Île de Ki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Île de Ki
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
Coordonnées 64° 00′ 00″ N, 37° 53′ 20″ E

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Île de Ki
Île de Ki

L'île de Ki (en russe : Остров Кий) est une petite île située dans la baie d'Onega dans la Mer Blanche à 8 км de l'embouchure du fleuve Onega, à 15 км de la ville d'Onega. La longueur de l'île de Ki est d'un peu moins de 3 km, sa largeur varie de de 100 à 500 mètres. Sa superficie est de 0,384 kilomètres carrés. Avec l'île de Faressov au Nord, la petite île de la Croix au Sud, et quelques îlots, l'île de Ki forme l'archipel de Ki[1]. À marée basse, la mer se retire sur des centaines de mètres et il est possible de passer d'une île à l'autre et de contourner l'archipel en quelques heures. L'île est composée de granite et de roches amphibolites et de gabbro de la Mer Blanche (dont les fondements sont une partie du bouclier scandinave âgé de 3,5 milliards d'années[2]). Le long de la bande côtière se trouvent des plages de sable.

L'île de Ki dépend administrativement du raïon d'Onéga et de l'Oblast d'Arkhangelsk.

île de Ki, Russie

Monastère de la Croix d'Onéga[modifier | modifier le code]

île de Ki, les bâtiments du monastère de la Croix d'Onéga. À gauche une partie du clocher, à droite la cathédrale de l'Élévation de la Croix (1660), dans leur état en 2006.

Le monastère de l’Élévation de la croix, qui se trouve sur l'ile de Ki, est un des trois monastères fondés à l'initiative du patriarche Nikon, avec le Monastère de la Nouvelle Jérusalem et le Monastère Iverski de Valdaï. En 1639, le patriarche Nikon (le futur patriarche de Moscou et de toute la Russie) est surpris par une tempête sur le chemin du monastère de Solovetski, à l'approche de l'embouchure du fleuve Onega. Il est finalement sauvé dans la baie de l'île de Ki. Treize ans plus tard, en 1652, Nikon, qui est devenu évêque de Novgorod, est envoyé au monastère Solovetski pour organiser le transfert des reliques de saint Philippe II de Moscou à Moscou. Sur le chemin du retour, il passe de nouveau par l'île de Ki et y fait construire une chapelle sur l'île même, garnie de la Croix de Ki à l'intérieur, que le patriarche Nikon a lui-même créée. Il établit ainsi le début d'un culte à la sainte Croix. Cette Croix est consacrée en 1656 et son culte se répand, sous le nom d'Élévation de la Croix ou d'Exaltation de la Croix.

Le futur patriarche de Moscou obtient du tsar l'autorisation de créer à Ki un monastère dédié à l'Élévation de la Croix. En 1660 Nikon vient bénir la cathédrale de l'Élévation de la Croix du monastère d'Onéga.

L'étymologie populaire renseigne le patriarche Nikon comme source du nom de l'île. Il aurait dit lors de son accident à proximité en allant à Solovki : « Quelle est cette île ? » dont la traduction en russe commence par le mot ki (en russe : «Кий сей остров?» soit en caractères latins : Ki seï ostrov). Les sources savantes citent par contre la langue Saami dans laquelle le mot ki signifie trace de bête sauvage[3].

En 1760, un marchand anglais du nom de Gom établit un comptoir de bois sur l'île de Ki. C'est là qu'il fait charger le bois de la région d'Onéga à partir de petit bateaux fluviaux sur des grands bateaux de mer.

Au XIXe siècle, le monastère était vide. Toutefois, dans les années 1870, il reçoit du Saint Synode des fonds pour sa restauration qui lui permettent de survivre et même de redémarrer ses activités. Mais, en 1922, sous le régime soviétique, après la révolution d'Octobre 1917 il est fermé[4]. Toutefois dès 1924 une maison de repos s'installe du nom de Kiski dans les bâtiments du monastère et a une capacité d'accueil de 200 personnes. L'île de Ki, dans la baie d'Onega, servit de décors au film A Captive in the Land (en) durant l'hiver 1989-1990[5].

Tourisme et culture[modifier | modifier le code]

Chaque année se tient un festival un festival international de musique de Jazz dans l'île de Ki : Les sons chauds du nord, en russe : Тёплые звуки севера[3].

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Cartes topographiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru)O. Ejov, Rouokolaïnen A. Ежов О. Н., Руоколайнен А. В., Змитрович И. В., « Composition des espèces de Ki, champignons Афиллофоровые грибы архипелага Кийский. Видовой состав и особенности микобиоты », 1, Centre d'académie russe des sciences/Труды Карельского научного центра Российской академии наук, no 7,‎ , p. 51—59 (DOI 10.17076/bg595)
  2. (ru)A. Deciatkov/Десятков А. Г., « Sur l'étude géologique de l'île de Ki О геологической изученности и геологии острова Кий : île de Ki/ Кий остров: история и современность », 1, Archangelsk /Архангельск,‎ , p. 49—54
  3. a et b (ru)(ru) « île de Ki et petites îles de Karélie/Остров Кий и Малые Корелы, лето 2009 », caas.ru (consulté le 25 mai 2018)
  4. (ru)« Ki Кий-остров », Petites villes de Russie/Малые Города России,‎ (consulté le 25 mai 2018)
  5. (ru)(ru) Alexandre Bourlov, « Captive in the land de John Berry, Lee Gold », sur Вечерний Северодвинск, Издательство «Северная неделя»,‎ (consulté le 25 mai 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]