Galerie Daniel Templon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Daniel Templon)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Templon (homonymie).
Daniel Templon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
Nationalité
Activité

La galerie Daniel Templon, est une galerie d'art contemporain fondée par Daniel Templon, né en 1945, galeriste et marchand d'art français spécialisé dans l'art contemporain[1].

Biographie de Daniel Templon[modifier | modifier le code]

À 21 ans, Daniel Templon ouvre, en 1966, sa première galerie parisienne rue Bonaparte.

Il se fait alors connaître par l'exposition d'artistes français d'avant-garde, tels que Christian Boltanski, Martin Barré, Ben, et quelques noms étrangers importants comme Carl Andre, Donald Judd, Dan Flavin ou Sol LeWitt.

Entrée de la galerie Templon, rue du Grenier Saint-Lazare.

Il fonde en 1972 avec sa compagne d'alors Catherine Millet le magazine d'art contemporain de référence art press. Cette même année, Daniel Templon déménage sa galerie au 30, rue Beaubourg[2].

Grand ami du célèbre marchand new-yorkais Leo Castelli, il collabore activement avec lui pour la promotion d'artistes américains en Europe.

Daniel Templon fait découvrir au public français de nombreux artistes aujourd'hui entrés dans l'histoire de l'art tels que Jean-Michel Basquiat, Jake et Dinos Chapman, Sandro Chia, Francesco Clemente, Jörg Immendorff, Ellsworth Kelly, Wilhem de Kooning, Keith Haring, Roy Lichtenstein, Wolf Vostell, Helmut Newton, Richard Serra et Andy Warhol. Il a également représenté de nombreux artistes français et européens tels que Arman, Daniel Buren, Jean-Marc Bustamante ou Jaume Plensa.

En 1995, il est l'un des membres fondateurs de l'ADIAF (Association pour la diffusion de l'art français) regroupant un groupe de collectionneurs qui organise le prix Marcel Duchamp.

Depuis les années 1990, il est le compagnon de la galeriste française Nathalie Obadia[3].

En 2007, il ouvre un second espace, impasse Beaubourg, dans le 3e arrondissement de Paris.

En 2013, il ouvre une nouvelle galerie à Bruxelles, dans le quartier de Saint Gilles, rue Veydt.

En 2016, la galerie célèbre ses 50 ans[4], avec la publication d'un ouvrage retraçant l'ensemble des expositions depuis 1966. Pour chaque exposition, une critique ou un article de l'époque est reproduit[5]. Cet anniversaire est salué par la presse[6] et Daniel Templon est interviewé par plusieurs médias nationaux et internationaux[7],[8],[9],[10],[11],[12].

En 2017, il annonce l'ouverture prochaine d'un second espace dans le quartier de Beaubourg à Paris[13]

Histoire de la Galerie[modifier | modifier le code]

La galerie Daniel Templon compte aujourd'hui parmi les galeries françaises les plus réputées. La ligne de la galerie est contemporaine et cherche à créer un dialogue entre artistes établis et expériences de plus jeunes artistes. La galerie représente aujourd'hui une quarantaine d'artistes contemporains, de toutes nationalités et générations.

La galerie expose régulièrement depuis 1974 à la FIAC et depuis 1978 à Art Basel.

Fondée en 1966, la galerie s'ouvre d'abord au sous-sol d'un antiquaire. Deux ans plus tard, la galerie s'établit également au rez-de-chaussée. Les toutes premières expositions sont consacrés à des artistes dans la mouvance de l'école de Paris, mais rapidement les choix se font plus audacieux avec des expositions de Bernard Rancillac, Michel Journiac, Martin Barré ou Ben. Dès 1970, la galerie s'associe au développement de l'art conceptuel et du minimalisme, avec des expositions de Joseph Kosuth, Carl Andre, Donald Judd et Sol Lewitt. La galerie offre sa toute première exposition à Christian Boltanski. L'artiste Bernar Venet est également un des premiers proches compagnons de route de Daniel Templon. Il expose régulièrement de 1970 à 1991.

De 1972 à 1974, la galerie Daniel Templon ouvre un second lieu à Milan. La galerie expose l'avant garde Italienne et les français de Support-Surface dont Claude Viallat.

Dans les années 80, avec son espace en loft, la galerie, avec celle du marchand Yvon Lambert devient une des références de l'art contemporain.

En 1986, il lance le magazine Artstudio et ouvre de 1989 à 1993 une fondation d'art à Fréjus.

De 1991 à 1993, la galerie s'installe avenue Marceau mais la forte crise que traverse le marché de l'art durant ces années la pousse à revenir dans le Marais, dans les locaux initiaux au loyer bien moins élevé.

Au delà de sa longue liste d'artistes, la galerie est connue pour être un vivier de talents et de nombreux collaborateurs de la galerie ont poursuivi une carrière dans le milieu artistique Jennifer Flay, directrice de la FIAC, Jérôme Sans ancien directeur du Palais de Tokyo, les galeristes Nathalie Obadia et Fabienne Leclerc, ou Romane Sarfati conseillère de l'ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti.

Depuis 2002, la galerie est dirigée par une HEC, Anne-Claudie Coric[14].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Artistes exposés depuis 1966 (sélection)[modifier | modifier le code]

Artistes représentés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Templon (Gallery), Galerie Daniel Templon, 40 ans, Communic'art, (ISBN 2952391459, OCLC 76879477, lire en ligne)
  2. Alexis Jakuboxiwz, « Aux sources de Daniel Templon »], Vanity Fair n°40, octobre 2016, pages 54-55.
  3. Eric Treguier, « Daniel Templon et Nathalie Obadia, galeristes : Artistiques », Challenges,‎ (lire en ligne)
  4. « A Dealer with Staying Power », sur Financial Times (consulté le 29 décembre 2017)
  5. Daniel Templon (Gallery), et Grenier, Catherine,, Galerie Templon : 50 years (ISBN 2917515228, OCLC 961368755, lire en ligne)
  6. Roxana Azimi, « Entretien avec Daniel Templon qui fête les 50 ans de sa galerie par Le Quotidien de l'Art », LE QUOTIDIEN DE L'ART,‎ (lire en ligne)
  7. Caroline Broué, « Daniel Templon, 50 ans de galerie d’art », France Culture,‎ (lire en ligne)
  8. [1]
  9. « Récit d'une vie : Daniel Templon, galeriste autodidacte | Connaissance des Arts », Connaissance des Arts,‎ (lire en ligne)
  10. Martine Robert, « Daniel Templon, star du marché de l'art depuis 50 ans », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  11. « Vous m'en direz des nouvelles ! - Daniel Templon, une histoire de l'Art Contemporain », RFI,‎ (lire en ligne)
  12. « Daniel Templon : «Beaubourg, victime de Marcel Duchamp» », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  13. « Daniel Templon ouvre une nouvelle galerie à Paris | Connaissance des Arts », Connaissance des Arts,‎ (lire en ligne)
  14. Verlaine, Julie, (1979- ...)., Daniel Templon : une histoire d'art contemporain, Flammarion, dl 2016, cop. 2016 (ISBN 2081365588, OCLC 951236775, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]