Musée de l'Avallonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée de l'Avallonnais Jean Després
Image dans Infobox.
Entrée du musée - Square J.Schiever
Informations générales
Nom local
Musée d'Avallon
Type
Ouverture
1862
Dirigeant
Agnès Rousseau
Visiteurs par an
4 531 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Avallon (89200)
Adresse
Impasse du Collège, Jardin Jacques Schiever
Coordonnées

Le musée de l'Avallonnais Jean Després est un musée archéologique, des beaux-arts et ethnologique à Avallon dans le département de l'Yonne en région administrative Bourgogne-Franche-Comté, en France.

Situation[modifier | modifier le code]

Le musée se trouve Impasse du Collège, Jardin Jacques Schiever, à Avallon, dans le sud du département de l'Yonne à environ 50 km au sud d'Auxerre. La sortie no 22 de l'autoroute A6 est à 8 km à l'est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le musée a été créé en 1862 par la Société d’Études d’Avallon (S.E.A.) ; il est installé dans la tour de l’Horloge. En 1912, il est déménagé, en même temps que la municipalité, dans l’hôtel particulier de Gouvenain[1].

En 1946, le musée est devenu municipal. En 1971, il est déménagé (avec la bibliothèque municipale) dans l’ancien collège d'Avallon[1]. Le , le musée est rebaptisé « musée de l’Avallonnais Jean Després »[2].


Collections[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le musée retrace l’histoire de l’Avallonnais. Il conserve entre autres la quasi-totalité des résultats des fouilles préhistoriques menées par l'abbé Parat, Adrien Ficatier[N 1], André Leroi-Gourhan et d'autres, dans les grottes d'Arcy-sur-Cure et les grottes de Saint-Moré[1],[3], notamment dans la « salle de la Préhistoire ».
Un vaste projet intitulé « Vers Arcy » a été initié à partir des recherches à Arcy et dans les environs, projet auquel contribuent l’équipe d’ethnologie préhistorique (UMR 7041 du CNRS), le SRA, le musée d'Avallon, des archéologues et des spéléologues. L'une de leurs actions est l’exposition éponyme « Vers Arcy », initiée en 2015[4], exposant quelques-unes des milliers de pièces de cette origine que le musée détient dans ses réserves[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le musée possède aussi de nombreux objets historiques, comme l'inscription mutilée et autres objets du temple gallo-romain de Mont-Martre trouvé en 1822 à Vault-de-Lugny, des monnaies gallo-romaines du riche médailler Bardin (installé à Avallon) et de très nombreuses monnaies de provenances multiples, des objets provenant des tumuli gaulois, des sépultures gallo-romaines, des ferriers, des camps "romains" des Alleux (Avallon) ou de Cora (Saint-Moré), et les principales œuvres sculpturales de la région[6].

Le vent, lithographie, Charles-Marie Dulac (1866-1898)

Beaux-arts[modifier | modifier le code]

Les visiteurs peuvent aussi y voir des créations des sculpteurs Georges Loiseau-Bailly (1858-1913) et Pierre-Octave Vigoureux (1884-1965), et de l’orfèvre Jean Després. Des collectionneurs (Gariel, Degoix, Goldsmidt…) ont donné leurs collections au musée, incluant des œuvres de jeunesse de Georges Rouault, son célèbre « Miserere », « Stellae » et d'autres. La salle Jean Després du musée réunit ces œuvres[7].

Ethnologie[modifier | modifier le code]

En , sept salles nouvelles sont ouvertes pour la riche collection Yao Mien et Mun de Chine, Vietnam, Laos et Thaïlande[N 2] donnée au musée en 2008. Commencée dans les années 1980 par Jess G. Pourret, résidant français en Thaïlande, cette collection est la plus complète et la plus importante réunion d'objets témoins, de documents taoïstes, de costumes et de textiles, de bijoux en argent jamais réunis sur cette population[7],[8].

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Le musée présente très régulièrement des expositions temporaires sur des thèmes variés.

Responsables et conservateurs du musée[modifier | modifier le code]

  • 1946- : Pierre Poulain (responsable des collections du musée, devenu municipal, et de la bibliothèque)[1]

1987 : création du poste de conservateur du musée.

  • 1987-2001 : Catherine Buret
  • 2002-2015: Claude Renouard
  • Depuis 2001 : Agnès Poulain[1] (responsable des collections)
  • Depuis 2018 : Agnès Rousseau (directrice)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le docteur Adrien Jacques-François Ficatier a découvert la grotte du Trilobite à Arcy en juillet 1886. Entre autres ouvrages il a écrit une Étude paléoethnologique sur la grotte magdalénienne du Trilobite à Arcy-sur-Cure (Yonne), Auxerre, Albert Gallot, (présentation en ligne) (également publié dans l'Almanach Historique de l'Yonne en 1887).
  2. Les Yao Mien de France sont des réfugiés politiques venus du Laos, accueillis en France dans les années 1980.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Histoire du musée », sur museeavallonnais.com (consulté le ).
  2. M. M., « Le musée d’Avallon prend le nom du maître orfèvre qui a vécu à Avallon de 1889 à 1980 », L'Yonne Républicaine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Philippe Soulier et Gwenaëlle Wilhelm-Bailloud, « Gérard Bailloud (4 décembre 1919/30 août 2010) », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 108, no 3,‎ , p. 415-469 (lire en ligne, consulté le ), p. 429-430.
  4. Jacques-Gabriel Bulliot, « Salle de la Préhistoire », sur versarcy.huma-num.fr (consulté le ).
  5. Mélanie Marois, « Des pièces des grottes d’Arcy-sur-Cure exposées au Musée de l’Avallonnais », L'Yonne républicaine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. P. Tartat, « Le musée d'Avallon et l'Avallonnais gaulois et gallo-romain », Annales de Bourgogne,‎ , p. 308-314 (lire en ligne, consulté le ), p. 311-314.
  7. a et b « Musée de l’Avallonnais », sur france-voyage.com (https://www.france-voyage.com/villes-villages/avallon-35197/musee-avallonnais-4967.htm). Nombreuses photos.
  8. « Musée d'Avallon - Salles de la minorité Yao (Chine et Viet-Nam)- juillet 2015 », sur henri-maitre.fr (consulté le ).