Olivier Sire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olivier Sire
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président de l'université de Bretagne-sud (d)
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Directeur de thèse
Joseph Nordmann (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Olivier Sire, né le 19 janvier 1954 à Paris, est un universitaire français, président de l'université de Bretagne-Sud de 2010 à 2012.

Formation universitaire[modifier | modifier le code]

Olivier Sire est titulaire d'un DEA de physiologie de la reproduction obtenu en 1979 à l'université Pierre-et-Marie-Curie, d'un doctorat de biologie et physiologie animales obtenu en 1981[1] dans la même université, puis d'un doctorat de biochimie fondamentale obtenu en 1986 à l'université Paris-Diderot[2].

Carrière comme enseignant[modifier | modifier le code]

Il est attaché-assistant de 1980 à 1987 à l'université Paris-Descartes, puis maître de conférence à partir de 1987 à l'université Paris-Diderot. En 1996, il rejoint l'université de Bretagne-Sud.

Fonctions administratives[modifier | modifier le code]

Il exerce plusieurs responsabilités à l'université de Bretagne-Sud : responsable de la maîtrise de biochimie de 1996 à 2000, puis vice-président du Conseil scientifique de 2000 à 2004. Le 4 décembre 2009 il est élu président de l'université de Bretagne-Sud pour une période de deux ans[3] succédant ainsi à Éric Martin[4]. Il doit faire face pendant son mandat à des problèmes budgétaires[5], l'établissement voyant son budget augmenter de 13 à 66 millions d'euros à partir de 2010 en application de la LRU[6].

Un projet d'utilisation de l'ancienne école de police de Vannes par l'université voit le jour sous sa présidence, mais est abandonnée par son successeur faute de moyens financiers[7].

Il annonce sa candidature à sa propre succession le [8], mais la liste qu'il conduit est mise en difficulté lors des élections du [9]. La participation est très forte pour une élection de ce type, et Jean Peeters, enseignant en langue, est alors pressenti pour lui succéder[10]. Ce dernier est élu le et lui succède à la tête de l'établissement[11].

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de la thèse dans le catalogue du Sudoc
  2. Notice de la thèse dans le catalogue du Sudoc
  3. Olivier Sire est le nouveau président de l'UBS, 4 décembre 2009, univ-ubs.fr
  4. « Olivier Sire élu président de l’université de Bretagne-Sud », dans Ouest-France, vendredi 4 décembre 2009, consulté sur www.ouest-france.fr le 4 décembre 2009
  5. « UBS. Une rallonge de 740 000 EUR pour boucler le budget », dans Le Télégramme, 4 février 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 9 mars 2012
  6. « UBS. «Ici, on produit aussi le savoir» », dans Le Télégramme, 12 septembre 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 15mars 2012
  7. Gabriel Simon, « École de police. La ville reprend le tout », dans Le Télégramme, 8 septembre 2012, consulté sur vannes.letelegramme.com le 8 septembre 2012
  8. « UBS. Olivier Sire candidat à sa propre succession », dans Le Télégramme, 27 février 2012, consulté sur vannes.letelegramme.com le 9 mars 2012
  9. « Vannes. L'Université de Bretagne-Sud devrait changer de président », dans Ouest-France, consulté sur www.ouest-france.fr le 9 mars 2012
  10. « UBS. Olivier Sire vers la sortie Jean Peeters sur une voie royale », dans Le Télégramme, 13 mars 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 15 mars 2012
  11. « Jean Peeters élu président de l'université de Bretagne-Sud », dans Ouest-France, pages Vannes, 22 mars 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 23 mars 2012
  12. « UBS. 15 ans, 8 000 étudiants et un nouveau président », dans Le Télégramme, Morbihan, 19 janvier 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]