; Swanton (1998) p. 185 n. 17; Broun (2004c) pp. 133–134; Anderson (1908) p. 85 n. 4; Forester (1854) p. 156; Stevenson (1853) p. 286; Thorpe (1848) p. 212.
  69. McGuigan (2015b) p. 100; Clarkson (2014) ch. 9; Edmonds (2014) p. 209; Clarkson (2013); Clarkson (2010) chs. genealogical tables, 9; Woolf (2007) p. 262; Clancy (2006); Taylor, S (2006) p. 26; Broun (2004c) pp. 133–134, 135 tab.; Duncan (2002) p. 41.
  70. Taylor, A (2016) p. 10; Clarkson (2014) ch. 9; Edmonds (2014) p. 209; Clarkson (2013); Woolf (2007) p. 262; Taylor, S (2006) p. 26; Broun (2004c) pp. 133–134, 135 tab.; Clancy (2006); Duncan (2002) p. 41.
  71. Clarkson (2014) ch. 9; Clarkson (2010) ch. 9.
  72. Clarkson (2014) ch. 9; Clarkson (2013); Clarkson (2010) ch. 9; Woolf (2007) p. 262.
  73. Clarkson (2014) ch. 9; Edmonds (2014) p. 209; Clarkson (2013); Duncan (2002) p. 41.
  74. Clarkson (2014) ch. 9; Charles-Edwards (2013) p. 571; Clarkson (2013); Clarkson (2010) ch. 9; Woolf (2007) p. 262; Taylor, S (2006) p. 26.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources secondaires[modifier | modifier le code]