Nobuhiko Ōbayashi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nobuhiko Obayashi)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nobuhiko Ōbayashi
Description de cette image, également commentée ci-après
Nobuhiko Ōbayashi en 2017
Naissance (80 ans)
Onomichi (Japon)
Nationalité Drapeau du Japon Japonais
Profession Réalisateur
Scénariste
Producteur de cinéma
Monteur
Films notables House

Nobuhiko Ōbayashi (大林宣彦, Ōbayashi Nobuhiko?), né le , est un réalisateur japonais, scénariste et monteur de films et de publicités pour la télévision qui est bien connu pour son style visuel surréaliste. Il a commencé sa carrière en tant que figure de pionnier dans le cinéma expérimental japonais pendant les années 1960 avant de passer à réalisation d'œuvres plus commerciales pour la télévision et le cinéma. Bien qu'il reste peu connu en dehors du Japon, ses 50 années de carrière furent prolifiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nobuhiko Ōbayashi est né dans la ville d'Onomichi, au Japon. Il est le fils aîné d'une famille qui fait partie d'une longue lignée de médecins. Après que son père est appelé au front durant la Seconde Guerre mondiale, il est élevé dès la petite enfance par ses grands-parents maternels. Pendant son enfance et son adolescence, Ōbayashi suit de nombreuses activités artistiques, telles que le dessin, l'écriture, et le piano. Il porte un intérêt croissant pour l'animation et le cinéma.

Sous la pression de son père, il se présente aux examens d'entrée de la faculté de médecine, mais abandonne aussitôt afin de poursuivre ses ambitions artistiques. En 1956, il est admis à la faculté d'arts plastiques de l'Université de Seijo où il commence à travailler avec les pellicules 8 et 16 mm. Vers la fin de ses études à l'université, Ōbayashi commence à travailler sur une série de films expérimentaux. Avec les travaux d'autres cinéastes tels que Shuji Terayama et Donald Richie, ses films donneront le ton du cinéma expérimental japonais des années 1960. Dans ses premiers films expérimentaux, Ōbayashi utilise un certain nombre de techniques d'avant-garde qu'il réintégrera plus tard dans son œuvre. Bien que ces films aient tendance à être de nature personnelle, ils ont pu toucher un large public grâce à leur distribution par l'Art Theatre Guild.

Après son départ de l'université, Ōbayashi gagne sa vie comme réalisateur de publicités télévisées, tout en continuant à réaliser ses films expérimentaux. Les publicités télévisées d'Ōbayashi ont un attrait visuel similaires à celle de ses œuvres expérimentales. Dans les années 1970, il commence une série de publicités destinées au public japonais mettant en scène des vedettes américaines telles que Kirk Douglas et Charles Bronson.

Ōbayashi réalise son premier long métrage, la comédie d'horreur House, en 1977. Le film utilise un mélange d'astuces photographiques et de techniques d'avant-garde pour obtenir ses effets visuels surréalistes. À partir des années 1980, il continue de faire des films de long métrage en adoptant un style plus populaire. Il est particulièrement reconnu pour ses films sur le passage à l'âge adulte. Des films tels que La Nouvelle de la classe (1982) et Futari (1991) développent ce thème tout en conservant les éléments de fantaisie surréaliste propre à son univers visuel.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • 1977 : House (ハウス, Hausu?)
  • 1977 : Hitomi no naka no hōmon-sha (瞳の中の訪問者?)
  • 1978 : Furimukeba ai (ふりむけば愛?)
  • 1979 : Kindaichi Kosuke no boken (金田一耕助の冒険?)
  • 1982 : La Nouvelle de la classe[1] ou Adieu à moi[2] (転校生, Tenkōsei?)
  • 1983 : Toki o kakeru shōjo (時をかける少女?)
  • 1984 : La Ville morte (廃市, Haishi?)[3]
  • 1985 : Sabishinbō (さびしんぼう?)
  • 1985 : Shimaizaka (姉妹坂?)
  • 1988 : Ijin-tachi to no natsu (異人たちとの夏?)
  • 1991 : Futari (ふたり?)
  • 1992 : Kanojo ga kekkon shinai riyū (彼女が結婚しない理由?)
  • 1993 : Haruka, nosutarujii (はるか、ノスタルジィ?)
  • 1993 : Mizu no tabibito: Samurai kizzu (水の旅人 侍KIDS?)
  • 1994 : Onna-zakari (女ざかり?)
  • 1998 : Kaze no uta ga kikitai (風の歌が聴きたい?)
  • 1998 : Sada (SADA〜戯作・阿部定の生涯, Sada: Gesaku · Abe Sada no shōgai?)
  • 2000 : Yodogawa Nagaharu monogatari: Kōbe hen sainara (淀川長治物語・神戸篇 サイナラ?)
  • 2004 : Riyū (理由?)
  • 2007 : 22 sai no wakare - Lycoris: Ha mizu hana mizu monogatari (22才の別れ Lycoris 葉見ず花見ず物語?)

Clips vidéos[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Nouvelle de la classe : titre français du film lors de la rétrospective "Art Theatre Guild of Japan (ATG) ou la fabrique d'auteurs" du 7 juin au 23 juillet 2011 à la MCJP, voir le Catalogue en ligne de la rétrospective sur issuu.com
  2. Adieu à moi : titre français du film d'après le catalogue : Hideko Govaers, Reiko Inoue et La Cinémathèque française, Le Cinéma japonais de ses origines à nos jours (de janvier 1984 à avril 1985), Cinémathèque française, 1re trimestre 1984, 144 p. (lire en ligne), p. 141
  3. La Ville morte : titre français du film lors de la rétrospective "Art Theatre Guild of Japan (ATG) ou la fabrique d'auteurs" du 7 juin au 23 juillet 2011 à la MCJP, voir le Catalogue en ligne de la rétrospective sur issuu.com

Liens externes[modifier | modifier le code]