Notre poison quotidien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Notre poison quotidien
Réalisation Marie-Monique Robin
Scénario Marie-Monique Robin
Sociétés de production Arte et INA
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Documentaire
Durée 113 min
Sortie 2010

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Notre poison quotidien est un film documentaire et un livre réalisés en 2010 par la journaliste française Marie-Monique Robin. Le téléfilm a été coproduit par Arte France et l'Institut national de l'audiovisuel.

Le film a été diffusé en première mondiale au FIPA de Biarritz en janvier 2011, et sur Arte le . Régulièrement commenté ensuite dans la presse nationale française et internationale, il a été traduit dans plusieurs langues.

Le livre a été édité aux éditions La Découverte en 2011, réédité avec une nouvelle postface en 2013 aux éditions La Découverte avec Arte Éditions, réimprimé en juin 2015 (ISBN 978-2-7071-7583-0). Ses 495 pages comportent les références détaillées des assertions du film avec des informations supplémentaires.

Description[modifier | modifier le code]

Le film et le livre abordent la question de la mise en circulation des molécules créées par l’homme lors des dernières décennies. Il met en relation certains problèmes de santé contemporains (recrudescence du cancer, maladie d’Alzheimer etc) avec la présence de ces nouvelles molécules dans notre corps. L’auteur étudie tout particulièrement le système d’évaluation environnementale et d’homologation qui autorise la présence dans les aliments de produits comme les pesticides, l’aspartame et le Bisphénol A. Marie-Monique Robin affirme que « Les débats d’experts, sur les produits utilisables et les doses admissibles, sont totalement fermés au public. Sans parler des cas où ils s’appuient sur des tests bidonnés par les industriels, les modèles scientifiques qu’ils appliquent sont dépassés. En effet, ils continuent à évaluer les produits chimiques séparément, ignorant l’« effet cocktail », alors même que l’on sait qu’un quart de nos aliments contiennent les résidus d’au moins deux pesticides. Et leurs avis partent du postulat de Paracelse, formulé au XVIe siècle, selon lequel « c’est la dose qui fait le poison » »[1]. À sa sortie, le film a fait la une de cinq hebdomadaires français[2].

Thématiques abordées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]