Omar Ba (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Omar Ba
Image dans Infobox.
Naissance
Nationalité
Activité

Omar Ba (né le (44 ans) est un peintre sénégalais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Omar Ba grandit à Dakar au sein d’une famille nombreuse. Durant 3 ans, il suit une formation de mécanicien sous l'influence de ses parents. Mais très vite, il rejoint les Beaux-Arts de Dakar[1]. Diplômé de l'École nationale des Beaux-arts au Sénégal en 2002 après trois années d'études, il se rend à Bonn, en Allemagne pour participer au symposium sur le langage des couleurs. De retour d’Allemagne, il participe à plusieurs expositions au Sénégal avant de venir en Suisse où il réside depuis 2003. Il effectue ensuite un troisième cycle universitaire à l'École supérieure des Beaux-arts de Genève. De 2009 à 2011, il fréquente l'École cantonale d’Art visuel du Valais à Sierre en Suisse. Au cours du festival Les Urbaines à Lausanne, il est remarqué par le galeriste genevois Guy Bärtschi[2]. En 2011, il reçoit le Swiss Art Award[3].

Il vit actuellement à Genève en Suisse. Artiste visuel dans le monde de l’art contemporain à Genève, il travaille avec quatre Galeries en Europe : Art Bärtschi & Cie à Genève, Galleria Giuseppe Pero à Milan, Hales Gallery à Londres et, depuis 2016, Galerie Daniel Templon à Paris et Bruxelles.

Le Louvre d'Abu Dhabi fait l'acquisition de son oeuvre Plateforme de la confiance - richesse pillage à huis clos 1 (2016) pour enrichir sa collection permanente[4].

Parcours artistique[modifier | modifier le code]

Depuis son arrivée à Genève, Omar Ba a définitivement abandonné la peinture abstraite pour se dédier à une peinture figurative et narrative. Il explique cette évolution ainsi: « Ce passage a été nourri par une frustration, le besoin d’être compris. Je venais du Sénégal, mais les gens ne comprenaient pas mon travail, ne savaient pas lire mon abstraction. J’ai dû trouver une façon de communiquer, qui convienne partout. Après, certains motifs sont restés, la couleur est toujours aussi importante… mais mon langage est plus universel. »[5]

Le foisonnement est à l'honneur avec cet artiste. Il emploie des techniques et des matières très variées (peinture à huile, encre de Chine, gouache et crayon). Il détache souvent d'un fond noir des figurations politiques et sociales à interprétations multiples.

Ses sources d'inspiration sont la culture africaine, les problématiques liées au pouvoir et à l'autorité. Jeune, il se nourrit des écrits de l’historien et panafricaniste sénégalais Cheikh Anta Diop[1]. Son support favori est le carton ondulé. Il préfère peindre sur un carton que sur une toile car c'est un support solide, qui peut être fixé au mur et au sol. Il a l’impression d’avoir la maîtrise totale de ce support. Il peut marcher sur le carton, le rouler, le transporter facilement, sans abîmer son travail. Ses œuvres font appel à une iconographie riche et à un bestiaire pluriel et hybride. Plusieurs œuvres présentent un effacement des frontières entre l'humain, l'animal et le végétal. Ses peintures montrent des portraits officiels, un bestiaire imaginaire inoffensif et inquiétant, des êtres hybrides mi-homme, mi-bête.

Son vocabulaire symbolique s'exprime en utilisant de larges aplats de couleur, souvent sur un fond noir avec des courbes ondulantes. De nombreuses scènes sont dessinées au trait en pointillé.

Chaque œuvre regorge d'un maximum de détails, elle semble présenter plusieurs œuvres en une seule Il s'intéresse à la dualité du monde, aux rapports entre le Nord et le Sud, notamment entre l’Europe et l’Afrique. Passionné par l'actualité internationale, il revisite en permanence l’histoire, pour mieux comprendre ce qui se passe autour de lui. Il s'intéresse à la place de l’humain, de l’animal; aux liens entre progrès et nature et entre tradition et modernité.

Pour Omar Ba, l'art peut changer les choses : « Je sais que je suis inclus dans un système économique, que je suis un artiste dans une galerie commerciale. Toutefois, j’ai la liberté de dire ce que je pense, et je pose des interrogations sur ces phénomènes, haut et fort. Seul, je ne changerai rien, mais collectivement, les artistes le peuvent. »[5]

« Omar Ba élabore ses œuvres comme des interrogations sur la société actuelle, globalisée, mais qui a oublié ses racines et les valeurs traditionnelles. Refusant les illusions du bonheur matériel qui menace et ruine peu à peu la planète, la pensée de l’artiste cherche également à décrypter les stéréotypes issus des relations séculaires, bien que compliquées, entre le monde occidental et le continent africain. […] Les compositions sont dynamiques, chargées et entremêlent des éléments colorés semblant des brasiers venus illuminer soudainement la surface sombre du fond. Par-delà les barrières culturelles et sociales, son art cherche à éveiller en chacun de nous un souvenir lointain, une vision intime ou à susciter une réflexion sur le monde actuel. Son œuvre foisonne de signes fréquents et familiers. […] Dans l’œuvre d’Omar Ba, ce sont donc bien des univers opposés qui se retrouvent : règne humain et règne animal, progrès et nature, modernité et tradition, Occident et Afrique, inhumanité et respect sont les critères de la représentation qui cherche à atteindre, au-delà de ces oppositions, un terrain neutre permettant la réflexion[6]. »

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

2020

2019[modifier | modifier le code]

2018[modifier | modifier le code]

2017[modifier | modifier le code]

  • Zoocryptage, Crypte Sainte-Eugénie, Biarritz, France
  • Afrique, raconter le monde, Padiglione d’Arte Contemporanea, Milan, Italie
  • Le Havre – Dakar, Partager la mémoire, Muséum d'histoire naturelle du Havre, France
  • Art/Afrique, Le Nouvel Atelier, Fondation Louis Vuitton, Paris, France[7]
  • En toute modestie – Archipel Di Rosa, Miam Sète, Sète, France
  • Festival Afropolitan, Bozar Bruxelles, Belgique

2016[modifier | modifier le code]

2014[modifier | modifier le code]

  • Summer Exhibition 2014, Royal Academy of Arts, Londres, Grande-Bretagne
  • Ici l’Afrique/ Here Africa. L’Afrique contemporaine à travers le regard de ses artistes, Château de Penthes, Genève, Suisse
  • Authentik Energie, Le Manoir de la ville de Martigny, Martigny, Suisse

2013[modifier | modifier le code]

  • Collective II, Galerie GuyBärtschi, Genève, Suisse
  • VITALIC, Hales Gallery, Londres, Grande-Bretagne
  • I’m your neighbour !, Bromer Art Collection, Roggwil, Suisse
  • Primitive Cabaret : A Spiritual Voodoo confrontation, Galerie Polad-Hardouin, Paris, France
  • Situation 2, Ferme-Asile, Sion, Suisse
  • Utopie picturale, Villa Dutoit, Genève, Suisse

2012[modifier | modifier le code]

  • STILL LIFE, Galerie 1000eventi, Milan, Italie
  • La Jeunesse est un art, Aargauer Kunthaus, Aarau, Suisse
  • Exposition collective, Galerie Guy Bärtschi, Genève, Suisse
  • La forêt rouge, Musée de Bagnes, le Chäble, Suisse
  • Ambiguous Creatures in a Fragile World, Galerie Sanaa, Pays-Bas

2011[modifier | modifier le code]

  • Apparition, Villa Bernasconi, Grand-Lancy, Suisse
  • Tu vois c’que j’veux dire, EX-EPA, Vevey, Suisse
  • Inner Landscapes, Galerie Sanaa, Utrecht, Pays-Bas
  • Dessin aujourd’hui et demain 7, Espace Kugler, Genève, Suisse
  • Resonance/ Dissonance, Galerie Anne de Villepoix, Paris, France

2010[modifier | modifier le code]

2009[modifier | modifier le code]

  • When I was a King, Circuit - L’Urbaines, Lausanne, Suisse
  • I am by birth a Genevese, Vegas Galerie, Londres, Grande-Bretagne
  • I am by birth a Genevese, Forde, Espace d’art contemporain, Genève, Suisse

2006[modifier | modifier le code]

  • Ganga Galerie, Bogota, Colombie

2005[modifier | modifier le code]

  • Académie des Beaux-Arts, Brescia, Italie

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

2021

Lors ce cette exposition, Omar Ba présente des créations réalisées pendant le confinement de mars 2020. Cet ensemble de toiles colorées résonne avec l'actualité sanitaire et politique en Afrique[9].

2020

2019[modifier | modifier le code]

2018[modifier | modifier le code]

2017[modifier | modifier le code]

  • Supernova, Hales Gallery, Londres, Royaume-Uni

2016[modifier | modifier le code]

2015[modifier | modifier le code]

  • Den, Galerie Anne de Villepoix, Paris, France[13]
  • Galerie Guiseppe Pero, Milan, Italie

2014[modifier | modifier le code]

  • Galerie Hales, Londres, Royaume-Uni
  • Eclipse, Galerie Guy Bärtschi, Genève, Suisse

2013[modifier | modifier le code]

2012[modifier | modifier le code]

  • Le Monde des Apparences, Galerie Anne de Villepoix, Paris, France[1]

2011[modifier | modifier le code]

  • Fiction ou Réalité, Galerie Guy Bärtschi, Genève, Suisse
  • Wait and See, Galerie 1000eventi, Milan, Italie

2010[modifier | modifier le code]

  • Projet Room, Galerie Guy Bärtschi, Genève, Suisse
  • XXL, Galerie 1000eventi, Milan, Italie

2008[modifier | modifier le code]

  • Art en l’Ile, Genève, Suisse

2007[modifier | modifier le code]

  • Espace Kis, Genève, Suisse

Cote[modifier | modifier le code]

En 2019, ses toiles se vendent entre 10 000 et 50 000 euros[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Omar Ba, plasticien de Sylvain Sankalé, traduit par Sally Laruelle, aux Editions de l'Oeil, 2013 (ISBN 978-2351371510)
  • Omar Ba : la prophétie des gens de Durban (the prophecy of the people of Durban), Galerie Guy Bärtschi, Genève, 2014[14].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Omar Ba, nouvelle coqueluche des collectionneurs français », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a b c et d « Omar Ba: «En Suisse, j’ai appris à voir le monde» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  3. (de) « Swiss Art Awards 2011 », sur www.artlog.net (consulté le )
  4. (en) Traffic Digital, « Louvre Abu Dhabi | Platform of Confidence – Wealth Looting in Closed Session 1 », sur Louvre Abu Dhabi | Platform of Confidence – Wealth Looting in Closed Session 1 (consulté le )
  5. a et b « Omar Ba en six questions - Artskop 3437 Art Omar Ba en six questions », sur Artskop 3437, (consulté le )
  6. Extraits du texte de Klara Tuszynski, Ébène d’ici et d’ailleurs, dans le catalogue de l’exposition Omar Ba, Art Bärtschi & Cie, Genève, Suisse et Galleria Giuseppe Pero, Milan, Italie, 2010.
  7. fondation louis Vuitton, « L'Afrique dans la collection », sur fondationlouisvuitton.fr
  8. « "Anomalies", la dernière exposition d’Omar Ba, interroge l'Afrique, le monde actuel et sa représentation », sur Franceinfo, (consulté le )
  9. « Rendez-vous culture - L’exposition «Anomalies», de l’artiste sénégalais Omar Ba », sur RFI, (consulté le )
  10. « 1-54 Contemporary African Art Fair » (consulté le )
  11. « Autopsie de nos consciences », sur www.paris-art.com (consulté le )
  12. « Omar Ba en six questions - Artskop 3437 Art Omar Ba en six questions », sur Artskop 3437, (consulté le )
  13. « « Den » - Omar Ba », sur www.annedevillepoix.com (consulté le )
  14. (en) « Publication: Omar Ba - La Prophétie des Gens de Durban/ The Prophecy of the People of Durban », sur Hales Gallery (consulté le )