Nadia Yala Kisukidi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nadia Yala Kisukidi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

Nadia Yala Kisukidi, née à Bruxelles le , est une philosophe française, maîtresse de conférences à l'université Paris-VIII et africaniste. Elle est spécialiste de la pensée d'Henri Bergson et des études postcoloniales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nadia Yala Kisukidi naît à Bruxelles, d’une mère franco-italienne et d’un père congolais[1]. Elle est agrégée de philosophie en 2005 et est professeure de philosophie dans l'enseignement secondaire de 2005 à 2011[2]. Elle soutient une thèse de doctorat en philosophie, intitulée L'humanité créatrice : essai sur la signification esthétique et politique de la métaphysique de Bergson, dirigée par Frédéric Worms à l’université de Lille en 2010[3]. En 2011, elle est nommée assistante en éthique à la faculté de théologie protestante de l'université de Genève[2]. Depuis 2016, elle est maîtresse de conférences à l'université Paris-VIII[4].

Activités de recherche et éditoriales[modifier | modifier le code]

Nadia Yala Kisukidi est spécialiste de la pensée d'Henri Bergson[5], dont elle a contribué à publier le 7e tome des annales[6],[4].

Elle consacre un séminaire à la philosophie africaine et plus largement, étudie les réflexions et productions théoriques des diasporas africaines[1]. Elle est notamment inspirée par les travaux de Fabien Eboussi Boulaga[7].

Elle est directrice de programme du Collège international de philosophie depuis 2013[8] et vice-présidente du collège de 2014 à 2016[2]. Sous l'intitulé de programme « Universalisme(s) : reprises, critiques et généalogie d'un discours. Autour de Léopold Sédar Senghor, Fabien Eboussi Boulaga et Jean-Marc Ela », elle étudie les notions d'humanisme et d'universalisme et leur répercussion dans le contexte colonial, repris dans une perspective critique selon plusieurs axes, historique, éthique, politique notamment[8].

Elle a participé aux deux éditions des Ateliers de la pensée, organisés par Achille Mbembe et Felwine Sarr à Dakar en 2016 et 2017[9].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Bergson ou l'humanité créatrice, 2013, Paris, CNRS, 305 p. (ISBN 9782271078957).
  • « Construire la paix : humanisme, langues et littérature chez Bergson », in Arnaud François, Camille Riquier, Caterina Zanfi et Nadia Yala Kisukidi (dir.), Annales bergsoniennes VII. Bergson, l’Allemagne, la guerre de 1914, 2014, p. 213-234 (ISBN 9782130617648)
  • Direction du dossier, « Négritude et philosophie », Rue Descartes, 2014/4 : [lire en ligne]
  • (éd.) Emmanuel Mounier, La pensée de Charles Péguy : la vision des hommes et du monde, éd. scientifique de Nadia Yala Kisukidi et Yves Roullière, Paris, Le Félin, 2015, 311 p. (ISBN 9782866458140)
  • « Les morts de Lumumba », Dé(s)générations, no 22, « Penser avec l'Afrique » (dir. Arnaud Zohou), mai 2015.
  • « Décoloniser la philosophie. Ou de la philosophie comme objet anthropologique », Présence africaine 2015/2, no 192, p. 83-98, [lire en ligne]
  • Préface à L’Atlantique noir de Paul Gilroy, Ed. Amsterdam, Paris, 2017
  • « Le nom “Noir” et son double », Esprit, 2018/12, [lire en ligne]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Séverine Kodjo-Grandvaux, « Dix femmes qui pensent l’Afrique et le monde », Le Monde/Afrique, (consulté le 2 décembre 2018).
  2. a b et c « Nadia Yala Kisukidi », sur www.unige.ch, Université de Genève, (consulté le 4 décembre 2018).
  3. « Thèse de doctorat », sur sudoc.fr, Sudoc, (consulté le 2 décembre 2018).
  4. a et b « Nadia Yala Kisukidi », sur philosophie.univ-paris8.fr, Université Paris 8 (consulté le 2 décembre 2018).
  5. Nadia Yala Kisukidi, « Bagdad, Fès, Tombouctou sont d’autres lieux de la vie philosophique, série « Pensées d'Afrique » (3/6) », sur lemonde.fr, (consulté le 18 août 2019).
  6. Annales bergsoniennes. VII, Bergson, l'Allemagne, la guerre de 1914 / A. François, C. Riquier (éd.) ; N.Y. notice du Sudoc [lire en ligne]
  7. Fred Eboko, « Les “Ateliers de la pensée”, ou la nécessité d’un projet politique commun en Afrique », sur jeuneafrique.com, (consulté le 2 décembre 2018).
  8. a et b « Nadia Yala Kisukidi », sur ciph.org, Collège international de philosophie (consulté le 4 décembre 2018).
  9. (en) « Les Ateliers de la pensée | Dakar Saint-Louis | 2016 », sur Les Ateliers de la Pensée | Afrique | Sénégal (consulté le 9 décembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]