Murex (logiciels pour la finance)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Murex.
Murex
logo de Murex (logiciels pour la finance)

Création 1986
Fondateurs Salim Eddé
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Edition de Logiciels
Produits MX.3
Site web Murex.com
Chiffre d’affaires
460 Mio. EUR

Murex est un éditeur de logiciels fondé en 1986 offrant des produits pour les activités de trading, de trésorerie, de risque et de traitement des transactions pour les acteurs des marchés financiers[1].

Murex a été fondé en 1986 à Paris par Laurent Néel et Salim Eddé, rejoints rapidement par les 3 frères de Salim ainsi que son beau-frère. L’entreprise a connu une croissance organique et emploie aujourd’hui dans le monde plus de 2,000 personnes représentant de multiples nationalités[2].

Outre le bureau principal de Paris, Murex compte 17 bureaux à travers le monde dans des villes comme New York, Londres, Dublin[3], Hong Kong, Beyrouth, Sydney et Singapour[4]. Les clients de Murex se trouvent dans 70 pays[2]. La plateforme de Murex, MX.3, est utilisée entre autres par les banques, les gestionnaires d'actifs, les fonds de pension et les compagnies d'assurance[1],[5]. Parmi ses clients figurent UBS[6], Banque nationale du Canada[7], Bank of China[4], OCBC Bank[8], China Merchants Bank[9] et ATB Financial[10].

M. Maroun Eddé est l’actuel Président Directeur Général du groupe[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2013 National Australia Bank met en place MX.3 pour gérer son activité de trading de change, du front au back-office, à Melbourne. Le déploiement se poursuit ensuite par phases pour couvrir toutes les operations internationales[11].

En 2014, la banque singapourienne DBS adopte la plateforme MX.3 pour ses activités de gestion des risques[12].

UBS annonce avoir choisi le logiciel de Murex pour remplacer une grande part de sa plateforme de trading fixed income (enregistrement des transactions, valorisation et gestion du risque). À l’époque, la décision est considérée comme un changement technologique majeur de la part d’un prêteur important, motivé par la nécessité de réduire les coûts et de substituer une solution standardisée à ses multiples systèmes[6].

En 2016 dans le classement Truffle 100, Murex devient le troisième éditeur français de logiciel avec un chiffre d'affaires annoncé de 460 millions d'euros[13]. Elle emploie environ 2200 salariés dans le monde, dont 800 à Paris.

Murex s’associe à Tullet Prebon pour utiliser les données de TPI pour la validation de ses modèles de valorisation internes[5].

China Merchants Bank utilise la plateforme de trading MX.3 de Murex afin d’améliorer la technologie de ses activités à Shenzhen et à Shanghai, après être devenu l'un des premiers établissements financiers chinois à rejoindre le consortium blockchain R3[9].

Murex participe au projet pilote de Teen Turn Dublin, initiative visant à créer un pipeline de talents pour les femmes travaillant dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM)[14].

Murex annonce son partenariat avec Microsoft, permettant à sa plateforme MX.3 d’être déployée sur le cloud et d’être certifiée sur Microsoft Azure[15].

Salim Eddé, l'un des fondateurs de la société, est cité dans les Panama Papers[16].

ATB Financial démarre la première phase du transfert de son infrastructure et de la gestion de ses applications dans le cloud avec la mise en place de la solution Software-as-a-Service (SaaS) MX.3 de Murex en août 2017[10].

En 2017, Murex collabore avec Amazon Web Services (AWS) afin de porter MX.3 sur la plateforme cloud d’Amazon. ‘MX.3 on the cloud’ peut être utilisée comme environnement de développement et de test, de production, de « disaster recovery » et pour accéder à des services proposés sur le cloud[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Company Overview of Murex S.A.S », Bloomberg, (consulté le 16 août 2017)
  2. a et b « Salim Eddé. Un entrepreneur philanthrope qui a du flair », Magazine Le Mensuel, (consulté le 15 février 2018)
  3. (en) « Murex Software Firm Expands Workers », Irishdev.com, (consulté le 28 novembre 2017)
  4. a et b (en) « Market risk technology vendor of the year (system): Murex », ’’Risk.net’’,‎ (lire en ligne)
  5. a et b (en) Joanne Faulkner, « Murex Adds Tullett Prebon OTC Data capabilities », Waters Technology,‎ (lire en ligne)
  6. a et b (en) « UBS to outsource fixed income trading platform », Financial Times,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Steve Dew-Jones, « Bank of China Implements Murex Platform », ’’Waters Technology’’,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Esther Tan, « OCBC eliminates inefficiencies by automating and standardising end-to-end systems », The Asian Banker,‎ (lire en ligne)
  9. a et b (en) Alex Hamilton, « China Merchants Bank goes live with MX.3 from Murex », IBS Journal,‎ (lire en ligne)
  10. a et b (en) Alex Hamilton, « ATB goes live with Murex solution », IBS Journal,‎ (lire en ligne)
  11. « Case study: National Australia Bank – NABbing the advantage », IBS Intelligence, (consulté le 15 février 2018)
  12. (en) Neeti Aggarwal, « Combining vendor-based and in-house solutions helped DBS optimise risk management capabilities », The Asian Banker,‎ (lire en ligne)
  13. http://www.truffle100.fr/2017.html, section Palmarès
  14. (en) Elaine Burke, « Teen-Turn: A direct link to STEM careers for young women », Silicon Republic,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Sean Dudley, « http://www.technologyrecord.com/Article/sibos-2017-murexs-mx3-platform-coming-to-microsoft-azure-61655#.Wh0V-tzTPMI », The Record,‎ (lire en ligne)
  16. https://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/09/panama-papers-de-riches-francais-muets-sur-leurs-montages-offshore_4899119_4890278.html, Maxime Vaudano und Jérémie Baruch: Panama papers: de riches Français muets sur leurs montages offshore
  17. « Murex moves onto cloud », Risk.net (consulté le 15 février 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]