Ottla Kafka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ottla Kafka
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Ottilie KafkaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activité
Père
Hermann Kafka (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Elli Kafka (d)
Valli Kafka (en)
Franz KafkaVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Josef David (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Věra Saudková (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Lieux de détention

Ottilie « Ottla » Kafka () est la plus jeune sœur de Franz Kafka. Sa sœur préférée, elle est sans doute aussi son plus proche parent et le soutient dans les moments difficiles. Leur correspondance est publiée sous le titre Lettres à Ottla et la famille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hermann et Julie Kafka

Ottilie, appelée Ottla par sa famille, est née à Prague, alors partie de l'Empire austro-hongrois, dans une famille de la classe moyenne Juive ashkénaze. Son père est l'homme d'affaires Hermann Kafka (1852-1931), sa mère, Julie (1856-1934), est la fille de Jakob Löwy, un brasseur de Poděbrady. Elle a trois frère et sœurs, Franz, Gabriele ("Ellie") (1889-1944) et Valérie ("Valli") (1890-1944)[1]. Elle est la sœur préférée de son frère Franz[2]. Elle est une de ses proches confidente (enge Vertraute), et il l'appelle son unbeschadet der Liebe zu den anderen, die bei weitem liebste (l'amour pour les autres nonobstant, de loin la plus chère)[3]. Il l'aide à obtenir une éducation dans un lycée agricole. Elle vit et travaille dans le domaine agricole de son beau-frère, Karl Hermann, à Zürau dans l'Ouest de la Bohème (maintenant Siřem, dans la commune de Blšany)[4]. En 1916-17, elle fournit à son frère un refuge pour écrire où il peut écrire de nombreuses histoires courtes[5]. Franz vit aussi dans les biens immobiliers d'Hermann de à , souffrant de la tuberculose. Pendant ce temps, il écrit Die Zürauer Aphorismen (Les aphorismes de Zürau)[4].

En , Ottla épouse le tchèque Catholique Joseph David, contre l'avis de son père. Leurs filles, Věra et Helene naissent en 1921 et en 1923. Franz Kafka les voit grandir jusqu'à sa mort en . Le mariage n'est pas heureux et le couple divorce en . Ottla perd alors sa protection contre la persécution des Juifs[4].

Comme beaucoup d'autres Juifs de Prague, Ottla et ses sœurs sont déportées pendant la Seconde Guerre mondiale par les nazis. Elli et Valli sont envoyées avec leurs familles dans le Ghetto de Łódź, où tous périssent. Ottla est envoyée au camp de concentration de Theresienstadt. Le , Ottla accompagne volontairement les enfants déportés de Białystok. Lorsque le convoi atteint le camp de concentration d'Auschwitz deux jours plus tard, ils sont tous assassinés[3],[6],[7].

Les lettres entre Ottla et Franz Kafka[modifier | modifier le code]

La correspondance entre Franz et Ottla Kafka est préservée. Elle est d'abord publiée en langue originale en 1974 par Hartmut Binder et Klaus Wagenbach, et en anglais sous le titre Letters to Ottla & the Family. En français, les Lettres à Ottla et la famille sont publiées par Gallimard en 1978[8]. En , il est annoncé que les lettres originales sont en vente lors d'une vente aux enchères à Berlin[3]. La German Literature Archive de Marbach espère être en mesure de les obtenir avec l'aide du secteur privé[9] ; en , ils les obtiennent avec l'aide de la Bibliothèque Bodléienne d'Oxford. Ils remercient les héritiers Ottla pour leur volonté de les vendre avant la vente aux enchères, et ceux qui ont aidé à rendre possible la levée de fonds nécessaires, y compris un généreux donateur qui reste anonyme, à sa propre demande[10].

Références[modifier | modifier le code]

Notes de bas de page[modifier | modifier le code]

  1. Sander Gilman, Franz Kafka, the Jewish Patient, New York, Routledge, , 328 p. (ISBN 978-0-415-91391-1, lire en ligne)
  2. Richard T. Gray, A Franz Kafka Encyclopedia, Westport, CT, Greenwood Publishing Group, , 344 p. (ISBN 978-0-313-30375-3, lire en ligne), p. 53
  3. a b et c (de) Hubert Spiegel, « Die Frau, bei der Kafka ein anderer war », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. a b et c Ernst Pawel, The Nightmare of Reason : A Life of Franz Kafka, New York, Vintage Books, , 496 p. (ISBN 978-0-374-52335-0), « Twenty-four »
  5. Clayton Koelb, Kafka : A Guide for the Perplexed, Londres, Continuum, , 183 p. (ISBN 978-0-8264-9579-2, lire en ligne), p. 49
  6. (pl) Danuta Czech, Kalendarz wydarzeń w KL Auschwitz, Oświęcim, Wydawn, , p. 534
  7. (en) Sara Bender, The Jews of Bialystok During World War II and the Holocaust, UPNE, , 384 p. (ISBN 978-1-58465-729-3, lire en ligne)
  8. « Lettres à Ottla et la famille », sur Gallimard
  9. (de) « Alle für Ottla », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎
  10. Exhibit list "Briefe an Ottla". by Franz Kafka and others. German Literature Archive in Marbach on the occasion of the exhibit 1 July to 10 September 2011 in the Modern Literature Museum, Marbach am Neckar.

Liens externes[modifier | modifier le code]