Margad Ragnaldson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Margad Ragnaldson
Echmarcach mac Ragnaill (British Library Cotton MS Domitian A VIII, folio 67r).jpg

Iehmarc nom sous lequel est mentionné Echmarcach mac Ragnaill dans la Chronique Anglo-Saxonne.

Fonctions
Roi de Man et de Îles
Biographie
Décès
Père
Ragnald I de Man ou Ragnall ua Ímair (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Margad Ragnaldson (forme scandinave du nom gaélique Echmarcach mac Ragnaill) était roi du Dublin (de 1036 à 1038 et de 1046 à 1052), de l'île de Man et des Hébrides et d'une bonne partie du Galloway.

Origine[modifier | modifier le code]

Ragnall le père de Margad est parfois identifié avec Ragnall mac Raghnaill meic Imuir le roi Viking de Waterford tué en 1031/1035 à Dublin[1] ou avec Ragnald Godfredsson, aussi dénommé, en gaélique, Ragnall mac Gothraidh [2] , [3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa carrière a été émaillée de triomphes et d'échecs cinglants. En 1036[4], il entame son règne sur le royaume de Dublin. Après en avoir été chassé par Ivarr III Haraldsson (irlandais Imar mac Arailt) en 1038[5], il reconquiert la cité irlandaise en 1046[6]. À l'apogée de son règne, ses possessions s'étendent sur une partie de l'Irlande, l'île de Man, les Hébrides et au moins les Rhinns du Galloway, péninsule située à l'extrémité sud-ouest de la région du même nom. En 1052, Echmarcach est expulsé de Dublin[7], et en 1061 de l'Ile de Man par Murchad mac Diarmata mac Maíl na mBó[8]

Il est communément admis que Echmarcach est aussi Iehmarc, un des trois rois du Nord-Ouest (un des trois autres étant Máel Coluim II d'Écosse), qui, selon la Chronique Anglo-Saxonne, se soumirent à Canut le Grand, roi du Danemark et d'Angleterre[9].

Selon la Heimskringla, Echmarcach pilla le Pays de Galles avec son ami viking Guttorm Gunnhildsson[10]. Tous deux se disputèrent au sujet du butin et se livrèrent bataille au Menai. Guttorm l'emporta en invoquant saint Olaf et Echmarcach fut tué[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annales de Tigernach: AT 1031
  2. (en) Benjamin T. Hudson Vikings pirates and chritian princes' Table 4 « Haraldsons  », Oxford University Press, 2005 ,p. 130.
  3. (en) Clare Downham, Viking Kings of Britain and Ireland: The Dynasty of Ívarr to A.D. 1014. Dunedin Academic Press 2007. (ISBN 978-1-903765-89-0) « The Royal Dynasty of Man and the Isles, 940-1014 » p. 193
  4. Annales de Tigernach T1036.8
  5. Annales de Tigernach T1038.1
  6. Annales d'Ulster U1046.8
  7. Annales d'Ulster U1052.8
  8. Annales de Tigernach T1061.3
  9. Chronique Anglo-Saxonne A.D.1031
  10. Heimskringla; Saga de Haraldr Hardradi §55
  11. Annales de Loch Cé LC1064.7

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mike Ashley, The Mammoth Book of British Kings & Queens (England, Scotland and Wales), Robinson (Londres 1998) (ISBN 1841190969) « Margad Ragnallson » p. 425.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]