Odile Renaud-Basso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Odile Renaud-Basso
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Présidente
Banque européenne pour la reconstruction et le développement
depuis
Suma Chakrabarti (en)
Directrice du Trésor
-
Emmanuel Moulin (d)
Directrice adjointe de cabinet du Premier ministre (d)
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Olivier Basso (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Odile Renaud-Basso, née le [1], est une haute fonctionnaire française, présidente de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née d'un père ingénieur et d'une mère professeure de lettres classiques[3], Odile Renaud-Basso est diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris en 1987 (section service public)[4], de l'École nationale d'administration en 1990 (promotion Jean Monnet) et de la Harvard Kennedy School (programme « Senior management in government ») en 1993.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après ses études, elle devient auditrice à la Cour des comptes entre 1990 et 1994[1].

De 1994 à 2005, elle exerce plusieurs fonctions au sein de la direction générale du Trésor[1] où elle traite notamment des questions de multilatéralisme, de développement et de régulation financière :

  • adjointe au chef du bureau Afrique-Zone Franc (1994-1996)
  • secrétaire générale du club de Paris, chef du bureau chargé de la dette et de l’assurance-crédit (1996-1999)
  • chef du bureau du financement des PME (1999-2001)
  • sous-directrice chargée des affaires européennes et multilatérales (2001-2003)
  • chef du service du financement de l’économie (2003-2004)
  • chef du service international (2004-2005)

Elle passe ensuite sept années à la Commission européenne ; de 2005 à 2010, elle est directrice des affaires économiques et financières (DG Ecfin)[1], période pendant laquelle elle a préparé et suivi toutes les négociations sur les questions monétaires et financières et géré de la crise financière de 2008-2009. De 2010 à 2012, elle devient chef de cabinet adjoint du président du Conseil européen, Herman Van Rompuy[5], chargée en particulier de la gestion de la crise de la zone euro.

De à , elle est directrice adjointe du cabinet du Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre[5], chargée des dossiers économiques et sociaux (politique macro-économique, budgétaire et fiscale, énergie, logement, infrastructures, développement durable, secteur financier).

En , Odile Renaud-Basso devient directrice générale adjointe de la Caisse des dépôts et consignations[3] chargée de la gestion des fonds d’épargne, ceux qui centralisent une partie de l’épargne des français (livret A, livret développement durable et livret d’épargne populaire) et permettent notamment le financement du logement social et de l’investissement de long terme des collectivités locales[6]. En , à la suite de la nomination de Jean-Pierre Jouyet comme secrétaire général de l'Élysée, elle assure en intérim le poste de directrice de la Caisse des dépôts et consignations [7]. Son intérim prendra fin le mois suivant avec la nomination de Pierre-René Lemas[8].

En , elle est la première femme à être nommée directrice générale du Trésor[5]. À ce titre, elle suit l’ensemble des dossiers économiques et financiers au plan national, européen et international ainsi que les questions commerciales et financières multilatérales et d’aide publique au développement[9]. Elle est remplacée par Emmanuel Moulin à compter du 2 novembre 2020[10].

En , Odile Renaud-Basso est élue à la présidence de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement[2],[11]. Elle est la première femme à être élue à ce poste[12].

Elle est membre du conseil d'administration du club Le Siècle pour le mandat 2020-2023[13].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariée en 1995 à Olivier Basso[14], un normalien en philosophie diplômé d'HEC[3], elle est mère de quatre enfants[15].

Décorations[modifier | modifier le code]

Chevalier de la Légion d'honneur Chevalière de la Légion d'honneur : décret du [16]

Chevalier de l'ordre national du Mérite Chevalière de l'ordre national du Mérite : décret du [17]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Biographie d'Odile Renaud-Basso sur le site de la Caisse des dépôts et consignations, consulté le 1er juin 2016
  2. a et b (en) « EBRD shareholders elect France’s Odile Renaud-Basso as next president »
  3. a b et c Ninon Renaud, « Odile Renaud-Basso, une femme de consensus à la Caisse des Dépôts » sur Les Échos, 24 septembre 2013
  4. Alumni Sciences Po, « l'Association des Sciences-Po - Fiche profil », sur sciences-po.asso.fr (consulté le )
  5. a b et c LeMonde.fr avec AFP, « Odile Renaud-Basso, première femme nommée directrice du Trésor » sur Le Monde, 1er juin 2016
  6. « Fonds d'épargne », sur Groupe Caisse des Dépôts, (consulté le )
  7. cBanque avec AFP, « Caisse des dépôts : Odile Renaud-Basso assurera l'intérim » sur cbanque.com, 9 avril 2014
  8. AFP, « Pierre-René Lemas nommé officiellement à la tête de la Caisse des dépôts » sur L'Express, 21 mai 2014
  9. « Qui sommes-nous | Direction générale du Trésor », sur www.tresor.economie.gouv.fr (consulté le )
  10. « Compte rendu du Conseil des ministres du 21 octobre 2020 », sur Gouvernement.fr (consulté le )
  11. « La Française Odile Renaud-Basso prend les rênes de la Berd »
  12. « La Présidente de la BERD, Odile Renaud-Basso », sur www.ebrd.com (consulté le )
  13. Conseil d'administration du Siècle
  14. « Odile Renaud-Basso », sur whoswho.fr.
  15. Frédéric Schaeffer et Sharon Wajsbrot, « Odile Renaud-Basso, une spécialiste des questions européennes à la tête du Trésor » sur Les Échos, 1er juin 2016
  16. Décret du 30 décembre 2016 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  17. Décret du 16 mai 2008 portant promotion et nomination (lire en ligne)