Nikon (patriarche de Moscou)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nikon (homonymie).
image illustrant une personnalité image illustrant russe image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant une personnalité russe et le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Nikon
Patriarch Nikon Revising Service-Books.jpg

Le patriarche Nikon révisant les livres du service religieux, toile de Alexeï D. Kivchenko (1851-96).

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Raion de Perevozski (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
IaroslavlVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Nikon ou Nicon (en russe : Никон, né Nikita Minine en 1605 dans le Tsarat de Russie-mort en 1681), fut patriarche de l'Église orthodoxe russe de 1652 à 1658.

Les réformes liturgiques entreprises par Nikon amenèrent le schisme des vieux-croyants connu aussi sous le nom de Raskol et ses fidèles de raskolniki . Ces derniers s'opposaient à toute réforme et le conflit se concrétisa par l'exécution du protopope Avvakoum brûlé vif en 1682.

Dans le domaine de l'art, les réformes proscrivaient des formes nouvelles et un retour aux formes consacrées. Celles des cinq coupoles au détriment des toits en pyramides hérités de l'architecture en bois. Ces réformes ont un effet négatif dans le domaine de l'architecture où l'on voit les architectes freinés dans leurs recherches de nouveautés. Ils peuvent toutefois appliquer leurs talents au style «baroque russe » qui apparaît. Pour les artistes peintres cette réforme a les mêmes effets négatifs. Ils ne peuvent se lancer dans des recherches telles que celles que l'Occident pratiquait depuis deux siècles. Ils devront attendre la fin du XVIe siècle et Pierre Ier le Grand pour qu'un art laïque et réaliste se hausse très rapidement au niveau de l'Occident [1].


Il a donné son nom au manuscrit médiéval, la Chronique de Nikon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Blankoff, l'art de la Russie ancienne, Centre national pour l'étude des pays de l'Est, ULB Bruxelles 1963, p. 66


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]